Champions Cup : Toulouse et UBB ensemble, La Rochelle retrouve le Leinster

Par Jérémy Fahner
Mathis Lebel et Romain Ntamack présentent la Champions Cup à leurs supporteurs depuis le balcon du Capitole, à Toulouse, le 26 mai 2024 (Photo by VALENTINE CHAPUIS/AFP via Getty Images).

Le tirage au sort des poules de Champions Cup pour la saison 2024-2025 a eu lieu ce mardi au Principality Stadium de Cardiff, qui accueillera la finale de l’EPCR Challenge Cup et la finale de l’Investec Champions Cup l’an prochain, respectivement le vendredi 23 mai et le samedi 24 mai.

ADVERTISEMENT

Le tirage au sort a réuni les 24 équipes qualifiées pour la “grande” Coupe d’Europe, sur la base de leurs positions respectives en Top 14, United Rugby Championship (URC) et Gallagher Premiership.

Une fois n’est pas coutume, les règles n’ont pas évolué d’une année sur l’autre. Les 24 équipes qualifiées seront donc réparties en quatre poules de six, chaque équipe disputant quatre matchs contre autant d’adversaires différents lors de cette première phase : deux à domicile, deux à l’extérieur, tandis que deux clubs issus d’un même championnat ne peuvent pas s’affronter en poule.

Les quatre premiers de chaque poule sont directement qualifiés pour les quart de finale, tandis que les douze autres tickets résultent du classement par ordre décroissant, d’abord en fonction de la position de chaque club dans sa poule, puis en fonction du nombre de points de classement accumulés. Cela donne un classement de 1 à 16, et le N.1 affronte le N.16, le N.2 le N.15, etc…

Ceux qui terminent 5e de poule sont reversés en huitième de finale de Challenge Cup.

Poule 1 : le vainqueur de la Champions Cup contre le gagnant de la Challenge Cup

Le Stade Toulousain fera figure de favori de la poule 1, qui s’annonce tout de même costaude. Le tenant du titre retrouvera l’Union Bordeaux-Bègles, qu’il vient d’étriller en finale de Top 14 (59-3), les Sharks sud-africains, gagnant de la Challenge Cup, deux clubs anglais (Leicester et Exeter) et la province irlandaise de l’Ulster.

Les deux clubs français auront les moyens de s’extraire de ce groupe, même si c’est sans doute la poule la plus indécise de la compétition. Toulousains et Bordelais vont également expérimenter le long voyage en Afrique du Sud.

Poule 2 : La Rochelle et le Leinster pour la 5e année de suite

C’est décidément le tube européen de ces dernières années. Pour la cinquième année consécutive, Stade Rochelais et Leinster vont s’affronter sur la scène européenne. Les Rochelais ont remporté trois premières manches, qui comptaient le plus d’enjeu : demi-finale 2021 et finales 2022 et 2023. Le Leinster a repris la main sur la saison 2023-2024 en battant La Rochelle en phase de poule puis en quart de finale.

On souhaite bien du courage aux trois autres équipes de cette poule : l’ASM, Bristol, Bath et le Benetton. Attention tout de même aux Anglais de Bath, finalistes de la Premiership cette année.

Poule 3 : le Stade Français a un coup à faire

La 3e poule présente un plateau assez homogène, où aucun favori ne se dégage clairement. Les deux clubs français, le Stade Français et Castres, peuvent s’extirper de ce groupe qui compte aussi Northampton, le Munster, les Vodacom Bulls et les Saracens. Les Saints sont tout de même les champions d’Angleterre en titre, mais ils se présenteront affaiblis à la reprise, avec notamment la perte de Courtney Lawes, qui s’est engagé à Brive.

ADVERTISEMENT

Le Stade Français, récent demi-finaliste du Top 14 et dauphin de Toulouse sur la phase régulière, semble plus en mesure que Castres de rallier les huitièmes. Historiquement, les Tarnais ont souvent délaissé la Coupe d’Europe, et rien ne dit que l’an prochain sera différent. Cela pourrait dépendre de l’ordre des matchs : si nos clubs doivent se déplacer en Afrique du Sud ou à Londres, ce sera plus compliqué…

Poule 4 : Kolisi va retrouver les Stormers

Quatre ans après avoir quitté la franchise, Siya Kolisi devrait retrouver les Stormers. Le tirage au sort a en effet placé le Racing 92 et les Sud-Africains dans le même groupe, en compagnie également du RC Toulon, des Glasgow Warriors, des Harlequins de Sale et des Stormers, donc.

Là encore, l’avenir de nos clubs français dans la compétition pourrait bien dépendre de l’autre des matchs. Mieux vaudra que le tirage au sort fasse venir les Stormers en France, plutôt que l’inverse…

« Le calendrier des matchs […] avec les dates, horaires, stades et diffuseurs TV sera annoncé dès que possible dans le courant du mois de juillet », a annoncé l’EPCR, organisatrice de l’événément, dans un communiqué.

« Les rencontres seront déterminées à l’aide d’un algorithme qui prendra en compte le résultat des tirages au sort d’aujourd’hui, les restrictions des calendriers des ligues, les restrictions individuelles des clubs et les besoins des diffuseurs en termes de programmation. »

ADVERTISEMENT

La première journée de la compétition aura lieu le week-end des 6, 7 et 8 décembre.

Regardez le Championnat U20 World Rugby en direct et gratuitement sur RugbyPass TV. S'inscrire ici dès à présent
*Non disponible en Afrique, Nouvelle-Zélande, Fidji, Samoa, Papouasie-Nouvelle-Guinée et Tonga.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

f
finn 6 hours ago
Ireland and South Africa share the same player development dilemma

What a difference 9 months makes! Last autumn everyone was talking about how important versatile bench players were to SA’s WC win, now we’re back to only wanting specialists? The timing of this turn is pretty odd when you consider that some of the best players on the pitch in the SA/Ireland match were Osbourne (a centre playing out of position at 15), Feinberg-Mngomezulu (a fly-half/centre playing out of position at 15), and Frawley (a utility back). Having specialists across the backline is great, but its not always necessary. Personally I think Frawley is unlikely to displace Crowley as first choice 10, but his ability to play 12 and 15 means he’s pretty much guaranteed to hold down a spot on the bench, and should get a decent amount of minutes either at the end of games or starting when there are injuries. I think Willemse is in a similar boat. Feinberg-Mngomezulu possibly could become a regular starter at 10 for the Springboks, but he might not, given he’d have to displace Libbok and Pollard. I think its best not to put all your eggs in one basket - Osbourne played so well at the weekend that he will hopefully be trusted with the 15 shirt for the autumn at least, but if things hadn’t gone well for him he could have bided his time until an opportunity opened up at centre. Similarly Feinberg-Mngomezulu is likely to get a few opportunities at 15 in the coming months due to le Roux’s age and Willemse’s injury, but given SA don’t have a single centre aged under 30 its likely that opportunities could also open up at 12 if he keeps playing there for Stormers. None of this will discount him from being given gametime at 10 - in the last RWC cycle Rassie gave a start at 10 to Frans Steyn, and even gave de Klerk minutes there off the bench - but it will give him far more opportunities for first team rugby.

5 Go to comments
TRENDING
TRENDING Everyone is saying the same thing about the Doris-Kolbe incident Everyone is saying the same thing about the Doris-Kolbe incident
Search