XV de France version Galthié : les nouveautés de la saison 2

Par Willy Billiard
PARIS, FRANCE - OCTOBER 15: Fabien Galthie, Head Coach of France, looks on prior to the Rugby World Cup France 2023 Quarter Final match between France and South Africa at Stade de France on October 15, 2023 in Paris, France. (Photo by Hannah Peters/Getty Images)

40 jours après l’élimination en quart de finale de la Coupe du Monde de Rugby 2023 et à 70 jours du premier match du XV de France au tournoi des Six Nations 2024 face à l’Irlande à Marseille, le sélectionneur Fabien Galthié a fait le point sur les nouveautés de la saison 2.

ADVERTISEMENT

« L’équipe de France va avoir besoin de ce Tournoi pour repartir », affirme l’intéressé.

La saison 2, c’est ce nouveau cycle censé courir jusqu’à la Coupe du Monde de Rugby 2027 en Australie. Si Fabien Galthié a été confirmé à son poste jusqu’en 2028, autour de lui, un certain nombre de changements sont intervenus à la fin de la saison 1.

Thibault Giroud (Union Bordeaux-Bègles), Karim Ghezal et Laurent Labit (Stade Français) ont quitté les Bleus alors que le manager Raphaël Ibanez est appelé à d’autres fonctions. A l’occasion d’un point presse vendredi 24 novembre, Fabien Galthié a fait le point.

Le nouveau staff

« Quand il a fallu remplacer les partants, j’ai pris ceux qui me semblaient être les meilleurs avec chacun son style, avec des vécus différents », a expliqué Fabien Galthié en présentant ses nouveaux comparses – Patrick Arlettaz, Laurent Sempéré et Nicolas Jeanjean.

« C’est pour moi un challenge de retrouver de nouvelles compétences. On a de nouveaux profils, c’est la première fois qu’on travaille ensemble. »

Patrick Arlettaz, 51 ans, a fait ses classes notamment à Perpignan durant plusieurs saisons (de 2012 à 2023), y occupant durant les quatre dernières années la fonction de manager. Il va prendre en charge l’attaque du XV de France. Il remplace Karim Ghezal.

Laurent Sempéré, 38 ans, vient du Stade français, où il s’occupait des avants depuis la fin de sa carrière en 2019. Il va prendre en charge la conquête des Bleus. Il remplace Laurent Labit, parti avec Ghezal au Stade français.

ADVERTISEMENT

Nicolas Jeanjean, 42 ans, était déjà membre du staff du XV de France et remplace en tant que directeur de la performance Thibault Giroud, désormais à Bordeaux-Bègles.

Un rôle plus élargi pour Raphaël Ibanez

Fabien Galthié : « Le XV de France est l’une des sept équipes qui représentent la FFR. On est sur une co-construction sur la façon dont l’équipe de France va fonctionner sur les quatre années à venir. On a des enjeux majeurs identifiés par la nouvelle gouvernance, et c’est là que Raphaël Ibanez, qui est toujours le manager général de l’équipe de France va voir son rôle évoluer.

« Dans son contrat, ses compétences sont élargies : le travail avec World Rugby avec 17 commissions où la France doit être représentée. C’est un travail important. Le travail avec la Ligue, continuer à développer le lien et la relation avec les clubs, ainsi que la formation. Développer l’esprit bleu, aussi ; l’importer vers les autres équipes de France. Il aura une mission marketing également. Pour résumer, il va avoir des fonctions plus transverses. »

Les nouveaux entrants

L’arrivée tant attendue d’Emmanuel Meafou (2,03 m, 145 kg), Australien natif de Nouvelle-Zélande tout juste naturalisé français et donc potentiellement candidat au XV de France : « C’est un joueur essentiel au Stade toulousain, un joueur au potentiel reconnu par tout le monde, en Top 14 et en Coupe d’Europe. L’équipe de France, c’est un autre niveau, donc on va voir s’il peut basculer sur le niveau international, mais il est bien parmi les meilleurs deuxième ligne côté droit », assure Galthié.

La blessure de Romain Ntamack et la bascule d’Antoine Dupont vers le rugby à 7 en vue des JO : « Cela va permettre d’offrir des opportunités à des forts potentiels qui vont monter. Je pense à Matthieu Jalibert bien sûr qui a porté ce maillot au numéro 10 pendant la Coupe du monde, et à la mêlée il y avait “Max” Lucu et Baptiste Couilloud. Il y a d’autres joueurs qui sont potentiellement aptes à entrer dans le projet. On lancera le processus de sélection à partir de la mi-décembre. C’est toujours une opportunité pour nous », assure Galthié.

