Le pain français, péché mignon de Siya Kolisi

Par Jérémy Fahner
Siya Kolisi évolue au Racing 92 depuis la fin de la Coupe du Monde et le sacre de l'Afrique du Sud, le deuxième consécutif (Photo by FRANCK FIFE / AFP via Getty Images).

On peut être double champion du monde, un modèle inspirant pour des millions de personnes, un joueur redouté, et se laisser aller aux petits plaisirs de la vie à la française.

ADVERTISEMENT

C’est ce qu’a expérimenté Siya Kolisi depuis qu’il a posé ses valises au Racing 92, au lendemain du triomphe des Springboks en finale de la Coupe du Monde 2023 (12-11 contre la Nouvelle-Zélande).

Le charismatique capitaine sud-africain a livré au cours d’un entretien accordé à l’AFP des indices sur ses débuts difficiles en Top 14 : le niveau de jeu qui l’a surpris, et… le pain !

« J’ai pris cinq kilos en arrivant, à cause du pain. Un jour, j’étais à la salle, je me suis regardé et je me suis dit “Mec, t’es horrible” », a-t-il confié.

Décision immédiate du flanker : au revoir baguette, fougasse, croissant. « J’ai dû couper un peu sur la nourriture, notamment le pain… Ça n’a pas été facile parce que la nourriture est incroyable ! Là, c’est bon : je n’ai jamais été aussi léger ».

Mais le plaisir culinaire n’est pas le seul responsable de l’arrivée en demi-teinte de Kolisi dans le championnat français. Tout double champion du monde qu’il est, il a dû reconnaître que le Top 14 est éreintant.

Related

« Le Top 14 est sans doute la compétition la plus difficile dans laquelle j’ai jouée domestiquement. Je ne m’attendais pas à ce que ce soit si dur », a-t-il avoué. Une confession qu’on retrouve fréquemment chez les joueurs qui découvrent le Top 14 en arrivant de l’étranger.

ADVERTISEMENT

Pas question cependant de ne pas se filer jusqu’au coup de sifflet final de la saison. Qualifiés de justesse pour les phases finales, Kolisi et les Racingmen vont devoir réaliser un exploit pour voir les demi-finales.

Ils doivent en effet gagner contre Bordeaux-Bègles au stade Chaban-Delmas (le 16 juin à 21h05), ce que seules deux équipes ont réussi cette saison : le Stade Français (26-30, 13e journée) et la Section Paloise (10-20, 15e journée).

Deux rencontres au cœur de l’hiver et, surtout, du Tournoi des Six Nations, disputées sans internationaux. Et à l’UBB, quand les Bleus ne sont pas là, c’est toute la ligne de trois-quarts qui souffre : la charnière Lucu – Jalibert, les ailiers Penaud et Bielle-Biarrey, les centres Moefana et Depoortère ont tous été retenus par l’équipe de France.

Hormis Jalibert, touché dimanche dernier et forfait pour la fin de saison, tous les précités seront sur le champ face au Racing, ce qui rend encore plus compliquée la victoire en terre girondine.

ADVERTISEMENT

« C’est vraiment passionnant, c’est une super équipe », juge Kolisi à propos de l’UBB. « On sait que si on n’est pas prêts, notre saison est terminée. C’est un sacré défi ! »

Un de plus pour Siya Kolisi, dont la vie toute entière a été marquée par les challenges à surmonter.

Dans le dernier épisode de "Walk the Talk", Jim Hamilton s'entretient avec Damian de Allende, double champion du monde de rugby, au sujet des Springboks, en particulier de la Coupe du Monde de Rugby 2023 et de la série à venir contre l'Irlande. Regardez l'épisode gratuitement dès maintenant sur RugbyPass TV.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

f
finn 4 hours ago
Ireland and South Africa share the same player development dilemma

What a difference 9 months makes! Last autumn everyone was talking about how important versatile bench players were to SA’s WC win, now we’re back to only wanting specialists? The timing of this turn is pretty odd when you consider that some of the best players on the pitch in the SA/Ireland match were Osbourne (a centre playing out of position at 15), Feinberg-Mngomezulu (a fly-half/centre playing out of position at 15), and Frawley (a utility back). Having specialists across the backline is great, but its not always necessary. Personally I think Frawley is unlikely to displace Crowley as first choice 10, but his ability to play 12 and 15 means he’s pretty much guaranteed to hold down a spot on the bench, and should get a decent amount of minutes either at the end of games or starting when there are injuries. I think Willemse is in a similar boat. Feinberg-Mngomezulu possibly could become a regular starter at 10 for the Springboks, but he might not, given he’d have to displace Libbok and Pollard. I think its best not to put all your eggs in one basket - Osbourne played so well at the weekend that he will hopefully be trusted with the 15 shirt for the autumn at least, but if things hadn’t gone well for him he could have bided his time until an opportunity opened up at centre. Similarly Feinberg-Mngomezulu is likely to get a few opportunities at 15 in the coming months due to le Roux’s age and Willemse’s injury, but given SA don’t have a single centre aged under 30 its likely that opportunities could also open up at 12 if he keeps playing there for Stormers. None of this will discount him from being given gametime at 10 - in the last RWC cycle Rassie gave a start at 10 to Frans Steyn, and even gave de Klerk minutes there off the bench - but it will give him far more opportunities for first team rugby.

4 Go to comments
FEATURE
FEATURE Tom Mitchell: Why rugby sevens is the perfect Olympic sport Tom Mitchell: Why rugby sevens is the perfect Olympic sport
Search