L'Angleterre écrase la Nouvelle-Zélande et remporte le WXV 1

Par RugbyPass
Ellie Kildunne of England during the WXV1 match between New Zealand Silver Ferns and England at Go Media Stadium Mt Smart on November 04, 2023 in Auckland, New Zealand. (Photo by Dave Rowland/Getty Images)

Le meilleur du rugby féminin s’est retrouvé au Go Media Stadium d’Auckland samedi 4 novembre, où la victoire 33-12 de l’Angleterre sur la Nouvelle-Zélande lui a permis de devenir la première championne de l’histoire du WXV 1. Le Canada a terminé deuxième et l’Australie troisième après avoir remporté d’excellentes victoires lors de la phase finale.

ADVERTISEMENT
Rencontre
Women's XV 1
England Women's
33 - 12
Temps complet
New Zealand Women's
Toutes les stats et les données

L’Angleterre a remporté la toute première édition du WXV 1, après une victoire 33-12 sur la Nouvelle-Zélande. Obtenue après un premier quart-temps dominé par trois essais, la victoire a permis à l’Angleterre de conserver son record de victoires dans le WXV 1. Il s’agit de la plus lourde défaite jamais subie par les Black Ferns en Nouvelle-Zélande.

Un départ en trombe

Les Red Roses sont passées directement à l’offensive dans des conditions parfaites au Go Media Mt Smart Stadium, forçant une mêlée à cinq mètres de la ligne après seulement quatre minutes. Grâce à une poussée massive de ses avants, la numéro huit Alex Matthews a pu profiter de la mêlée et marquer, donnant le ton pour la suite.

Les Anglaises ont ensuite fait ce qui fait leur réputation, transformant une pénalité en un essai après une touche. Lark Atkins-Davies en a été la bénéficiaire, ajoutant un nouvel essai aux quatre qu’elle avait marqués le week-end dernier contre le Canada.

Graphique d'évolution des points

England Women's gagne +21
Temps passé en tête
78
Minutes passées en tête
0
98%
% du match passés en tête
0%
27%
Possession sur les 10 dernières minutes
73%
0
Points sur les 10 dernières minutes
0

Comme pour prouver qu’elles ne dépendaient pas entièrement de leurs phases statiques, la visite suivante des Anglaises dans les 22 de la Nouvelle-Zélande a donné lieu à un jeu très patient et efficace au niveau du ruck, créant un espace pour Sarah Bern qui a plongé et accentué l’avance.

Et 26 minutes après, les Black Ferns marquent enfin

En fait, il a fallu 26 minutes aux Black Ferns pour enfin obtenir la possession du ballon dans la moitié de terrain anglaise, bien qu’elle ait été bien défendue et que l’Angleterre ait failli marquer sur un ballon de récupération. Seul un brin d’herbe a empêché Ellie Kildunne d’aplatir après un magnifique coup de pied rasant donné par Holly Aitchison, empêchant ce qui aurait été une incroyable conclusion.

Cependant, les Black Ferns ont montré qu’elles étaient capables de rebondir sur la moindre erreur, après un en-avant à l’arrière d’une mêlée anglaise au centre. Le ballon était transmis à Ruby Tui, dont la course l’emmenait dans les 22 mètres. Deux rucks plus tard, un énorme espace s’ouvrait et Kennedy Simon redressait la barre pour marquer et débloquer le compteur des Black Ferns.

Synthèse du match

0
Coups de pied de pénalité
0
5
Essais
2
4
Transformations
1
0
Drops
0
144
Courses avec ballon
128
4
Franchissements
9
16
Turnovers perdus
20
4
Turnovers gagnés
7

Katelyn Vahaakolo est entrée en jeu après la mi-temps pour la Nouvelle-Zélande et a eu un impact immédiat avec une course avec ballon au milieu du terrain. L’Angleterre a bien défendu la touche, mais elle n’a pas pu empêcher l’arrière des Black Ferns de combiner et d’envoyer Vahaakolo marquer dans le coin opposé.

Les Red Roses prennent le contrôle

Le rythme du match était frénétique depuis le début de la seconde mi-temps et l’Angleterre, peut-être consciente des circonstances de la finale de la Coupe World de Rugby de l’année dernière, était plus qu’heureuse de prendre son temps autour d’une série de mêlées à recommencer peu de temps après. Cela leur a permis de se rapprocher de la ligne d’en-but grâce à une série de rucks, Morwenna Talling s’engouffrant dans la brèche pour marquer un essai important qui a permis aux Anglaises de mener largement grâce à la transformation d’Aitchison.

