Joe Marchant : sa décision de rejoindre le Top 14 après un clash avec Eddie Jones

Par Josh Raisey
(Photo by David Rogers/Getty Images)

Le trois-quarts centre du Stade français, Joe Marchant, a fait la lumière sur le clash qu’il a eu avec l’ancien sélectionneur de l’Angleterre, Eddie Jones, lequel a contribué à sa décision de rejoindre le Top 14.

ADVERTISEMENT

L’international anglais (27 ans, 26 sélections) a récemment été invité sur le podcast Le French Rugby, où il s’est confié sur les raisons qui l’ont poussé à renoncer à l’équipe d’Angleterre sous la direction de l’ancien sélectionneur, ainsi que sur l’offre reçue du club parisien peu de temps après.

Sorti du placard par Borthwick

Marchant s’est résolu à quitter les Harlequins pour le Stade français en décembre 2022, après une campagne d’automne au cours de laquelle il n’a pas été retenu par Jones. Cette tournée a suivi une série d’été contre l’Australie où il avait également été écarté.

Un jour seulement après l’annonce du transfert de Marchant, Jones a été limogé par l’Angleterre et rapidement remplacé par Steve Borthwick, qui a décidé de sortir le trois-quarts centre du placard et l’a sélectionné pour le Tournoi des Six Nations qui a suivi, ainsi que sur tous les matchs de la Coupe du Monde de Rugby 2023, sauf un, avant qu’il ne s’embarque pour Paris.

Son expérience dans le Super Rugby

Joe Marchant est revenu sur la discussion qu’il a eue avec Jones un jour en Australie et qui a conduit à la spirale d’événements qui le voit aujourd’hui exercer son métier à Paris et être inéligible pour représenter l’Angleterre.

Mais sa discussion avec Jones au sujet de sa carrière en Angleterre remonte à bien avant 2022, en particulier avant son transfert aux Blues en Super Rugby en 2020, et comment il a été encouragé à y aller par l’Australien.

« Le Super Rugby, c’est en fait moi qui suis allé le voir et lui ai demandé », explique Marchant. « À l’époque, je savais que je ne faisais pas partie de la sélection pour la Coupe du Monde 2019. Je lui ai dit, parce que je quittais les Quins à ce moment-là et que je cherchais une nouvelle direction : “Écoute, je rêve de jouer dans le Super Rugby depuis longtemps, je l’ai toujours suivi étant jeune. Est-ce que ça te semble une bonne idée ?”

« Il m’a répondu : “Génial, fais-le, ce sera vraiment bien pour toi”.

« Donc, j’y suis allé, j’ai discuté avec les Quins, j’ai tout arrangé, je suis revenu et les choses ont tout de suite bien fonctionné. J’ai été bien intégré à l’équipe. »

L’ambivalence d’Eddie Jones

« Ensuite, les choses ont commencé à changer et il n’y avait plus de cohérence », révèle Joe Marchant. « J’étais parfois dans le groupe, parfois non. Je débutais un match ou deux, puis je me retrouvais complètement écarté. C’était difficile à suivre pour moi.

« En Australie, ça a été mon dernier test avec lui. On a joué le premier match et je pensais avoir bien joué le samedi. Le mardi, il m’a convoqué et m’a dit, sans entrer dans les détails, que je ne jouerais pas le prochain match, ni le reste de la tournée. Il m’a dit que je devais régler ces choses, bla bla, et si je le faisais, je pourrais rejouer pour l’Angleterre. Sinon, ça ne serait pas possible.

ADVERTISEMENT

« Et c’est à peu près la dernière fois qu’on a discuté. Bien sûr, il restait le reste de la tournée en Australie, donc j’avais encore deux matchs pour essayer de faire partie de l’équipe et continuer à m’entraîner.

« Une fois que tout ça s’est fini, je me suis demandé quelle serait la prochaine étape pour moi. C’est alors que l’offre du Stade français est arrivée, et j’ai pensé que ce serait une folie de la refuser. »

Cet article publié à l’origine en anglais sur RugbyPass.com a été adapté par Willy Billiard.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

f
finn 6 hours ago
Ireland and South Africa share the same player development dilemma

What a difference 9 months makes! Last autumn everyone was talking about how important versatile bench players were to SA’s WC win, now we’re back to only wanting specialists? The timing of this turn is pretty odd when you consider that some of the best players on the pitch in the SA/Ireland match were Osbourne (a centre playing out of position at 15), Feinberg-Mngomezulu (a fly-half/centre playing out of position at 15), and Frawley (a utility back). Having specialists across the backline is great, but its not always necessary. Personally I think Frawley is unlikely to displace Crowley as first choice 10, but his ability to play 12 and 15 means he’s pretty much guaranteed to hold down a spot on the bench, and should get a decent amount of minutes either at the end of games or starting when there are injuries. I think Willemse is in a similar boat. Feinberg-Mngomezulu possibly could become a regular starter at 10 for the Springboks, but he might not, given he’d have to displace Libbok and Pollard. I think its best not to put all your eggs in one basket - Osbourne played so well at the weekend that he will hopefully be trusted with the 15 shirt for the autumn at least, but if things hadn’t gone well for him he could have bided his time until an opportunity opened up at centre. Similarly Feinberg-Mngomezulu is likely to get a few opportunities at 15 in the coming months due to le Roux’s age and Willemse’s injury, but given SA don’t have a single centre aged under 30 its likely that opportunities could also open up at 12 if he keeps playing there for Stormers. None of this will discount him from being given gametime at 10 - in the last RWC cycle Rassie gave a start at 10 to Frans Steyn, and even gave de Klerk minutes there off the bench - but it will give him far more opportunities for first team rugby.

5 Go to comments
FEATURE
FEATURE Holistic Olympic ambitions for Team GB’s captain Emma Uren Holistic Olympic ambitions for Team GB’s captain Emma Uren
Search