L'équipe-type RugbyPass des Six-Nations

Par Jamie Lyall
SIX NATIONS PLAYERS XV

Qui a marqué les esprits ? Qui n’a pas répondu aux attentes ? Quels sont les joueurs dont les statistiques confirment ce que nous avons vu de nos propres yeux ? Quels sont ceux qui ont eu de l’influence sans faire de bruit ? Alors qu’une nouvelle édition du Tournoi des Six Nations vient de prendre fin, l’élite européenne a de quoi se poser des questions.

ADVERTISEMENT

Six Nations

P
W
L
D
PF
PA
PD
BP T
BP-7
BP
Total
1
Ireland
5
4
1
0
20
2
France
5
3
1
1
15
3
England
5
3
2
0
14
4
Scotland
5
2
3
0
12
5
Italy
5
2
2
1
11
6
Wales
5
0
5
0
4

L’Irlande peut s’enorgueillir d’avoir soulevé un 2e trophée consécutif, mais sans le Grand Chelem qu’elle convoitait. L’Angleterre a enfin trouvé son rythme offensif, mais elle a calé à Lyon face aux Bleus. La France a commencé le Tournoi en affichant un visage inquiétant, mais l’a bouclé en ressemblant beaucoup plus à l’équipe qu’on connait depuis quatre ans.

L’Italie est entrée dans l’histoire en signant le meilleur Tournoi de son histoire (deux victoires, un nul, deux défaites), reléguant une horrible Coupe du monde aux oubliettes. L’Écosse, une fois de plus, a alterné l’encourageant et le déprimant, tandis que la cuillère de bois dont a écopé le Pays de Galles est avant tout le produit d’une perturbation massive de son identité de jeu et d’un grand nombre de débutants jetés dans le creuset de la compétition.

Au terme d’un Tournoi des Six Nations 2024 passionnant, RugbyPass fait le point et dresse son XV du championnat.

N’hésitez pas à donner votre avis dans les commentaires ci-dessous, mais n’oubliez pas que c’est forcément subjectif. Allez, on s’y met…

15. George Furbank

Un élément essentiel du renouveau de l’attaque anglaise. Il n’a pas l’aisance de Freddie Steward dans les airs, mais en contre, Furbank fait des étincelles et affiche une créativité supérieure, digne du joueur qui joue parfois en 10 pour les Saints. Bien qu’il n’ait débuté que trois matches et qu’il se soit blessé tôt contre la France, ses courses en profondeur ont déstabilisé l’Irlande et il a marqué un essai brillant en première phase à Murrayfield.

England Furbank Borthwick Six Nations
England’s George Furbank (left) celebrates scoring in Scotland (Photo by Michael Steele/Getty Images)
ADVERTISEMENT

L’Irlandais Hugo Keenan conserve une classe folle, le jeune Gallois Cam Winnett s’est battu admirablement dans des circonstances difficiles, tandis que Thomas Ramos a oscillé entre les postes d’arrière et de demi d’ouverture. Sans différence sur ses statistiques de tireur d’élite.

14. Monty Ioane

Une menace constante dans la surprenante équipe des Azzurri de Gonzalo Quesada. Ioane a parcouru près de 400 mètres, réalisé sept franchissements de ligne et huit offloads, uniquement battu dans ces deux dernières catégories par Damian Penaud. Il a joué chaque minute du Tournoi italien et a marqué des essais capitaux contre l’Angleterre et le pays de Galles.

Après un début de campagne en dedans, Penaud a retrouvé sa forme tandis que Calvin Nash a pris sans problème la place laissée vacante par Mack Hansen dans les rangs irlandais.

13. Juan Ignacio Brex

Une main de fer dans un gant de velours. Dans le langage moderne du rugby, Brex est un centre “triple menace” qui peut courir, botter et passer à merveille. Il est capable de faire à peu près tout ce que l’on peut demander à un second centre international, et ce à un niveau exceptionnel. La manière de Brex de jouer dans le trafic est superbe, guidant une ligne de trois-quarts relativement jeune. Il a été désigné homme du match à l’issue des deux derniers matchs, une double récompense amplement méritée.

Huw Jones a mené l’attaque écossaise en marquant un essai individuel somptueux contre l’Irlande et, malgré quelques moments difficiles en défense, Gaël Fickou a souvent mis la France dans le bon sens, concluant notamment une action fulgurante avec aplomb à Lyon.

12. Bundee Aki

Un poste à haute concurrence compte tenu du dynamisme de Tommaso Menoncello pour l’Italie et des coups de tonnerre d’Ollie Lawrence lors des meilleurs matches de l’Angleterre.

Mais la régularité dans l’excellence d’Aki, à un mois de son 34e anniversaire, est vraiment remarquable. Il a conservé sa forme éblouissante de la Coupe du monde et s’est attelé à détruire les défenses et à briser la ligne d’avantage. Il a parcouru près de 400 mètres ballon en main en 50 charges.