Phases statiques

18
Mêlées
6
83%
% de mêlées gagnées
83%
8
Touche
13
100%
% de touches gagnées
85%
6
Renvois réussis
3
100%
% de renvois réussis
100%
ADVERTISEMENT

C’est au cours des dix minutes suivantes que l’Angleterre a vraiment pris le dessus sur le match. Une longue période de défense le long de la ligne médiane a poussé la Nouvelle-Zélande à commettre des fautes de main, puis les Red Roses ont frappé avec une efficacité clinique lorsque leur chance s’est présentée. Encore une fois, c’est le jeu direct qui a porté ses fruits jusqu’à ce que Zoe Aldcroft soit capable d’inscrire l’essai qui mettait le score hors de portée de la Nouvelle-Zélande.

C’était un moment particulièrement agréable pour Aldcroft, qui avait été privée de la finale de la Coupe du Monde de Rugby l’année dernière après s’être blessée à l’échauffement. Kildunne a failli mettre un autre essai, mais son excellente finition a une fois de plus été rejetée par le TMO en raison d’une faute commise en amont.

Le reste de la rencontre s’est déroulé dans la moitié de terrain néo-zélandaise, les Anglaises contrôlant bien le rythme. Le coup de sifflet final a donné lieu à des célébrations bien méritées de la part des Red Roses, qui terminent une année d’invincibilité avec un nouveau trophée.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

N
Nickers 1 hours ago
'One of the poorest All Blacks performances I've seen in a long time'

Extreme hyperbole from Biggar. NZ have played far, far worse than that. The 20/21 team was by far the worst of the professional era. Losses to Argentina, shambolic game against Japan and hapless NH tour of 2021. But even that dreadful team were able to put 50 points on Wales and beat them by 38. Much easier to “tear them to pieces” from the commentary box apparently. Ignored by virtually everyone is how good the ABs defence was. That is why England didn’t win, they simply could not score enough points against that defence. The ABs attack was very average, but their defence was world class and that’s what won them the game. Any Wales team that Biggar has ever played for would have found themselves in the same situation and would definitely not have scored tries from those cross kicks. That ABs team beats Biggar’s best Wales team 31 - 13. England’s attack was as good as it was allowed to be by a superior defence. Hats off to Hansen, he has picked up where MacLeod finally got the ABs to last year and not missed a step. England’s attack will be a big worry for Borthwick. They have not established a reliable, repeatable way to break teams down and score points. They were held to some very low scores by average teams in the 6N, and again here didn’t cross 20 points on either occasion. If I was an England fan I would be crying out for a new attack coach. Borthwick would do well to cast his net now, a poor home winter with a faltering attack will start the calls for his job.

12 Go to comments
T
Thomas 1 hours ago
'Champions get up when they can't': Matt Williams weighs in on Ireland's win over Boks

While both teams have their particular positives, I think neither team should rest on their laurels. South Africa managed to tie a series against an uncomfortable opponent, that has had their numbers for a couple of years, while trial-running a completely new attack system, that still doesn’t work properly. But one aspect of “it doesn’t work yet” is a transition from attack to defense in broken play, as the Boks leaked three tries in two matches this way, and lost the second match as a result. Ireland avoided a series loss in a hostile environment, and in spite of many key player injuries, while managing to significantly improve and tighten their defense in game 2 (which demonstrates the breadth of their squad as well as their ability to adjust and recalibrate). At the same time, their own attack hadn’t amounted to much, either (save from exploiting the gaps in the Boks’ new system, gaps that won’t be there anymore in a few months’ time), and they haven’t found an answer to the Boks scrum, which almost costed them the 2nd match, if it hadn’t been for pretty much unrepeatable Frawley heroics. In the end, there isn’t much that separates those two sides … which is exactly what we knew before the series already. Back to the drawing board for both teams, the work only just begins for two teams with the highest ambition. Start of a cycle alright.

16 Go to comments
FEATURE
FEATURE Mick Cleary: 'There is now a clear sense of identity about this England team.' Mick Cleary: 'There is now a clear sense of identity about this England team.'
Search