L'histoire de Perry Baker, par Speedstick

Par Perry Baker
Perry Baker

Avant le HSBC SVNS Los Angeles, Tom Mitchell, ancien capitaine de l’équipe d’Angleterre de rugby à sept, s’est entretenu avec Perry Baker, l’un des joueurs les plus rapides à avoir foulé un terrain de rugby à sept. Il nous a parlé de ce qu’il aime, de ce qu’il n’aime pas, des événements qui ont façonné sa vie et de la raison pour laquelle il a dit à ses enfants de ne pas lui ressembler.

ADVERTISEMENT

« J’étais une tête de nœud » J’ai grandi dans une petite ville du comté de Volusia appelée New Smyrna Beach. Je n’aimais pas l’école, c’est sûr. J’ai dû prendre des cours de soutien pendant ma première année pour avoir la possibilité de jouer, et je n’ai donc pas joué de 14 à 17 ans. La dernière année, j’ai fait du basket-ball. J’ai fait de l’athlétisme et ensuite j’ai joué au football. C’est la seule fois où j’ai fait du sport au lycée.

« J’ai toujours rêvé de jouer en NFL » J’ai joué running back quand j’étais plus jeune. Je me suis donc mis au travail. Mon père m’a mis au pied du mur pour que j’obtienne mes notes et tout le reste. Il m’a dit : “Si tu n’as pas de bonnes notes, il va falloir que tu trouves un travail”. Mais je ne suis pas prêt à travailler ! Je ne veux pas travailler !

« Tout ce que tu fais, c’est pour les autres » Tout ce que j’avais en tête en jouant au football, c’était d’être sur cette grande scène et de m’occuper de ma famille, je voulais que mon père prenne sa retraite, que ma mère prenne sa retraite. Tout ce que je faisais, c’était pour aider les autres. Je voulais aussi aider ma communauté, celle où j’ai grandi, aider ces enfants et leur faire savoir qu’il y a un moyen de s’en sortir ; vous pouvez le faire parce que je l’ai fait.

« J’ai dit : “Je ne veux plus faire ça” » Je jouais au football pour essayer de jouer en NFL. J’ai fini par me déchirer le ménisque du genou. J’avais 26 ans et je me suis dit : “Je veux vraiment apprendre le rugby. Je veux jouer au rugby. Je veux apprendre à jouer au rugby. On m’a toujours dit que le rugby serait un sport olympique en 2016. ” Je vais donc me débrancher maintenant pour apprendre ce sport afin de me donner une chance d’essayer de faire partie de l’équipe olympique.

« “Hé, mec, joue, mon frère” » Quand j’entends parler des Jeux olympiques, je me dis que c’est de la poudre aux yeux ! Les gens qui participent aux Jeux olympiques sont en poster, ils ont leur tête sur les bouteilles de lait et sur les boîtes de céréales. Les Jeux olympiques, c’est de la folie ! Je suis allé dans la maison du rugby à la Tiger Academy. Il s’agissait en fait d’un appartement de deux chambres à coucher avec six gars à l’intérieur et moi je dormais sur le canapé. Ils m’ont fait asseoir à une table et m’ont dit : “Es-tu prêt à respirer, manger et dormir rugby ?” C’est littéralement tout ce que nous avons fait. C’était différent. »

« Les moments de doute » J’ai beaucoup douté. Il y a eu des moments où je me suis dit : “Je ne reviendrai pas, j’en ai fini, je n’ai pas la chance dont j’ai besoin, je n’ai pas l’opportunité dont j’ai besoin”. Alors j’ai dit que je ne voulais pas retourner à l’académie parce que je n’avais pas eu ma chance et que c’était fini. J’ai juste besoin de travailler et de trouver un emploi parce que les factures s’accumulent. Je n’ai même pas les moyens de me payer la voiture que j’avais à l’époque.

ADVERTISEMENT

« Mike Friday a été mon sauveur » Il est venu et a donné sa chance à tout le monde. Il a fait un grand test et le reste appartient à l’histoire. Il m’a donné la première chance dont j’avais besoin.

« Il faut aller voir Dan Norton » Je me souviens d’avoir parlé à un Sud-Africain qui vivait dans l’Ohio à l’époque et qui m’a dit : “Il faut que tu ailles voir Dan Norton”. Il me disait avant d’aller le voir qu’il fallait que j’apprenne à jouer au pied comme le fait Dan. Je suis donc allé voir ce type. Je me suis dit : “Ok, je vais voir ce gars-là. Boom !

« Faites attention à ce que vous voulez » J’aime découvrir la culture des autres et ce genre de choses. J’aime cette camaraderie. J’ai l’impression que la communauté du rugby amateur n’est pas très grande. Mais elle est tellement soudée. Et j’aime ça. Je viens d’une grande famille. Je tiens beaucoup à la famille. J’aime beaucoup l’amour. J’aime faire des choses comme ça. J’aime être avec ma famille. Je suis un homme de famille. J’ai trois garçons ! Je m’amuse tellement quand je suis avec eux. J’aime pêcher et faire plein de trucs. Ma femme voulait des garçons, et maintenant elle n’en peut plus ! Faites attention à ce que vous voulez.

