Select Edition

Nord Nord
Sud Sud
Mondial Mondial
Nouvelle Zélande Nouvelle Zélande
France France

Une ancienne légende de Toulouse forge les futures avants des Black Ferns

Par Adam Julian
Les joueurs de Toulouse Romain Millo Chlusky (à droite) et Census Jonhston (au centre) célèbrent, le 2 juin 2012, après la victoire 24-15 de leur équipe en demi-finale du match de rugby du Top 14, Toulouse-Castres, au Stadium de Toulouse.AFP PHOTO/ REMY GABALDA (REMY GABALDA/AFP/GettyImages)

En moins de six mois, la première ligne des Black Ferns qui a remporté la Coupe du Monde de Rugby 2022 – Pip Love, Georgia Ponsonby et Amy Rule – a été battue deux fois par les novices d’Auckland.

ADVERTISEMENT

Le 9 septembre 2023, au Rugby Park de Christchurch, Auckland a battu Canterbury 39-27 en finale de la Farah Palmer Cup (FPC) Premiership.

Et peu après ce résultat, les piliers d’Auckland Sophie Fisher et Chryss Viliko ont fait leurs débuts avec les Black Ferns.

17 années en France

Census Johnston est peut-être l’arme secrète qui donne l’avantage à Auckland et aux Blues. Il est entraîneur des avants pour la franchise et la province. À l’apogée de sa carrière de joueur, ce pilier gigantesque mesurait 1,80 m et pesait 137 kg.

Aujourd’hui, Johnston a un peu fondu, mais il ne passe toujours pas inaperçu. Il rayonne d’un charme naturel et d’un caractère stylé qui lui viennent de ses 17 années passées en France et de ses 60 tests avec les Samoa, dont trois campagnes de Coupe du Monde de Rugby.

Après être passé par Biarritz, le Stade Toulousain, le Racing 92 et l’Aviron Bayonnais, il a officiellement pris sa retraite en 2022 et est retourné à Auckland avec ses trois filles. Il veut se rapprocher de sa famille, « rendre service à la communauté » et « nettoyer ses AirBnB’s ». L’opportunité d’entraîner des joueuses a été nouvelle et instructive.

« C’est une bonne expérience. Les femmes apprennent différemment. Elles sont très précises et posent beaucoup de questions », explique Census.

Une autre façon d’entraîner

« C’est passionnant parce qu’il faut avoir une raison pour tout ce que l’on fait et cela remet en question notre façon de penser en tant qu’entraîneur.

« Avec Auckland l’année dernière, je savais que nous allions gagner la finale. Nous avons gagné en confiance et en dynamisme, ce qui a permis aux filles de s’exprimer. La croissance a été énorme. Ce n’était pas différent des équipes gagnantes dont j’ai fait partie. Le rugby féminin repose en grande partie sur le mental. »

ADVERTISEMENT

Fisher et Viliko sont des joueuses très différentes. Viliko est une pilier gauche qui était troisième-ligne, dotée d’une taille, d’une puissance et de qualités athlétiques naturelles.

La pilier droit Fisher a migré du poste de deuxième-ligne. Ses larges épaules et sa grande taille font qu’il est difficile de la surpasser en mêlée. Elle s’est épanouie au côté de Viliko.

Comment il est arrivé au rugby

Census Johnston est né le 6 mai 1981, à Waitakere. Il a grandi en jouant au rugby à l’ouest d’Auckland. Lorsque son père est décédé et que sa mère a déménagé en Australie, Johnston a été contraint de quitter l’école sans aucune qualification et de travailler. C’est un professeur du collège Avondale qui l’a repéré alors qu’il jouait au rugby à Waitemata.

« Je suis retourné à l’école grâce à une bourse. Je me suis retrouvé au bon endroit au bon moment », se souvient Census.

« C’est mon passage à l’Avondale College qui m’a fait découvrir le rugby. J’ai commencé comme troisième-ligne, mais on m’a dit que mon gabarit me permettait de jouer comme pilier.

ADVERTISEMENT

« Lorsque j’ai quitté l’école, je me suis retrouvé à l’académie d’Auckland, où j’avais du mal à percer. J’ai même été exclu de l’équipe B d’Auckland, alors je suis allé jouer en rugby à XIII avec les Mount Albert Lions. L’entraîneur était [Brian] “Bluey” McClennan. Nous avons remporté la finale du Fox Memorial et j’ai marqué l’essai de la victoire.

« Le lundi, j’ai été convoqué à une mise au point à Auckland Rugby. Ils m’ont essentiellement rappelé les règles. J’ai été envoyé à Invercargill pour jouer dans l’équipe du NPC contre Southland. Ensuite, on m’a de nouveau laissé tranquille. »

Des débuts difficiles à Biarritz

McClennan, aujourd’hui entraîneur des Kiwis, a tenté de persuader Johnston de rejoindre la NRL en Australie. Il avait joué au niveau international pour les Samoa. Au lieu de cela, Johnston a rejoint Taranaki, où il a été entraîné par Kieran Crowley et Neil Barnes. Il a connu son heure de gloire le 26 novembre 2005.