Le prochain capitaine (en l’absence d’Antoine Dupont)

Galthié : « On avait géré la même chose au début du mandat avec la blessure de Charles Ollivon : Antoine avait enfilé le brassard. Nous étions partis avec une équipe développement et sans les joueurs premiums en Australie, et Anthony Jelonch avait pris le capitanat. Il y a aussi Greg Alldritt, Julien Marchand et Gaël Fickou qui sont des leaders de cette équipe. On en parlera avec le comité de sélection et cela se fera dans la co-construction. »

Un groupe plus mûr que pendant son premier mandat

Galthié : « C’est vrai qu’il y a quatre ans, on avait débuté avec une moyenne de 24 ans et 8 sélections. Là, on va redémarrer avec une équipe qui, contre l’Afrique du Sud avait 27 ans et 33 sélections. L’idée, c’est de continuer à garder le potentiel de cette équipe, de continuer à la faire mûrir. Il faut voir si les joueurs qui ont 30 ans ou plus ont cette envie de continuer quatre ans de plus. Je pense que c’est jouable pour la majorité d’entre eux, même si c’est un long chemin, surtout dans le championnat de France et au niveau international. Moi, je veux les accompagner du mieux possible car ce sont des grands joueurs.

« On va construire quelque chose en s’appuyant sur l’expérience de ces 44 matchs, mais il ne faut pas s’interdire de modifier des organisations en ayant identifié des possibilités de progrès. »

Le rebond après une Coupe du Monde de Rugby 2023 tronquée

Galthié : « Il faut accepter, dépasser et ensuite transcender. A quel moment arrivera le rebond ? En tout cas, ça va arriver. Il ne faut pas faire semblant ; et les joueurs ne font pas semblant. Je trouve qu’ils sont honnêtes, ils sont droits, ils sont courageux. Il va falloir du temps. Cette équipe-là, une fois qu’elle aura passé ce cap, de toutes nos forces, elle va dépasser ce qu’elle a déjà fait. Il n’y a aucune raison qu’on ne soit pas encore plus fort, qu’on ne soit pas sublimé par ce qu’on a vécu. Après la reconstruction vient le temps de la colère puis après de l’ambition. Il n’y a aucune raison qu’on limite notre ambition. Mais avec le temps… le temps sera notre allié… »

ADVERTISEMENT
ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

J
Jon 32 minutes ago
Ireland and South Africa share the same player development dilemma

I think the main problem here is the structure of both countries make up. They are going to have very similar.. obstacles(not problems). It will just be part of the evolution of their rugby and they’ll need to find a way to make this versatility more advantageous than specialization. I think South Africa are well on the way to that end already, but Ireland are more likely to have a hierarchical approach and move players around the provinces. Sopoaga is going to be more than good enough to look up one of those available positions for more than a few years I believe though. Morgan would definitely be a more long term outlook. Sacha to me has the natural footwork of a second five. Not everything is about winning, if a team has 3 players that want to play 10s just give them all a good go even if its to the detriment of everyone, this is also about dreams of the players, not just the fans. This is exactly how it would be in an amateur club setting. Ultimately some players just aren’t suited to any one position. The example was of a guy that had size and speed, enough pace to burn, power to drive, and speed to kick and pass long, but just not much else when it came to actual rugby (that matched it). New Zealand has it’s own example with Jordie Barrett and probably shows what Reece Hodge could have been if the game in Australia had any administration. Despite the bigger abundance of talent in NZ, Jordie was provided with consistent time as a fullback, before being ushered in as a second five. Possibly this was due to his blood, and another might not have been as fortunate, but it is what it was, a complete contrast to how Hodge was used in Australia, were he could have had any position he wanted. When it comes down to it though, much like these young fellas, it will be about what they want, and I think you’ll find they’ll be like Hodge and just want to be as valuable to the team as they can and play wherever. It’s not like 63 International Cap is a hard thing to live with as a result of that decision!

12 Go to comments
f
finn 9 hours ago
Ireland and South Africa share the same player development dilemma

What a difference 9 months makes! Last autumn everyone was talking about how important versatile bench players were to SA’s WC win, now we’re back to only wanting specialists? The timing of this turn is pretty odd when you consider that some of the best players on the pitch in the SA/Ireland match were Osbourne (a centre playing out of position at 15), Feinberg-Mngomezulu (a fly-half/centre playing out of position at 15), and Frawley (a utility back). Having specialists across the backline is great, but its not always necessary. Personally I think Frawley is unlikely to displace Crowley as first choice 10, but his ability to play 12 and 15 means he’s pretty much guaranteed to hold down a spot on the bench, and should get a decent amount of minutes either at the end of games or starting when there are injuries. I think Willemse is in a similar boat. Feinberg-Mngomezulu possibly could become a regular starter at 10 for the Springboks, but he might not, given he’d have to displace Libbok and Pollard. I think its best not to put all your eggs in one basket - Osbourne played so well at the weekend that he will hopefully be trusted with the 15 shirt for the autumn at least, but if things hadn’t gone well for him he could have bided his time until an opportunity opened up at centre. Similarly Feinberg-Mngomezulu is likely to get a few opportunities at 15 in the coming months due to le Roux’s age and Willemse’s injury, but given SA don’t have a single centre aged under 30 its likely that opportunities could also open up at 12 if he keeps playing there for Stormers. None of this will discount him from being given gametime at 10 - in the last RWC cycle Rassie gave a start at 10 to Frans Steyn, and even gave de Klerk minutes there off the bench - but it will give him far more opportunities for first team rugby.

12 Go to comments
TRENDING
TRENDING Ulster part ways with coach just days before preseason starts Ulster part ways with coach just days before preseason starts
Search