Select Edition

Nord Nord
Sud Sud
Mondial Mondial
Nouvelle Zélande Nouvelle Zélande
France France

Les Françaises pionnières à Singapour

Par Willy Billiard
Photo des capitaines avant le HSBC SVNS 2024 à Siloso Beach, Sentosa, le 1er mai 2024 à Singapour. Crédit photo : Mike Lee - KLC fotos pour World Rugby

Habituellement, cette septième étape du circuit mondial féminin est la dernière de la saison. Mais cette année, avec l’alignement du HSBC SVNS sur les garçons, Singapour, nouvelle destination pour les filles, est l’avant-dernier tournoi avant Madrid (31 mai – 2 juin).

ADVERTISEMENT

Singapour est la quatrième ville différente où le circuit s’arrête après Guangzhou (2013-2014), Kitakyushu (2017-2019) et Hongkong début avril 2024. Et six fois sur sept, la Nouvelle-Zélande a mis la main sur le trophée. Seul le Canada a créé la surprise à Kitakyushu en 2019, l’année d’après où France 7 Féminine avait terminé avec sa toute première médaille d’argent (2018).

Sortir du trou d’air

Pour l’heure, la France se tient à la troisième place du classement général et va tout faire pour s’y maintenir et finir la saison dans le top 3 mondial pour la troisième fois de son histoire après 2018 (3e) et 2022 (2e).

Victime d’un léger trou d’air depuis l’argent à Vancouver, la France a échoué en quart à Los Angeles puis en demi-finale à Hongkong. Il est grand temps d’en sortir dans cette étape asiatique où elle s’en sort généralement assez bien.

Malgré cela, cette saison est celle où les filles de David Courteix performent après avoir disputé plus de finales (Cape Town et Vancouver) que jamais auparavant. Et maintenant qu’elles y ont goûté, elles ne veulent pas s’arrêter, elles qui n’ont encore paradoxalement jamais connu l’ivresse de l’or.

Related

Forte de ses 135 essais, elle a déjà atteint son record historique qui datait de l’an passé au terme de la saison. Dès le premier essai marqué ce week-end contre le Japon, les Bleues auront franchi une nouvelle étape.

Précises en attaque, fermes en défense

Là encore, elles comptent bien donner le tournis à leurs adversaires en continuant à multiplier les passes après contact (en moyenne 7,2 par match et un record de 43 rien qu’à Hongkong), en portant le ballon avec puissance (en moyenne 25,1 courses par match cette saison).

Pas aussi précises au pied que les garçons, elles sont néanmoins celles qui réussissent le mieux parmi les 12 équipes du circuit : 65% de réussite face aux poteaux (3e), 31% depuis le côté gauche (2e) et 20% depuis le côté droit (20%). La présence dans l’équipe de Montserrat Amédée pourrait encore améliorer ces taux.

Si la discipline n’est pas leur point fort (3,7 pénalités par match et 12 cartons jaunes pour l’instant, un record), celle-ci s’est améliorée à Hongkong où, pour la première fois depuis le début de la saison, aucune joueuse n’a été forcée à quitter le terrain par l’arbitre (seulement 2,7 pénalités par match).

ADVERTISEMENT

Leur défense est une de leurs armes redoutables avec en moyenne 16,5 plaquages par match et un taux d’efficacité de 81%, le deuxième meilleur taux du circuit. Elle est la troisième équipe à avoir encaissé le moins d’essais (11,7 par tournoi, soit quatre de moins que la saison passée).

Gare aux USA

Dans la poule A, la France débutera face au Japon (10e), une équipe qu’elle a l’habitude de battre puisqu’elle a remporté ses quatre dernières rencontres, 14 de ses 15 matchs sur le circuit en tout ; leur seule défaite (19-12) ayant été à Hamilton l’année dernière.

Ce ne sera que leur deuxième duel de la saison après la victoire 35-7 à Los Angeles.

Viendra ensuite l’Afrique du Sud (11e) contre qui les Bleues ont passé 82 points en deux matchs cette saison et ont encaissé qu’un seul essai transformé. Leur dernière fois, le 53-0 à Los Angeles, était la deuxième plus lourde défaite des Sud-Africaines dans l’histoire du circuit.

Enfin, après les matchs contre ces deux équipes assurées de disputer le tournoi de promotion/relégation à Madrid, ce ne devrait pas être aussi simple contre les USA (4e au classement), équipe contre laquelle la France affiche un bilan équilibré de deux victoires (à Dubaï et Cape Town – elles avaient passé 70 points en tout) et deux défaites (à Perth et Hongkong).