« J’ai fait une bonne saison et j’ai été sélectionné pour les Samoa. Nous avons joué contre l’Angleterre à Twickenham, et j’ai fait passer un sale quart d’heure à Andrew Sheridan, qui était une grosse pointure à l’époque », rigole Census.

« Après ce match, j’ai reçu des offres de partout. J’ai choisi d’aller en France pour faire ce qu’il fallait pour jouer au Super Rugby. Je suis finalement resté en France pendant 17 ans.

« Je détestais tout ce que je faisais. Un pilier droit n’était censé faire que des mêlées ; moi, je courais », se souvient Johnston à propos de son introduction au Top 14 avec Biarritz en 2005.

Si Johnston est rapidement devenu un joueur clé grâce à ses courses dévastatrices et à ses coups d’éclat, une meilleure technique de mêlée et une plus grande longévité seraient nécessaires à plus long terme. Malgré tout, Biarritz a remporté le Top 14 en 2006 en écrasant Toulouse 40-13 en finale.

« C’est incroyable, je suis passé de rien à 7 000 € par semaine. Dans le vestiaire, le président a remis une enveloppe à tous les joueurs. Je pensais que c’était une carte de remerciement. Il s’agissait de 10 000 € par joueur ! », se souvient encore Johnston.

Sous les ordres d’Eddie Jones aux Saracens

Biarritz a proposé à Johnston une prolongation de contrat sans conditions. D’autres clubs étaient à la recherche d’un joueur. Les Saracens ont trouvé leur homme lorsque le directeur général s’est envolé pour l’Australie afin de rencontrer Johnston alors qu’il jouait pour les Samoa.

« Ils ont proposé toutes sortes de choses. Je disais un truc et ils me disaient ‘Oui, on peut faire ça’ », sourit Census.

« Eddie Jones était mon entraîneur aux Saracens. Bien sûr, Eddie était intense, mais il comprenait les garçons des îles et il a été le premier entraîneur à me dire que je pouvais être le meilleur au monde. Il était très rigoureux et a fait grandir mon appétit pour la mêlée. »

Lorsque les investisseurs sud-africains qui finançaient les Saracens ont fait faillite en 2009, Johnston a quitté l’Angleterre. Il est retourné en France. À Toulouse, sa légende est née.

A Toulouse, là où la légende est née

Johnston a disputé 222 matchs pour les Rouge et Noir jusqu’en 2017. En 2010, Toulouse a ironiquement battu Biarritz 21-19 en finale de la Champions Cup.

« C’est à Toulouse que j’ai découvert l’authenticité du rugby et de la culture française. Il n’y avait pas beaucoup d’étrangers, j’ai dû apprendre la langue et m’adapter au style de jeu », explique Johnston.

« La conquête est essentielle en France, on ne peut pas s’en passer. Chaque semaine était comme un test-match. J’ai appris à aimer les duels au corps à corps. Si on enlève ça, on enlève l’essence même du rugby.

« Les adversaires les plus coriaces en mêlée étaient les Géorgiens. On commençait à se battre avec eux pour se mettre dans leur peau. Mikheil Nariashvilli était un classique, un adversaire féroce. Il vous cherchait et je lui disais : “Pas aujourd’hui, mon frère”.

« Nous étions l’affiche vedette du dimanche soir à 21 heures. Il n’y avait rien d’autre qui comptait. »

Il a détruit la scrum machine en métal d’Airbus

La finale du Top 14 2011 a été remportée par Toulouse contre Montpellier 15 à 10. Johnston a été encore plus heureux lors de la victoire de 2012 sur Toulon. L’ancien All Black Luke McAlister avait passé six pénalités sur six tentatives, tandis que Johnny Wilkinson, qui a marqué 1 884 points pour Toulon, avait manqué la cible sur deux de ses pénalités.

« Après que Toulon nous ait battus en saison régulière, nous avions une scrum machine en métal construite par Airbus. On l’a tellement frappée qu’on l’a cassée », rigole Johnston.

« Toulon, c’est quelque chose. Le public est proche de l’action et au-dessus de toi. Ils lancent des journaux et des injures. C’est comme les gladiateurs des temps modernes. »

Tout au long de la carrière de Johnston, Samoa Rugby a été victime d’une gouvernance incompétente. Cela n’a pas empêché le grand homme de participer à des victoires extraordinaires.

En 2011, les Samoa ont battu l’Australie 32 à 23 à Sydney. Lors de la Coupe du Monde de Rugby 2011, les Samoa ont battu les Fidji 27-7 à l’Eden Park. À l’époque, la foule officielle de 60 327 personnes était la deuxième plus grande affluence pour un match de rugby en Nouvelle-Zélande.

Les Samoa ont laissé passer une chance de se qualifier pour les quarts de finale après une piètre prestation contre le Pays de Galles à Hamilton.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

USER NOTICE:

As of today you will need to reset your password to log into RugbyPass to continue commenting on articles.

Please click the ‘Login’ button below to be redirected and start the account validation and password reset process.

Thank you,

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

FEATURE
FEATURE 'The gene pool is remarkably strong for anyone interested in making future athletes' Inside the Olympic village 'The gene pool is remarkably strong for anyone interested in making future athletes' Inside the Olympic village
Search