Ces centurions qui ont quitté le rugby international en 2023

Par RugbyPass
PARIS, FRANCE - OCTOBER 28: Samuel Whitelock of New Zealand acknowledges the fans with his children following defeat to South Africa during the Rugby World Cup Final match between New Zealand and South Africa at Stade de France on October 28, 2023 in Paris, France. (Photo by Cameron Spencer/Getty Images)

Comme souvent, la fin d’un cycle de la Coupe du Monde de Rugby a conduit un certain nombre de joueurs à annoncer leur retraite du rugby international en 2023.

ADVERTISEMENT

Si certains ne sont pas allés aussi loin, notamment Alun Wyn Jones, le joueur le plus capé de tous les temps, la Coupe du Monde de Rugby 2023 a été l’occasion pour d’autres de tirer leur révérence sur la plus grande scène du rugby au monde.

Bien qu’ils n’atteignent pas le record mondial de 171 sélections de Jones – 158 pour le Pays de Galles et 13 pour les British and Irish Lions – le Néo-Zélandais Sam Whitelock et l’Anglais Ben Youngs ont rejoint la classe des plus de 100 sélections retraités de 2023 en tant que détenteurs du record de capes dans le rugby masculin de leur pays.

Tous deux continuent malgré tout à jouer en club après la Coupe du Monde de Rugby 2023, mais Whitelock, qui est deuxième derrière Jones au classement général du nombre de sélections, n’ajoutera pas de sitôt à ses 153 capes, à moins qu’il ne change d’avis à l’âge de 35 ans.

Sam Whitelock a dépassé le record de Richie McCaw lors du tournoi en France, tandis que la médaille de bronze remportée par l’Angleterre contre l’Argentine a été la 127e et dernière apparition de Youngs pour son pays.

« Je me sens extrêmement fier et privilégié d’avoir fait ça pendant si longtemps », a déclaré Ben Youngs une fois que le rideau a été tiré sur sa brillante carrière. « Les souvenirs et les coéquipiers que j’ai rencontrés tout au long de ma carrière, ainsi que les hauts et les bas, m’ont aidé à devenir la personne que je suis aujourd’hui. »

« Des montagnes russes d’émotions »

Sam Whitelock et Ben Youngs n’ont pas été les seuls centurions à annoncer que la Coupe du Monde de Rugby 2023 serait leur chant du cygne, loin de là.

Aaron Smith, coéquipier de longue date de Whitelock et l’un des meilleurs demis de mêlée de tous les temps, était un autre pour qui la Coupe du Monde de Rugby 2023 était une limite, la défaite de la Nouvelle-Zélande en finale face à l’Afrique du Sud étant le dernier de ses 124 tests.

ADVERTISEMENT

Johnny Sexton, qui est passé devant Ronan O’Gara en tant que recordman des points marqués par l’Irlande lors de la RWC, a pris sa retraite après la défaite de l’Irlande en quart de finale contre les All Blacks.

La carrière de Sexton compte 119 sélections pour l’Irlande, 1 113 points, quatre titres du Six Nations pour l’Irlande et quatre titres de la Champions Cup avec le Leinster.

« La retraite n’est jamais une étape facile pour un athlète professionnel. C’est particulièrement difficile après les montagnes russes d’émotions des dernières semaines en France », a-t-il écrit dans un communiqué.

« La tristesse et la frustration que nous n’ayons pas pu aller plus loin restent présentes, et le resteront encore longtemps, mais le sentiment dominant est la fierté que j’ai ressentie en jouant avec un groupe de joueurs aussi engagés et talentueux. Le meilleur groupe dont j’ai eu la chance de faire partie, sur et en dehors du terrain. Quitter ces joueurs et ces entraîneurs, c’est ce qui rend la retraite si difficile. »

ADVERTISEMENT

Keith Earls, autre membre fidèle de ce groupe irlandais, a également tiré sa révérence après 101 sélections et quatre Coupes du Monde de Rugby, tandis que Dan Biggar, contemporain de Sexton depuis tant d’années, ne sera plus vu en train d’orchestrer le jeu pour le Pays de Galles sur la scène internationale.

L’arrière vétéran Leigh Halfpenny est un autre joueur à trois chiffres qui a annoncé sa retraite cette année, tandis que Courtney Lawes a décidé que sa course était terminée après avoir représenté l’Angleterre pas moins de 105 fois, en troisième-ligne et en deuxième-ligne, ainsi que les British and Irish Lions à six reprises.

En dehors du Tournoi des Six Nations/Rugby Championship, le demi d’ouverture roumain Florin Surugiu a terminé en beauté en France, en marquant contre les Tonga pour son 104e et dernier test.

Comme Alun Wyn Jones, la Coupe du Monde de Rugby 2023 semblait une échéance trop lointaine pour certains centurions, dont la retraite du rugby international a été annoncée avant même le début du tournoi en France.

Sergio Parisse, quatrième sur la liste des plus capés avec 142 apparitions, n’a pas eu droit à un dernier grand moment en raison de son âge avancé et s’est depuis reconverti en entraîneur dans son club de Toulon, tandis que le recordman des essais en Écosse, Stuart Hogg, a lui aussi décidé que son corps en avait assez enduré.

De son côté, Mihai Macovei, l’un des noms les plus connus du rugby roumain, a été privé de la possibilité de jouer en France en raison d’une blessure au mollet, ce qui le place à égalité avec Florin Surugiu , son coéquipier des Chênes, avec 104 capes.

Hunter termine en beauté

Dans le rugby féminin, les joueuses ayant franchi la barre des 100 sélections sont beaucoup moins nombreuses, mais pour deux d’entre elles, Sarah Hunter et Sara Barattin, 2023 a été l’année où elles ont enfin tiré le rideau sur leur longue et fructueuse carrière.

Sarah Hunter, véritable légende des Red Roses, a été la première des deux à tirer sa révérence, après avoir reçu en mars les adieux qu’elle méritait. Son ultime test s’est déroulé dans sa ville natale de Newcastle, au Kingston Park, où l’Angleterre a marqué 10 essais lors d’une victoire 58-7 contre l’Écosse.

La numéro huit, qui a quitté le terrain sous l’ovation de ses coéquipières, de ses entraîneurs et de sa famille sur le terrain et dans les tribunes après 58 minutes de jeu, a pris sa retraite avec un record de 141 sélections à son actif, après une carrière de 16 ans riche en récompenses, dont 10 titres du Six Nations, une médaille de championne du monde de rugby en 2014 et le titre de Joueuse World Rugby de l’Année en 2016.

Après avoir initialement mis un terme à sa carrière à la veille du Tournoi des Six Nations féminin 2023 aux côtés de sa coéquipière Manuela Furlan, 90 capes, la demie de mêlée Sara Barattin a changé d’avis et s’est rendue disponible pour le Tournoi.

Barattin a disputé cinq matchs de plus pour porter son total de sélections à 116, ce qui la place en troisième position derrière Hunter et Rocky Clark dans la liste de tous les temps, avant de confirmer sa retraite pour de bon.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Be the first to comment...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

FEATURE
FEATURE Hamish Bain: 'After my first ball-carry, I felt a finger in my eye... what?!' Hamish Bain: 'After my first ball-carry, I felt a finger in my eye... what?!'
Search