ADVERTISEMENT

A seulement six points derrière au général, ce sont les Américaines qui pourraient priver les Françaises du Top 3 mondial si elles continuent de performer aussi bien que sur les deux derniers tournois, au contraire des Bleues.

A Singapour, il faudra suivre les premiers pas sur le circuit de la jeune « louve » Cléo Hagel, demie d’ouverture au LOU et passée par France 7 développement féminin, qui est de la même génération que Kelly Arbey, Suliana Sivi et Lina Tuy que l’on a pu voir sur le Tournoi des Six Nations 2024.

C’est surtout le grand retour de Shannon Izar pour la première fois depuis Langford 2022. Elle est toujours la troisième meilleure marqueuse de points de tous les temps (449) et la sixième meilleure marqueuse d’essais (59).

France 7 Féminine pour le HSBC SVNS Singapore

  • Séraphine Okemba – 27 tournois
  • Lou Noël – 18 tournois
  • Yolaine Yengo – 20 tournois
  • Valentine Lothoz – 18 tournois
  • Camille Grassineau – 46 tournois
  • Carla Neisen – 33 tournois
  • Shannon Izar – 28 tournois
  • Alycia Christiaens – 5 tournois
  • Cléo Hagel – 0 tournoi
  • Marie Dupouy – 4 tournois
  • Lili Dezou – 13 tournois
  • Montserrat Amédée – 20 tournois
  • Ian Jason – 18 tournois

Related

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

USER NOTICE:

As part of a series of planned improvements, we will need you to reset your RugbyPass password from 22/06/24 to continue commenting on articles.

You don’t need to change anything until that time.

Thank you,

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

T
Tim 4 hours ago
'It’s a mental thing': Joe Schmidt on the Wallabies' flyhalf issues

Ben Donaldson had not played Super Rugby for the past eight weeks. Surely, he was playing Shute Shield for Randwick in that time to keep up the fitness…?? Eight weeks is a long break to be thrust in against a hungry skillful side like Georgia who deserve to be in the “7 Nations”. (Italy, Wales & Scotland v Georgia, can’t wait to see those ones). In the second test against Wales, Donaldson was put on for nine minutes. That was a mistake from the coaching team, who already knew he was starting the following week against Georgia. They should have put him on for 20-25 minutes, with Nick Whyte at halfback, and their combination from the Force would have flowed. Donaldsons first 20 minutes against Georgia was a shocker. However, well done to Joe Schmidt for keeping him out there because Donaldsons game improved as the rust came off, he was hammered a few times and handled it and he came into his groove. He made mistakes which they will all learn from. Ben Donaldson is a naturally talented rugby player who the Wallabies have to stick with at no.10. “Over the black Dot-aldson” is a good nick name for him with his awesome goal kicking style. It looks as though, off the boot, it’s going to hit the post. Then it just curves in beautifully every time, once he is in the groove. Donaldsons play this season for the Force, with Kurtley and co., was amazing to watch. Kurtley making one of the best comebacks in history. Donaldson has to be played consistently with Flash Gordon, Big LEN, McReight, Tupou, Kellaway. Oh, that’s right, there is Bell, Kerevi, Petaia (This list does go on a bit). Donaldson will be slotting these weapons into gaps, and into the clear, before we know it… One more thing which I will just assume is happening, just include JOC in the Wallabies squad. He is a rugby genius. His skills, wisdom and experience would be infectious around the Wallabies relatively inexperienced backline. JOC has mastered the art of all the positions long ago. JOC is so skilled and match fit atm taking THE REDS, at no.10, within a point of beating Wales. He can come off the bench and slot into the backline for the Wallabies at 10, 12, 13 or 15 at any stage of a test match. Ummm yeah, not bad… I am assuming that BIG JOE, Laurie “Gandalf” Fischer, Mike “The scrum Doctor” Cron and the team obviously already know all this. I am just a passionate rugby union supporter, and I am very happy that these guys are in charge of the coaching duties, what a coaching team the Wallabies have been blessed with. (Good luck with selecting the match day 23 when Will Skelton, who was playing amazing rugby for La Rochelle, and the boys return from Europe/Japan, Samu Kerevi…???) Now just imagine having Bernie Larkham, Toutai Kefu, Nathan Grey and John “Nobody” Eales as your coaching apprentices… GO AUSTRALIAN RUGBY… Doing a great job Phil Waugh, Joe Roff, Dan Herbert and the team. An amazing three years ahead. GO THE WALLABIES… GO THE WALLAROOS… GO THE 7’s in Paris…

2 Go to comments
TRENDING
TRENDING All Blacks player ratings vs Fiji | Steinlager Ultra Low Carb third Test All Blacks player ratings vs Fiji in San Diego
Search