Cinq choses à retenir du Tournoi des Six Nations

Par RugbyPass
Réunion de l'équipe d'Angleterre/Conor Murray et Peter O'Mahony d'Irlande. (Photo par Charles McQuillan/Getty Images et (Photo par Dan Mullan - RFU/The RFU Collection via Getty Images)

Le Tournoi des Six Nations 2024 a finalement terminé comme il avait commencé, par une victoire de l’Irlande sur la France.

ADVERTISEMENT

Si les Irlandais se sont ensuite inclinés face à l’Angleterre à Twickenham, ils ont tout de même défendu leur titre avec succès, avec cinq points d’avance sur la France, vice-championne, tandis que le Pays de Galles a touché le fond avec une cuillère de bois.

L’Irlande se remet en route après la Coupe du monde

L’Irlande a rebondi de façon spectaculaire après avoir été déçue par les quarts de finale de la Coupe du Monde de Rugby et a confirmé son statut de meilleure équipe internationale de l’hémisphère nord en remportant un deuxième titre de champion consécutif.

Une victoire record en France a donné le ton d’une nouvelle campagne dominante. Seule la meilleure performance du règne de Steve Borthwick en tant que sélectionneur de l’Angleterre – et un drop goal de dernière minute – a fait échouer la quête d’un Grand Chelem consécutif.

L’Irlande va maintenant s’attacher à confirmer ses prétentions à être la meilleure équipe du monde. Une alléchante série de deux tests en été contre les champions du monde sud-africains devrait clarifier la situation. Des matchs très attendus contre la Nouvelle-Zélande, l’Argentine, les Fidji et l’Australie suivront avant que le sélectionneur Andy Farrell ne mette ses fonctions entre parenthèses pour prendre en charge les British and Irish Lions.

L’Angleterre retrouve le sourire

Terminer à la troisième place de la Coupe du Monde de Rugby 2023 était déjà un exploit, mais le règne de Steve Borthwick a véritablement bénéficié d’un rebond lors des deux dernières journées du Tournoi des Six Nations.

La victoire sur l’Irlande, championne en titre, a été la plus importante des quatre dernières années, et ce n’est que dans le résultat qu’elle a échoué face à la France, s’inclinant sur une pénalité de Thomas Ramos à quelques secondes de la fin de la rencontre.

L’Angleterre a retrouvé sa motivation, stimulée par un nouvel appétit pour l’attaque, et elle peut envisager sa tournée d’été au Japon et en Nouvelle-Zélande avec une réelle excitation. Compte tenu de la gravité de la défaite face à l’Écosse à Murrayfield le 24 février, il s’agit là d’un remarquable retournement de situation.

Le Pays de Galles en chute libre

Le Pays de Galles est passé des quarts de finale de la Coupe du monde à la dernière place du Tournoi des Six Nations en l’espace de cinq mois, subissant l’ignominie d’une première cuillère de bois depuis 2003.

Le sélectionneur Warren Gatland a affirmé qu’il avait présenté sa démission – que le Directeur général de la Welsh Rugby Union, Abi Tierney, a rejetée – immédiatement après la défaite à domicile contre l’Italie. Il s’agissait de la cinquième défaite consécutive du Pays de Galles dans un tournoi où il ne compte que 4 petits points au final, soit 7 points d’écart avec l’Italie avant-dernière.

ADVERTISEMENT

Le travail de reconstruction entamé par Gatland après la Coupe du monde est considérable et, bien que de nouvelles recrues comme Cameron Winnett et Alex Mann se soient montrés prometteurs, le Pays de Galles n’a finalement pas pu combler l’absence de joueurs clés comme Dan Biggar, Liam Williams, Louis Rees-Zammit, Jac Morgan et Taulupe Faletau. George North a maintenant suivi Biggar et Leigh Halfpenny dans leur retraite et le Pays de Galles jouera son prochain match contre l’Afrique du Sud, championne du monde.

Un refrain habituel pour l’Écosse

L’Écosse a manqué l’occasion de réaliser son meilleur résultat de l’ère du Tournoi des Six Nations en ne remportant que deux victoires en cinq matchs, alors qu’elle était bien placée dans chacune de ses rencontres qu’elle était en position de force dans quatre d’entre elles.

