Select Edition

Nord Nord
Sud Sud
Mondial Mondial
Nouvelle Zélande Nouvelle Zélande
France France

Sam Whitelock pourrait faire son retour chez les All Blacks

Par Finn Morton
Sam Whitelock en action pour les All Blacks. Photo par Dan Mullan/Getty Images

Sam Whitelock, double champion du monde de rugby (2011 et 2015), pourrait faire un retour fracassant dans le rugby international. Le sélectionneur des All Blacks, Scott Robertson, aurait en effet approché le vétéran aux 153 sélections pour un retour sur les côtes néo-zélandaises.

ADVERTISEMENT

Whitelock (35 ans), qui joue actuellement avec la Section Paloise dans le Top 14, était considéré comme ayant pris sa retraite internationale après la Coupe du Monde de Rugby de l’année dernière, après que la Nouvelle-Zélande se soit inclinée en finale face à l’Afrique du Sud.

Au cours de cette campagne en France, Whitelock est devenu le premier All Black à atteindre puis à dépasser la barre des 150 sélections, et il est redevenu un héros national grâce à un grattage d’anthologie à la fin du match lors de la victoire palpitante en quart de finale contre l’Irlande.

Alors que le joueur de 35 ans semblait vouloir finir sa carrière tranquille après avoir rejoint son jeune frère Luke à Pau, il semblerait que le légendaire All Black pourrait faire un retour fracassant au plus haut niveau.

Selon Gregor Paul, journaliste au New Zealand Herald, Sam Whitelock « envisage de revenir en Nouvelle-Zélande » après une discussion avec Scott Robertson, le nouveau sélectionneur des All Blacks.

Robertson a remporté sept titres de Super Rugby avec Whitelock lors d’un parcours historique avec les Crusaders, et l’entraîneur semble avoir l’intention de travailler à nouveau avec ce maître de la conquête.

Selon le New Zealand Herald, Whitelock pourrait bénéficier d’au moins une année supplémentaire de rugby international, voire d’une autre, ce qui donnerait au deuxième ligne l’occasion de jouer de précieuses minutes.

ADVERTISEMENT

Plusieurs grands noms du rugby All Blacks ayant quitté la Nouvelle-Zélande après la Coupe du Monde de Rugby de l’année dernière, et notamment le deuxième-ligne Brodie Retallick, il ne fait aucun doute que le retour de Whitelock serait très positif pour une jeune génération de joueurs en devenir.

Les deux joueurs des Chiefs, Josh Lord et Tupou Vaa’i, ont joué moins de 30 tests à eux deux, et Quinten Strange, des Crusaders, n’a pas encore fait ses débuts au niveau international avec les All Blacks.

Scott Barrett, qui a disputé un peu moins de 70 tests sous le maillot noir, devrait être sélectionné pour la Nouvelle-Zélande dans le courant de l’année. La présence de Whitelock dans l’équipe constituerait un atout majeur.

Mais pour l’instant, Sam Whitelock reste attaché à Pau, qui se situe actuellement en milieu de tableau avec 10 victoires et 8 défaites depuis le début de la saison.

ADVERTISEMENT

« J’ai hâte de découvrir le rugby en France et de relever ce défi », avait déclaré Whitelock dans un communiqué du club après avoir signé l’année dernière.

« C’est formidable de pouvoir jouer avec mon frère dans la même équipe et non pas l’un contre l’autre. Ma famille et moi sommes impatients de découvrir la culture française et d’apprendre la langue. »

Il est entendu que Whitelock aura la possibilité, à la fin de la saison de Top 14, de signer à nouveau avec Pau ou de retourner en Nouvelle-Zélande si une équipe de Super Rugby décide de le recruter.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

USER NOTICE:

As part of a series of planned improvements, we will need you to reset your RugbyPass password from 22/06/24 to continue commenting on articles.

You don’t need to change anything until that time.

Thank you,

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

FEATURE
FEATURE Aaron Grandidier Nkanang: 'Sevens doesn’t get the respect it deserves. It’s the Formula One of rugby – pure entertainment.' Aaron Grandidier Nkanang: 'Sevens doesn’t get the respect it deserves. It’s the Formula One of rugby – pure entertainment.'
Search