Select Edition

Nord Nord
Sud Sud
Mondial Mondial
Nouvelle Zélande Nouvelle Zélande
France France

Les Anglaises fidèles à elles-mêmes

Par Jérémy Fahner
Amy Cokayne a fêté son retour avec les Red Roses par un essai. Avant de recevoir deux cartons jaunes synonymes d'expulsion (Photo by Jan Kruger - RFU/The RFU Collection via Getty Images )

Huit essais contre l’Italie lors de la première journée, huit essais face au pays de Galles à l’issue du deuxième match, huit essais ce samedi contre l’Écosse. L’Angleterre, grande favorite à sa propre succession dans le Tournoi des Six Nations, fait preuve d’une grande régularité jusqu’à maintenant dans ses performances.

ADVERTISEMENT

Synthèse du match

0
Coups de pied de pénalité
0
0
Essais
8
0
Transformations
3
0
Drops
0
69
Courses avec ballon
133
1
Franchissements
11
22
Turnovers perdus
16
3
Turnovers gagnés
2

Pour le meilleur comme pour le pire. Car les Red Roses, tellement dominatrices collectivement, sont aussi terriblement indisciplinées individuellement. Amy Cokayne, qui faisait son retour en équipe nationale, a ainsi écopé de deux cartons jaunes (déblayage dangereux et plaquage à l’épuale), un par mi-temps, synonymes d’expulsion (52e).

En trois matchs, c’est le deuxième carton rouge adressé aux Anglaises : en Italie, lors de la première journée, c’est la N.8 Sarah Beckett qui avait reçu un rouge direct pour une prise crocodile dans un ruck, qui avait entraîné la blessure d’une joueuse Azzurra.

Les Anglaises sont tellement au-dessus du lot, dans ce Tournoi, que cet handicap ne semble pas vraiment en être un pour elles. A Parme, elles avaient été capables de marquer, même à 13 contre 15.

A Édimbourg, en infériorité numérique, les joueuses de John Mitchell ont continué à trouver des espaces, à créer des décalages, à tout simplement jouer comme si de rien n’était. Résultat, elles ont inscrit autant d’essais une fois Cokayne aux vestiaires qu’à 15 contre 15 !

La malheureuse Amy Cokayne est passée par toutes les émotions. Elle qui n’avait pas revêtu le maillot blanc depuis un an a rapidement fêté son retour par un essai (7e) derrière une touche à 5 m. Une joie ternie par son premier carton reçue à la demi-heure de jeu.

Related

Cela n’empêchait pas les visiteuses d’atteindre sereinement la pause, déjà bien installée en tête (0-17, essais de Cokayne, Dow et Kildunne).

Trois matchs, trois doublés pour Kildunne

Si la pluie qui avait rincé les joueuses au moment des hymnes se calmait au retour des citrons, la tempête anglaise continuait de déferler sur les fragiles digues écossaises.

ADVERTISEMENT

Dominatrices devant, les Anglaises s’appuyaient sur leur mêlée pour enfoncer le clou. Sadya Kabeya démarrait derrière son pack à 5 m de la ligne pour aller marquer sans véritable opposition (0-24, 44e). Puis, comme à l’entraînement, elles lançaient une action grand large derrière leur mêlée. Le décalage tout en vitesse était imparable, et Jess Breach marquait un très joli essai en première main (0-29, 52e).

L’ailière plantait un doublé sept minutes plus tard (0-34, 59e). Un essai qu’elle ne devait qu’à elle, en réceptionnant puis relançant un coup de pied de dégagement écossais dévissé.

En cinq minutes, on passait d’un doublé à un autre avec cette 2e réalisation de l’après-midi d’Ellie Kildunne (0-39, 65e). L’arrière, auteur de deux essais à chaque match du Tournoi jusqu’ici, est plus que jamais la meilleure marqueuse de la compétition.

Enfin, l’habituelle capitaine Marlie Packer, remplaçante ce samedi au Hive Stadium, célébrait son entrée par un nouvel essai (0-46, 73e) synonyme du tarif maison : 0-46.