11. James Lowe

Lui aussi fait preuve d’une constance remarquable. Lowe reste l’un des meilleurs finisseurs d’Europe et le canon qui lui sert de pied gauche est un atout précieux pour Andy Farrell. Seul Finn Russell a botté plus de mètres.

ADVERTISEMENT

Lowe a inscrit quatre essais, a réalisé sept franchissements et a parcouru plus de mètres ballon en main que n’importe quel autre joueur : près de 100 mètres par match. Un autre Tournoi des Six Nations à savourer pour l’ailier d’origine néo-zélandaise.

Damian Penaud and James Lowe
Dublin , Ireland – 11 February 2023; James Lowe of Ireland on his way to scores his side’s second try despite the tackle of Damian Penaud of France during the Guinness Six Nations Rugby Championship match between Ireland and France at the Aviva Stadium in Dublin. (Photo By Brendan Moran/Sportsfile via Getty Images)

Duhan van der Merwe a fait très mal au pays de Galles et à l’Angleterre, mais son influence a diminué plus tard dans le Tournoi, sevré de ballon.

10. Jack Crowley

Il a pris la place d’une icône et a mené son équipe à un nouveau titre de champion. Crowley est jeune et en phase d’apprentissage, mais il a réalisé une première campagne impressionnante dans le maillot de la légende Johnny Sexton. Il a la capacité de travail d’une fourmi, et apporte au poste de demi d’ouverture une dimension physique, notamment en défense.

Il a commencé le Tournoi des Six Nations par une formidable démonstration de gestion du jeu à Marseille et, malgré une performance d’équipe en demi-teinte contre l’Écosse, il l’a terminé avec une médaille de vainqueur autour du cou.

George Ford a été sublime à Lyon, faisant preuve d’esprit et d’astuce, tandis que Finn Russell a joué son rôle de chef d’orchestre à la perfection contre le Pays de Galles en première mi-temps, mais son influence a fluctué en fonction des résultats de l’Écosse.

9. Jamison Gibson-Park

Nolann Le Garrec a contribué à transformer l’attaque française lors des deux derniers matches, mais le brio de Gibson-Park sur l’ensemble des Six-Nations lui permet de devancer le jeune joueur du Racing.

Le style de Gibson-Park est impitoyable : rapide, percutant et mortel, il sert les attaquants irlandais, extrêmement efficaces, partout sur le terrain, choisissant les options et donnant l’impulsion. Il a terminé le Tournoi avec trois passes menant à l’essai. Personne n’a fait mieux. Il s’est même montré solide sur l’aile lorsque les blessures et le banc de touche en 6-2 ont obligé l’Irlande à bricoler une ligne arrière à Twickenham.

8. Ben Earl

Dans la lignée de sa Coupe du monde sensationnelle, il a réalisé un excellent Tournoi des Six Nations. La boule de démolition des Saracens a porté 15 fois plus que n’importe quel autre joueur et a couru 143 mètres de plus que n’importe quel autre avant.

Seuls deux ailiers, Lowe et Penaud, ont fait mieux que ses 418 mètres couverts balle en main. Earl a battu 24 défenseurs – personne n’a fait mieux parmi les avants – et a marqué deux essais. Ces chiffres impressionnants soulignent l’impact évident d’Earl et son importance croissante dans le renouveau anglais.

7. Tommy Reffell

Toujours à la pointe du combat, il a montré la voie à certains de ses coéquipiers. Il a participé à plus de rucks et a gagné plus de ballons sur les points de rencontre que n’importe quel autre joueur. Il s’est particulièrement illustré lors de la défaite galloise contre l’Angleterre.

Sam Underhill a été une fois de plus, un véritable sécateur humain.

6. Charles Ollivon

Au sein d’une équipe française oscillant entre le néant et le satisfaisant, Ollivon a offert des moments de grande classe et son leadership. Son rendement n’a que rarement baissé. 3e ligne souvent présent au soutien offensif, il a marqué un essai contre l’Italie, a déchiré la défense anglaise tout en parvenant à glisser le ballon à Léo Barré après contact. Le premier capitaine de l’ère Galthié demeure un joueur incontournable pour le sélectionneur et un exemple pour ses coéquipiers.

Dupont Law
Australian referee Nic Berry (R) speaks with captains France’s flanker Charles Ollivon (L) and Scotland’s fly-half Finn Russell (C) as a decision on whether Scotland have scored a late try is considered during the Six Nations international rugby union match between Scotland and France at Murrayfield Stadium in Edinburgh, Scotland on February 10, 2024. France won the game 20-16. (Photo by Andy Buchanan / AFP) (Photo by ANDY BUCHANAN/AFP via Getty Images)

Alex Mann est arrivé à maturité dans la 3e ligne galloise, et Andy Christie a été un atout majeur pour l’Ecosse, en particulier lors du dernier match.

