Nouveaux capitaines, absents de marque et nouvelles recrues - les sujets du Tournoi des Six Nations

Par RugbyPass
Des joueurs irlandais se regroupent lors du match du Tournoi des Six Nations 2023 entre l'Italie et l'Irlande au stade Olimpic (Stadio Olimpico) à Rome, Italie, le 25 février 2023. (Photo par Lorenzo Di Cola/NurPhoto via Getty Images)

La Coupe du Monde de Rugby étant terminée jusqu’en 2027, l’attention se tourne désormais vers le Tournoi des Six Nations et la lutte pour la suprématie européenne.

ADVERTISEMENT

L’Irlande et la France, qui s’affrontent lors du premier match du Tournoi, sont les favoris pour la conquête du trophée. Parmi les nouveaux capitaines figurent le talonneur anglais Jamie George, le deuxième-ligne gallois Dafydd Jenkins et le troisième-ligne irlandais Peter O’Mahony.

Pas d’Owen Farrell pour la nouvelle mouture de l’Angleterre

L’Angleterre abordera le Tournoi des Six Nations sans son capitaine et demi d’ouverture de la Coupe du monde, Owen Farrell, qui a décidé de ne pas participer au Tournoi afin de donner la priorité à son bien-être mental et à celui de sa famille.

Related

Jamie George, le coéquipier de Farrell aux Saracens, prend la tête d’une équipe qui comprend les deux joueurs d’Exeter Immanuel Feyi-Waboso et Ethan Roots parmi les sept joueurs novices, mais les avants expérimentés Kyle Sinckler et Billy Vunipola n’ont pas été retenus. Rencontrer l’Italie à l’extérieur et le Pays de Galles à domicile laisse penser que l’Angleterre devrait prendre un bon départ, mais la tâche se compliquera ensuite avec l’Écosse à Murrayfield, suivie de l’Irlande sur son sol puis de la France à Lyon.

Les médaillés de bronze de la Coupe du monde auront à cœur de bousculer les principaux prétendants au titre que sont l’Irlande et la France, mais avec des joueurs comme Alex Mitchell, Henry Slade et Tommy Freeman en pleine forme avec leurs clubs, les hommes de Steve Borthwick pourraient faire forte impression si les planètes s’alignent.

De grands espoirs pour les demis d’ouverture de l’Irlande

L’approche d’Andy Farrell avec l’Irlande, championne en titre du Grand Chelem, est celle de l’évolution et non de la révolution, après 29 victoires sur les 32 derniers matchs. Farrell a conservé 26 des 33 joueurs qu’il avait emmenés à la Coupe du Monde de Rugby, les changements étant tous imposés par les blessures et les départs à la retraite.

Related

Pourtant, la principale transition à laquelle Farrell doit faire face concerne sans aucun doute le poste le plus influent. Le départ de Johnny Sexton a en effet laissé un vide au poste de demi d’ouverture et l’on s’attend à ce que Jack Crowley, du Munster, devienne le premier choix. Ce jeune homme de 24 ans a impressionné lorsqu’il a été sélectionné, mais il n’a été titulaire qu’à trois reprises sur les neuf qu’il a disputées en test.

Ross Byrne étant absent en raison d’un problème au bras, les concurrents de Crowley – Ciaran Frawley et Harry Byrne – manquent également d’expérience internationale, n’ayant remporté que trois sélections à eux deux.

Le Pays de Galles de Warren Gatland en pleine mutation

Le turn-over des joueurs du Pays de Galles entre la Coupe du monde et le Six Nations est considérable. Les retraites internationales, les blessures, les indisponibilités et les manquements à la sélection signifient que le sélectionneur Gatland abordera le tournoi sans 15 de ses joueurs qui étaient en service en France pendant le Mondial.

Related

Il lui manquera des joueurs comme Louis Rees-Zammit, nouvel espoir de la NFL, Liam Williams, Dan Biggar, Dewi Lake, Tomas Francis, Jac Morgan et Taulupe Faletau dans le groupe qui comprendra également cinq néophytes.

ADVERTISEMENT

Le Pays de Galles débutera contre l’Écosse à Cardiff, avant des rencontres successives contre l’Angleterre, l’Irlande et la France. Gats fait souvent des miracles et le Pays de Galles est souvent au rendez-vous, mais la tâche sera ardue cette fois-ci.

Les Écossais doivent chasser le blues de la Coupe du monde

L’Écosse a besoin d’une campagne du Tournoi des Six Nations positive après avoir perdu de la dynamique à la suite d’une élimination en phase de poules de la Coupe du monde. Stuart Hogg, qui a récemment pris sa retraite, est le seul absent notable de l’équipe qui s’est en général bien débrouillée lors du Tournoi de l’année dernière, terminant en tête du classement derrière les deux grands que sont l’Irlande et la France.

Related

La plupart des blessures survenues avant le Tournoi ont disparu, de sorte que l’équipe a les moyens de rivaliser avec ses concurrents, en particulier avec le quatuor d’arrières Blair Kinghorn, Ben White, Finn Russell et Ali Price, tous en pleine forme après leurs récents transferts à Toulouse, Toulon, Bath et Édimbourg, respectivement.

Dans un tournoi où prendre un bon départ est souvent déterminant pour la suite, tout dépendra de la capacité des hommes de Gregor Townsend à démarrer du bon pied contre le Pays de Galles à Cardiff, une ville dans laquelle les Écossais n’ont plus goûté à la victoire depuis plus de vingt ans.

Les absents ont laissé de bons souvenirs

Si une inévitable effervescence entoure le Tournoi des Six Nations 2024, celui-ci se déroulera en l’absence de quelques personnalités notables, avec en point d’orgue le capitaine de l’équipe de France à la Coupe du monde, Antoine Dupont.

ADVERTISEMENT

Related

Le demi de mêlée de Toulouse ne participera pas à la campagne des Bleus après avoir décidé de tout faire pour rejoindre l’équipe de France de rugby à sept pour les Jeux olympiques à Paris. Dupont devrait participer à deux tournois des World Series pendant le Tournoi des Six Nations, et Maxime Lucu est le favori pour le remplacer au poste de numéro neuf. Le numéro huit de La Rochelle, Gregory Alldritt, est le nouveau capitaine.

Johnny Sexton, l’autre ancien Joueur World Rugby de l’Année, a pris sa retraite, tandis qu’un autre meneur de jeu de premier plan – le numéro 10 du Pays de Galles, Dan Biggar – s’est retiré du rugby international, en plus du trio anglais très expérimenté formé par Courtney Lawes, Ben Youngs et Mako Vunipola.

Les arbitres Wayne Barnes et Jaco Peyper ont quant à eux mis un terme à leur carrière et le Stade de France ne figurera pas au programme du Tournoi des Six Nations de cette année, car il est en préparation pour les Jeux olympiques. Les rugbymen français joueront à Marseille, Lille et Lyon.

Related

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Be the first to comment...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

TRENDING
TRENDING Stuart Hogg U-turn confirmed by Montpellier Stuart Hogg U-turn confirmed by Montpellier
Search