ADVERTISEMENT

Pour la troisième fois en trois matchs, l’Angleterre passe donc plus de 40 points à son adversaire. Pour la deuxième fois en trois matchs, elles n’ont pas encaissé le moindre point. Pour la deuxième fois en trois matchs, elles ont terminé à 14. Pas sûr que ce soit suffisant pour rassurer les deux derniers adversaires des Anglaises, l’Irlande et la France…

Womens Six Nations

P
W
L
D
PF
PA
PD
BP T
BP-7
BP
Total
1
England Women's
3
3
0
0
15
2
France Women's
2
2
0
0
9
3
Italy Women's
2
1
1
0
5
4
Scotland Women's
3
1
2
0
4
5
Ireland Women's
2
0
2
0
1
6
Wales Women's
2
0
2
0
1
ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

USER NOTICE:

As part of a series of planned improvements, we will need you to reset your RugbyPass password from 22/06/24 to continue commenting on articles.

You don’t need to change anything until that time.

Thank you,

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

T
Tim 4 hours ago
'It’s a mental thing': Joe Schmidt on the Wallabies' flyhalf issues

Ben Donaldson had not played Super Rugby for the past eight weeks. Surely, he was playing Shute Shield for Randwick in that time to keep up the fitness…?? Eight weeks is a long break to be thrust in against a hungry skillful side like Georgia who deserve to be in the “7 Nations”. (Italy, Wales & Scotland v Georgia, can’t wait to see those ones). In the second test against Wales, Donaldson was put on for nine minutes. That was a mistake from the coaching team, who already knew he was starting the following week against Georgia. They should have put him on for 20-25 minutes, with Nick Whyte at halfback, and their combination from the Force would have flowed. Donaldsons first 20 minutes against Georgia was a shocker. However, well done to Joe Schmidt for keeping him out there because Donaldsons game improved as the rust came off, he was hammered a few times and handled it and he came into his groove. He made mistakes which they will all learn from. Ben Donaldson is a naturally talented rugby player who the Wallabies have to stick with at no.10. “Over the black Dot-aldson” is a good nick name for him with his awesome goal kicking style. It looks as though, off the boot, it’s going to hit the post. Then it just curves in beautifully every time, once he is in the groove. Donaldsons play this season for the Force, with Kurtley and co., was amazing to watch. Kurtley making one of the best comebacks in history. Donaldson has to be played consistently with Flash Gordon, Big LEN, McReight, Tupou, Kellaway. Oh, that’s right, there is Bell, Kerevi, Petaia (This list does go on a bit). Donaldson will be slotting these weapons into gaps, and into the clear, before we know it… One more thing which I will just assume is happening, just include JOC in the Wallabies squad. He is a rugby genius. His skills, wisdom and experience would be infectious around the Wallabies relatively inexperienced backline. JOC has mastered the art of all the positions long ago. JOC is so skilled and match fit atm taking THE REDS, at no.10, within a point of beating Wales. He can come off the bench and slot into the backline for the Wallabies at 10, 12, 13 or 15 at any stage of a test match. Ummm yeah, not bad… I am assuming that BIG JOE, Laurie “Gandalf” Fischer, Mike “The scrum Doctor” Cron and the team obviously already know all this. I am just a passionate rugby union supporter, and I am very happy that these guys are in charge of the coaching duties, what a coaching team the Wallabies have been blessed with. (Good luck with selecting the match day 23 when Will Skelton, who was playing amazing rugby for La Rochelle, and the boys return from Europe/Japan, Samu Kerevi…???) Now just imagine having Bernie Larkham, Toutai Kefu, Nathan Grey and John “Nobody” Eales as your coaching apprentices… GO AUSTRALIAN RUGBY… Doing a great job Phil Waugh, Joe Roff, Dan Herbert and the team. An amazing three years ahead. GO THE WALLABIES… GO THE WALLAROOS… GO THE 7’s in Paris…

2 Go to comments
FEATURE
FEATURE Peaking to perfection: how Canada plan to conquer Paris Peaking to perfection: how Canada plan to conquer Paris
Search