« Vous êtes trop vieux pour jouer au rugby » L’une des grandes épreuves que j’ai dû surmonter, c’est le doute de ne pas y arriver parce qu’on m’a dit trop souvent que j’étais trop vieux. Ou encore “tu es un athlète polyvalent, tu ne connais pas le rugby”. C’était un gros challenge. On peut bien jouer au rugby jusqu’à la trentaine et c’est l’une des choses que j’ai surmontées : le doute de ne pas y arriver.

ADVERTISEMENT

« Ma carrière va s’arrêter » L’autre chose, c’est que je me suis cassé la jambe. Quand c’est arrivé, j’ai regardé mes chevilles qui allaient dans un sens et ma jambe dans un autre. Je ne savais pas si je pourrais redevenir celui que j’étais. Je ne serai plus le même Perry Baker, je ne serai plus le même Speedstick.

« Je prévois de prendre ma retraite après les Jeux olympiques » Je veux devenir entraîneur. Cela dit, j’aimerais beaucoup entraîner l’équipe nationale. Je suis en train de créer ma propre League qui s’appelle RugbyFlag X.

« J’aime la bouffe » Quand je vais à Londres, il faut que j’aille à Borough Market. J’y achète des bâtonnets de viande ! Et ce type fait des macaronis au fromage avec du poulet et c’est vraiment génial ! Ça, c’est du combo. Tu le regardes faire et tu le remplis. Les lumières sont éteintes ! J’adore le biltong dans les boucheries du Cap.

« J’adore la musique » J’écoute à peu près de tout en matière de musique. Les gars essaient de me faire jouer de la musique, mais bon, je n’en suis pas encore là.

« Devenez médecin, avocat, pompier, ingénieur, électricien » J’ai dit à mes enfants que je ne voulais pas qu’ils fassent carrière dans le sport. Il y a tellement de choses qui viennent avec. Les coups portés au corps, les douleurs permanentes. Si les enfants choisissent de le faire, je suis d’accord. Mais en étant dans le métier, je leur dis simplement que je ne veux pas qu’ils le fassent.

« La seule chose que je regrette, c’est de m’être cassé la mâchoire » Mais c’est tout. Je prends tout comme une victoire. Tout ce que j’ai vécu, toutes les leçons que j’ai apprises, je les considère comme des victoires parce qu’elles contribuent à faire de vous la personne que je suis aujourd’hui. Je peux le transmettre à mes enfants. Tout ce que je fais, je réalise que ce n’est jamais pour moi, jamais. Il n’a jamais été question de moi. C’est le but de la vie. Il ne s’agit jamais de soi. Si vous vous mettez tout sur le dos, ça ne marche pas. J’aime que mon fils de 18 mois soit assez grand pour me voir à la télévision. J’aime qu’il y ait YouTube, parce qu’il pourra un jour revenir en arrière et chercher des choses.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

J
Jon 1 hours ago
British & Irish Lions free agent open to Super Rugby switch

There are a couple of teams who could use a stop gap experienced head. Blues - I’m not sure the Blues have signed a replacement for Caleb Tangitau (if he hasn’t been let go to make room for Barrett) yet, or whether Reiko is going on sabbatical and/or will remain in the squad. With exciting young French player Xavi Taele looking destined for higher honors in black, talented breakthrough rookie Cory Evan’s, and a couple of utilities, in AJ Lam and Bryce Heem(even Clarke?), all trying to learn the midfield trade, Williams could be a great aid. The Blues signed key English center Joe Marchant before he was raised to that level, and were possibly in the hunt to bring back the dependable Tele’a from the Highlanders. Possible the main squeeze which would put to bed any signing here would be the battle at 10 with Beauden’s return, and the forcing of Plummer back into the midfield. Hurricanes - Jordie Barrett is off to Leinster for a sabbatical next year but the more likely signing would be Billy’s brother back in the team. The Hurricanes are light on the outside with the loss of Salesi Rayasi to the Top 14 and if no quality is found to back up Kini Naholo, the midfield of Sullivan or Proctors could find themselves on the wing and space for a leader to show the Hurricanes three All Black midfield hopefuls (Higgins, Proctor, Umaga-Jensen) how its done. Highlanders - Rotation is high as usual at the Highlanders and versatility remains a strength with a lot of the squad. With compatriot Rhys Patchell signing a move to the JRLO, the passing of outside back Connor Garden-Bachop, and confirmed departure of Argentine wing Martin Bogado, the versatility of many of the young backups in the squad could see a veteran 12 like Williams being a strong partner for the robust Tele’a. With hope that the other Umaga-Jensen brother can force him out of the starting lineup, and shifting the sides general Sam Gilbert back into 10, the off-contract midfielder might seen as the perfect option for a squad still looking to fill one back spot.

3 Go to comments
FEATURE
FEATURE 'Ireland could end up with 20 Lions after winning back the world's respect' 'Ireland could end up with 20 Lions after winning back the world's respect'
Search