Il revient sur le circuit mondial après deux ans de blessure

Par RugbyPass
CHOFU, JAPON - 26 JUILLET : Andrew Knewstubb (Nouvelle-Zélande), effectue un offload lors de la troisième journée des Jeux olympiques de Tokyo 2020 au stade de Tokyo, le 26 juillet 2021 à Chofu, Tokyo, Japon. (Photo par Dan Mullan/Getty Images)

La réaction de ses coéquipiers en disait long.

Lorsque le nom d’Andrew Knewstubb s’est affiché à l’écran, confirmant sa place dans l’équipe de tournée des All Blacks Sevens pour les étapes de Vancouver et de Los Angeles des HSBC SVNS 2024 series, la salle d’équipe a explosé.

ADVERTISEMENT

Toute l’équipe a entouré celui que l’on appelle affectueusement « Stubby », en lui sautant dessus. Ils savent tous combien le chemin a été long pour en arriver là.

Knewstubb a joué moins de 20 matchs de rugby à sept pour la Nouvelle-Zélande en près de quatre ans – un tournoi transtasmanien organisé pendant la pandémie de Covid-19, six matchs aux Jeux olympiques de Tokyo, puis quatre autres lors du retour de la Nouvelle-Zélande sur le World Series à Singapour en 2022.

C’est là qu’il s’est rompu le ligament croisé antérieur (LCA) du genou gauche. Alors qu’il était sur le point de revenir de cette blessure, en mars de l’année dernière, il a rechuté.

Après deux ans de rééducation et d’échecs, Knewstubb revient donc sur le HSBC SVNS à Vancouver. Il dit que voir son nom sur la feuille d’équipe était, d’une certaine manière, mieux que d’être sélectionné la première fois.

« Peut-être que c’est encore plus spécial », sourit-il. « Lorsque j’ai été sélectionné la première fois, je ne m’y attendais pas vraiment et cette fois-ci, j’ai travaillé si dur, j’ai fait beaucoup d’efforts pour essayer de me qualifier, alors le fait d’être enfin sélectionné est un énorme soulagement. Je suis tout simplement heureux. »

Les blessures ont été si nombreuses au sein de l’équipe au cours des deux dernières saisons que Knewstubb s’est entouré d’un groupe de gens qui l’ont rejoint dans le train de la rééducation, les « mahi dogs ».

ADVERTISEMENT

Même s’ils se soutiennent mutuellement, les blessures peuvent être différentes d’une personne à l’autre.

« Même pour le ligament croisé antérieur, les greffes sont différentes et chacun a son propre parcours », explique Knewstubb qui est devenu expert en la matière. « Lorsque d’autres joueurs se blessaient, il fallait presque leur expliquer : “Je ne sais pas exactement ce que vous vivez, mais je peux l’imaginer”.

« On est un peu sur la même page, mais dans un livre différent.

« J’ai vu beaucoup de gars passer par le processus de rééducation et revenir sur le terrain alors que j’étais toujours bloqué, alors c’était un peu décourageant. Mais en même temps, c’était génial de s’entraîner à leurs côtés, de les voir évoluer et d’essayer de les pousser autant qu’ils me poussaient. »

Ses coéquipiers, sa famille et ses amis l’ont aidé à traverser une période où il pensait ne plus pouvoir rejouer…

ADVERTISEMENT

Compte tenu de la forte saison 2023 de la Nouvelle-Zélande, qui a remporté cinq tournois et le titre global des Series, il est facile d’oublier à quel point Knewstubb était influent avant sa blessure.

Coureur instinctif doté d’une brillante accélération, le retour de Knewstubb ajoutera une dimension indispensable à une équipe des All Blacks Sevens qui n’a jusqu’à présent pas réussi à s’enflammer en 2024.

Avec seulement un match de club avant de prendre l’avion, Knewstubb se sent prêt malgré tout à se tester à nouveau contre les meilleurs du monde – et un temps de quatre minutes et 12 secondes au bronco test récemment témoignerait de son niveau de forme.

« J’ai un peu besoin de faire à nouveau confiance à mon corps, mais dans l’ensemble, je me sens vraiment bien et j’ai été pulvérisé à de nombreuses reprises à l’entraînement. Après le premier LCA, je courais partout comme si rien ne s’était passé, mais maintenant j’ai l’impression de bien comprendre mon corps et je suis assez confiant. »

Knewstubb arrivera également à Vancouver un peu plus léger. Pour la première fois depuis sa première blessure, il a récolté des fonds pour la Société du cancer de Nouvelle-Zélande, marquant ainsi une autre petite étape sur le long chemin du retour au HSBC SVNS.

Maintenant que toutes les cases ont été cochées pour son retour, il ne lui reste plus qu’à maîtriser ses émotions jusqu’à ce qu’il ait à nouveau le ballon entre les mains.

« J’ai essayé de ne pas trop penser à ce que je vais ressentir, car ça me rend un peu émotif. Je pense qu’il faut que je prenne les choses comme elles viennent. Je suis nerveux et je ressens tellement d’émotions que j’imagine que la remise du maillot sera très particulière et que l’attente dans le tunnel le sera encore plus. »

Il fut un temps où il pensait ne jamais pouvoir rejouer au plus haut niveau. Mais grâce à deux années de travail et à l’aide de nombreuses personnes, Andrew Knewstubb est prêt à se lancer à nouveau sur le circuit mondial.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

TRENDING
TRENDING Time to say goodbye to this Springboks team Time to say goodbye to this Springboks team
Search