Un manque de concentration a coûté cher lors des défaites face à la France, à l’Italie et à l’Irlande, tandis que les Écossais ont eu la chance de ne pas sombrer complètement en deuxième mi-temps lors du premier match contre le Pays de Galles.

Les hommes de Gregor Townsend ont eu l’occasion de battre les Français, avant d’encaisser la décision controversée des officiels de ne pas leur accorder un essai décisif en fin de match. Ils avaient la victoire à portée de main à Rome avant de perdre le fil en deuxième mi-temps. Et à Dublin, une touche mal exécutée devant leur propre ligne a fini par ruiner une performance pleine d’espoir à l’extérieur. Bref, l’Écosse doit trouver le moyen de mettre fin à ce flottement qui l’empêche d’être considérée comme une équipe de haut niveau.

L’Italie mérite les plus grands honneurs

Si l’Irlande a une nouvelle fois été couronnée reine du Tournoi des Six Nations, l’Italie peut également être considérée comme l’équipe du tournoi.

Les Italiens n’ont peut-être terminé que cinquièmes, mais leur progression sous la houlette de leur nouvel entraîneur, Gonzalo Quesada, a été impressionnante. L’Italie a collectionné les cuillères de bois pendant huit saisons consécutives, mais cette fois-ci, son rugby a gagné en qualité, en détermination, en orientation et en dynamisme, ce qui lui a permis de remporter des victoires sur l’Écosse et le Pays de Galles, de faire match nul à l’extérieur contre la France et de s’incliner de justesse face à l’Angleterre.

ADVERTISEMENT

Michele Lamaro a été un capitaine inspiré, les trois-quarts centre Juan Ignacio Brex et Tommaso Menoncello ont prouvé qu’ils étaient à la hauteur de n’importe quel autre centre de la compétition, le nouveau venu Louis Lynagh a semblé tout à fait à son aise, Paolo Garbisi a géré les choses de manière impressionnante en tant que demi d’ouverture et l’Italie a fait preuve d’une meilleure appréciation et d’une meilleure exécution tactiques que pendant plusieurs saisons. Un régal à regarder.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

J
Jon 1 hours ago
British & Irish Lions free agent open to Super Rugby switch

There are a couple of teams who could use a stop gap experienced head. Blues - I’m not sure the Blues have signed a replacement for Caleb Tangitau (if he hasn’t been let go to make room for Barrett) yet, or whether Reiko is going on sabbatical and/or will remain in the squad. With exciting young French player Xavi Taele looking destined for higher honors in black, talented breakthrough rookie Cory Evan’s, and a couple of utilities, in AJ Lam and Bryce Heem(even Clarke?), all trying to learn the midfield trade, Williams could be a great aid. The Blues signed key English center Joe Marchant before he was raised to that level, and were possibly in the hunt to bring back the dependable Tele’a from the Highlanders. Possible the main squeeze which would put to bed any signing here would be the battle at 10 with Beauden’s return, and the forcing of Plummer back into the midfield. Hurricanes - Jordie Barrett is off to Leinster for a sabbatical next year but the more likely signing would be Billy’s brother back in the team. The Hurricanes are light on the outside with the loss of Salesi Rayasi to the Top 14 and if no quality is found to back up Kini Naholo, the midfield of Sullivan or Proctors could find themselves on the wing and space for a leader to show the Hurricanes three All Black midfield hopefuls (Higgins, Proctor, Umaga-Jensen) how its done. Highlanders - Rotation is high as usual at the Highlanders and versatility remains a strength with a lot of the squad. With compatriot Rhys Patchell signing a move to the JRLO, the passing of outside back Connor Garden-Bachop, and confirmed departure of Argentine wing Martin Bogado, the versatility of many of the young backups in the squad could see a veteran 12 like Williams being a strong partner for the robust Tele’a. With hope that the other Umaga-Jensen brother can force him out of the starting lineup, and shifting the sides general Sam Gilbert back into 10, the off-contract midfielder might seen as the perfect option for a squad still looking to fill one back spot.

3 Go to comments
FEATURE
FEATURE Wales ‘must end barren run soon or losing could become ingrained’ Wales ‘must end barren run soon or losing could become ingrained’
Search