Atonio - Meafou, un axe droit à près de 300 kg

Par Jérémy Fahner
Uini Atonio (France) pendant le match de rugby des Six Nations entre l'Italie et la France au Stadio Olimpico le 5 février 2023 à Rome, Italie. (Photo David Rogers/Getty Images)

Les points communs entre Uini Atonio et Emmanuel Meafou ne sautent pas forcément aux yeux. Mais à regarder de plus près, les deux joueurs, qui devraient se retrouver l’un derrière l’autre en mêlée dimanche à Cardiff, ont pas mal de similitudes.

ADVERTISEMENT

Il y a bien sûr ce gabarit hors normes (145 kg chacun pour leur poids de forme), bien que le pilier accuse sept centimètres de moins sous la toise (1,96 m contre 2,03). Les deux colosses partagent aussi leur pays de naissance (la Nouvelle-Zélande), leurs origines (les îles Samoa), et une maîtrise rapide et bluffante du français.

Ils ajouteront sans doute dimanche le maillot bleu à cette liste non exhaustive, puisque Meafou devrait enfin démarrer sa carrière avec le maillot frappé du coq. Atonio, lui, a répondu à l’appel de son sélectionneur Fabien Galthié, alors qu’il avait annoncé sa retraite internationale après la Coupe du Monde.

De quoi, deux semaines après l’axe droit Atonio – Tuilagi aligné contre l’Italie (13-13), frôler à nouveau les 300 kg pour ce secteur déterminant dans la bonne tenue d’une mêlée. « C’est confortable de pousser derrière lui », a souri Meafou en conférence de presse, mardi 6 mars, en évoquant cette doublette d’ultra lourds.

De là à penser que le pack bleu va dérouler son rugby dimanche au Principality Stadium, il y a un pas (de géant) que l’on va bien se garder de franchir. Mais un fort tonnage offre toutefois quelques garanties. On l’a vu en début de match lors de France – Italie. Le duo Atonio – Tuilagi a largement contribué à la domination des avants français, du moins avant le carton rouge reçu par Jonathan Danty.

Pourtant, durant son premier mandat, Fabien Galthié avait demandé à ses joueurs les plus lourds (Willemse, Bamba, R. Taofifénua ou même Le Roux) de perdre quelques kilos afin de tenir le rythme d’un match de rugby international.

La réflexion du sélectionneur semble avoir évolué, aidé par les efforts des joueurs concernés. « C’est vrai, c’est une nouvelle étape physiquement pour moi, concède Meafou. Mais je suis une certaine logique : le Top 14, la Coupe d’Europe, et maintenant la scène internationale. J’ai fait l’effort pour être là et pour tenir le rythme ». Tenir le rythme environ une heure, c’est sans doute ce que lui demandera le staff pour sa première. Ensuite, il sera temps de laisser sa place au “léger” Romain Taofifénua, à peine 138 kg sur la balance…

ADVERTISEMENT
ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

FEATURE
FEATURE Holistic Olympic ambitions for Team GB’s captain Emma Uren Holistic Olympic ambitions for Team GB’s captain Emma Uren
Search