Select Edition

Nord Nord
Sud Sud
Mondial Mondial
Nouvelle Zélande Nouvelle Zélande
France France

« L’équipe de France a perdu quasiment deux saisons »

Par Willy Billiard
XV de France Féminin échauffement

C’est une petite phrase glissée au milieu d’une interview mais qui en dit long. Dans un entretien au Midi Olympique, l’ancienne internationale Marjorie Mayans (33 ans, 53 sélections) revient sur la 13e défaite de rang du XV de France féminin face à l’Angleterre samedi 27 avril, en clôture du Tournoi des Six Nations 2024.

ADVERTISEMENT

« Nous ne sommes pas si loin des Anglaises », commence-t-elle à dire précisant que « on peut rivaliser physiquement avec elles sur l’intensité, les duels ou la défense ».

Puis : « l’équipe de France a perdu quasiment deux saisons », assène-t-elle en référence à la période qui a précipité l’entrée en piste du duo d’entraîneurs Gaëlle Mignot-David-Ortiz. « Pendant presque deux ans (…) l’ancien sélectionneur (Thomas Darracq, ndlr) s’est évertué à appliquer un projet de jeu qui ne correspondait pas du tout à l’équipe (…) où elle n’était pas bien mentalement, et elle est en train de rattraper ce retard. »

Un passage qui a laissé des traces

Le passage de Thomas Darracq dans le staff des tricolores (2021-2022) en remplacement de Samuel Cherouk a coïncidé avec la Coupe du Monde de Rugby féminin 2021, décalée en 2022 en Nouvelle-Zélande. Malgré la médaille de bronze, la séquence s’est mal passée et a créé des drames, poussant la manager Annick Hayraud à démissionner après le tournoi.

« Ça ne s’est pas très bien passée », confirme-t-elle aujourd’hui à RugbyPass. « J’avais vraiment besoin de faire un break ; la fin avait été très difficile. »

Aujourd’hui, Marjorie Mayans en remet une couche sur le projet de jeu qui ne correspondait pas à ce que souhaitaient les joueuses et qui a provoqué tant de malaises à l’époque.

Un jeu à l’instinct

Gaëlle Mignot, alors en charge de la mêlée et des attitudes au contact, et David Ortiz, en charge pour sa part de la touche et de la défense, en ont pris bonne note et ont rectifié le tir, en associatnt notamment les joueuses au projet de jeu plus décomplexé que par le passé.

« Je m’épanouis dans un projet de jeu comme celui-là plutôt qu’un projet plus calibré, parce que c’est mon profil de jeu », confie par exemple la trois-quarts centre Maëlle Filopon à RugbyPass tout en reconnaissant que « d’autres joueuses ont besoin de plus de cadre ».

ADVERTISEMENT

« Selon moi, le mieux est d’avoir un projet de jeu qui est adapté à tous les profils que tu as dans l’équipe. Il faut être super calibré ou être à l’instinct.

« Nous, les Françaises, quand on regarde le profil de chacune, on sait jouer au rugby à l’instinct. On n’est pas des machines. On ne va pas faire des skills pendant une heure tous les jours, ce n’est pas notre visio du rugby. Du coup, c’est à double tranchant. Ensuite, il faut assumer sur le terrain. »

Related

Toujours en construction

Mignot et Ortiz l’ont répété dans les colonnes de Sud-Ouest : « on est toujours dans cette notion de construction », assurent-ils de concert.

« C’est notre deuxième Tournoi, donc c’est notre première année de travail avec un nouveau staff et des joueuses qui rentrent dans le groupe au fur et à mesure (le duo a été nommé en décembre 2022, ndlr). Malgré la défaite, il faut rester lucide sur notre parcours, sur le travail que l’on a accompli et tout ce qu’il reste à parcourir encore. »

ADVERTISEMENT

Il reste donc du travail à faire et toutes les parties semblent lancées pour remédier au chantier. Comme annoncé en premier sur RugbyPass, le prochain Crunch aura lieu le 7 septembre à Gloucester en guise de préparation des trois gros tests d’automne des Bleus au Canada dans le WXV 1.

Related

La Coupe du Monde de Rugby Féminin 2025 arrive en Angleterre. Inscrivez-vous ici pour être le premier à recevoir des informations sur la billetterie.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

USER NOTICE:

As part of a series of planned improvements, we will need you to reset your RugbyPass password from 22/06/24 to continue commenting on articles.

You don’t need to change anything until that time.

Thank you,

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

T
Tim 4 hours ago
'It’s a mental thing': Joe Schmidt on the Wallabies' flyhalf issues

Ben Donaldson had not played Super Rugby for the past eight weeks. Surely, he was playing Shute Shield for Randwick in that time to keep up the fitness…?? Eight weeks is a long break to be thrust in against a hungry skillful side like Georgia who deserve to be in the “7 Nations”. (Italy, Wales & Scotland v Georgia, can’t wait to see those ones). In the second test against Wales, Donaldson was put on for nine minutes. That was a mistake from the coaching team, who already knew he was starting the following week against Georgia. They should have put him on for 20-25 minutes, with Nick Whyte at halfback, and their combination from the Force would have flowed. Donaldsons first 20 minutes against Georgia was a shocker. However, well done to Joe Schmidt for keeping him out there because Donaldsons game improved as the rust came off, he was hammered a few times and handled it and he came into his groove. He made mistakes which they will all learn from. Ben Donaldson is a naturally talented rugby player who the Wallabies have to stick with at no.10. “Over the black Dot-aldson” is a good nick name for him with his awesome goal kicking style. It looks as though, off the boot, it’s going to hit the post. Then it just curves in beautifully every time, once he is in the groove. Donaldsons play this season for the Force, with Kurtley and co., was amazing to watch. Kurtley making one of the best comebacks in history. Donaldson has to be played consistently with Flash Gordon, Big LEN, McReight, Tupou, Kellaway. Oh, that’s right, there is Bell, Kerevi, Petaia (This list does go on a bit). Donaldson will be slotting these weapons into gaps, and into the clear, before we know it… One more thing which I will just assume is happening, just include JOC in the Wallabies squad. He is a rugby genius. His skills, wisdom and experience would be infectious around the Wallabies relatively inexperienced backline. JOC has mastered the art of all the positions long ago. JOC is so skilled and match fit atm taking THE REDS, at no.10, within a point of beating Wales. He can come off the bench and slot into the backline for the Wallabies at 10, 12, 13 or 15 at any stage of a test match. Ummm yeah, not bad… I am assuming that BIG JOE, Laurie “Gandalf” Fischer, Mike “The scrum Doctor” Cron and the team obviously already know all this. I am just a passionate rugby union supporter, and I am very happy that these guys are in charge of the coaching duties, what a coaching team the Wallabies have been blessed with. (Good luck with selecting the match day 23 when Will Skelton, who was playing amazing rugby for La Rochelle, and the boys return from Europe/Japan, Samu Kerevi…???) Now just imagine having Bernie Larkham, Toutai Kefu, Nathan Grey and John “Nobody” Eales as your coaching apprentices… GO AUSTRALIAN RUGBY… Doing a great job Phil Waugh, Joe Roff, Dan Herbert and the team. An amazing three years ahead. GO THE WALLABIES… GO THE WALLAROOS… GO THE 7’s in Paris…

2 Go to comments
TRENDING
TRENDING Eddie Jones' Japan humbled by Italy in Sapporo Eddie Jones' Japan humbled by Italy in Sapporo
Search