5. Tadhg Beirne

Les contributions de Beirne à la conquête d’un nouveau titre irlandais ont pu passer un peu inaperçues tant ses qualités sont grandes. Son activité est essentielle pour Andy Farrell : il porte le ballon, plaque solidement, tout en constituant une menace en attaque. Sa capacité à anticiper ce qui peut se passer et à savoir où il doit se trouver est bluffante : personne n’a volé plus de touches que lui.

Ollie Chessum a été efficace aussi bien à l’attelage que sur le flanc de la 3e ligne.

4. Dafydd Jenkins

Au sein d’un pays de Galles en pleine reconstruction, Jenkins, 21 ans seulement, a été une présence totémique. Rob Baxter a décelé son immense potentiel de leader à Exeter et lui a confié le rôle de capitaine au début de la saison. Il est le plus jeune capitaine du pays de Galles depuis l’emblématique Gareth Edwards il y a une cinquantaine d’années. Deuxième plus gros plaqueur derrière l’Italien Michele Lamaro, il a participé à 144 rucks offensifs. Sa réputation grandissante s’est encore renforcée. Le pays de Galles peut construire un pack autour de lui pour les douze prochaines années.

Joe McCarthy a eu une présence physique incontournable dans la salle des machines irlandaise.

3. Uini Atonio

Il avait annoncé sa retraite le soir de l’élimination en Coupe du monde, mais il est rapidement revenu sur sa décision, pour la plus grande joie de Fabien Galthié.

L’éternel Dan Cole mérite une mention, tout comme Zander Fagerson, l’avant le plus impactant d’Écosse, auteur de 22 plaquages à Dublin.

2. Dan Sheehan

Il redéfinit complètement le rôle du talonneur saison après saison. Sa forme irrésistible ne montre aucun signe de fléchissement, même s’il y a eu quelques lancers ratés lors du dénouement.

Il termine meilleur marqueur d’essais du Tournoi (cinq), a porté plus de ballons que n’importe quel joueur de première ligne et a fait preuve de rapidité, de puissance dans la droite ligne de son ascension fulgurante sous le maillot vert.

Jamie George a magnifiquement dirigé l’Angleterre en dépit d’un énorme chagrin personnel, lui qui a perdu sa maman durant la compétition.

1. Andrew Porter

Il s’est classé parmi les cinq meilleurs nettoyeurs de rucks, a gratté quelques ballons, et a porté, en moyenne, plus de sept ballons par match. Son essai derrière en mêlée fermée contre l’Écosse a été déterminant pour le titre et il a fait clignoter furieusement les feux arrière des visiteurs au moment de la mêlée, un domaine dans lequel sa technique a été critiquée par le passé.

Le massif Pierre Schoeman et l’ultra-mobile Danilo Fischetti ont fait preuve d’une grande efficacité et méritent d’être signalés.

Six Nations Six Nations
Six Nations Greatest XV
Brian O'Driscoll
Brian O'Driscoll
ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Be the first to comment...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

T
Turlough 6 hours ago
'Let them keep talking' - Mike Catt claps back over Bok remarks

“You want that – not hatred – but whatever it is that stirs it all up. It’s good.” Agree with this. If you can put a common motivating idea in all your players heads during a game it can produce a real Team perfromance. Erasmus is pretty expert at this. It is quite clear that the comments by Etzebeth, Allende and others were not coincidence and were actioned to create animoisty before the series in order to galvanise the South African mind set. While I understand it, I don’t like it. They result in unnessary vitriol between supporters and for what? I don’t think any of the SA players seriously believe any of these claims and with Ireland ignoring them Erasmus won’t get the escalation he seeks. The vitriol shown by some SA and indeed NZ supporters is extremely weird for NH supporters (OK, maybe England have felt it) but it just feels very odd over a sport. Ireland were more or less sh1t for the first 100 years of their rugby, they have improved significantly in the last 25 to be in a position around now (it may not last) to go into a match with the big guns with a real shot of winning. The reaction to this from some SH supporters has been bizarre with conspiracy theories of ‘Arrogance’ fueling abuse from supporters and even NZ players to Irish crowds during the world cup. I love International rugby and the comraderie between supporters. I genuinely dread and dislike the atmosphere around games with the southern giants. They take this very personally. NH teams: play them, try and beat them, enjoy the craic with their players and supporters and wish them well. SH teams wish them well and they call you arrogant in the press months later. Its just a matter of try and beat them and then good riddance til the next time.

8 Go to comments
FEATURE
FEATURE Buoyant England travel to New Zealand full of hope but are they walking into an All Blacks ambush? Buoyant England travel to New Zealand full of hope but are they walking into an All Blacks ambush?
Search