Courte et précieuse victoire des Écossaises

Par Jérémy Fahner
Lleucu George a manqué la transformation qui aurait remis les deux équipes à égalité, à une minute de la fin (capture d'écran France.tv sport)

Vingt ans ! Pour la première fois depuis vingt ans, l’Écosse repart du pays de Galles en vainqueur (18-20). Pour le deuxième match de ce Tournoi des Six Nations féminin, le suspense a été au rendez-vous d’un bout à l’autre, contrastant avec le cavalier seul des Françaises, plus tôt dans l’après-midi de ce samedi, face à l’Irlande (38-17) lors du match inaugural de cette édition 2024.

ADVERTISEMENT

Related

Entre Galloises et Écossaises, l’issue a été beaucoup plus indécise. Et si, globalement, l’Écosse a dominé la rencontre, les joueuses locales ont eu l’occasion de partager les points. Elles ont en effet eu une balle d’égalisation à 20-20, alors qu’il restait une poignée de secondes à disputer. Juste avant, Alex Callender avait étendu le bras pour marquer, alors que les Écossaises jouaient à 14.

Synthèse du match

2
Coups de pied de pénalité
2
2
Essais
2
1
Transformations
2
0
Drops
0
101
Courses avec ballon
107
1
Franchissements
5
11
Turnovers perdus
9
6
Turnovers gagnés
5

En moyenne position, l’ouvreuse galloise Lleucu George, déjà peu en réussite dans son jeu au pied, ratait la cible. L’Écosse pouvait exulter. Elle signait un 7e succès consécutif et rendait la monnaie de sa pièce au pays de Galles, vainqueur l’an dernier en Écosse (22-34).

Une minute seulement, les Galloises auront mené au score dans cette rencontre. Beaucoup plus mobiles que leurs hôtes, très solides physiquement, les Écossaises ont joué sur les qualité en déplaçant le jeu autant que possible. Leurs deux ailières se mettaient ainsi en évidence. La N.11 Coreen Grant marquait la première (7e), imitée par son pendant côté droit Rhona Lloyd en deuxième période (49e).

De quoi prendre un peu le large, puisque les joueuses de Bryan Easson menaient alors 6-17. L’essai de la surpuissante pilière galloise Sisilia Tuipulotu à la 59e paraissait même anecdotique quand, un quart d’heure plus tard, Helen Nelson passait une pénalité qui récompensait l’énergie de son équipe (13-20, 74e). Avant ce final incroyable, et cette pénalité ratée par George, qui n’a pas fini de se la repasser en tête…

Womens Six Nations

P
W
L
D
PF
PA
PD
BP T
BP-7
BP
Total
1
France Women's
1
1
0
0
5
2
Scotland Women's
1
1
0
0
4
3
Wales Women's
1
0
1
0
1
4
England Women's
0
0
0
0
0
5
Italy Women's
0
0
0
0
0
6
Ireland Women's
1
0
1
0
0

Related

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

f
finn 8 hours ago
Ireland and South Africa share the same player development dilemma

What a difference 9 months makes! Last autumn everyone was talking about how important versatile bench players were to SA’s WC win, now we’re back to only wanting specialists? The timing of this turn is pretty odd when you consider that some of the best players on the pitch in the SA/Ireland match were Osbourne (a centre playing out of position at 15), Feinberg-Mngomezulu (a fly-half/centre playing out of position at 15), and Frawley (a utility back). Having specialists across the backline is great, but its not always necessary. Personally I think Frawley is unlikely to displace Crowley as first choice 10, but his ability to play 12 and 15 means he’s pretty much guaranteed to hold down a spot on the bench, and should get a decent amount of minutes either at the end of games or starting when there are injuries. I think Willemse is in a similar boat. Feinberg-Mngomezulu possibly could become a regular starter at 10 for the Springboks, but he might not, given he’d have to displace Libbok and Pollard. I think its best not to put all your eggs in one basket - Osbourne played so well at the weekend that he will hopefully be trusted with the 15 shirt for the autumn at least, but if things hadn’t gone well for him he could have bided his time until an opportunity opened up at centre. Similarly Feinberg-Mngomezulu is likely to get a few opportunities at 15 in the coming months due to le Roux’s age and Willemse’s injury, but given SA don’t have a single centre aged under 30 its likely that opportunities could also open up at 12 if he keeps playing there for Stormers. None of this will discount him from being given gametime at 10 - in the last RWC cycle Rassie gave a start at 10 to Frans Steyn, and even gave de Klerk minutes there off the bench - but it will give him far more opportunities for first team rugby.

8 Go to comments
FEATURE
FEATURE Ewan Johnson: 'My dad owns over 60 birds - my favourite is the bald eagle' Ewan Johnson: 'My dad owns over 60 birds - my favourite is the bald eagle'
Search