David Courteix : « La chance, ça va se chercher »

Par Willy Billiard
SINGAPOUR, SINGAPOUR - 03 MAI : Seraphine Okemba (France) court avec le ballon pour un essai contre Nadine Roos #9 de l'Afrique du Sud dans le match de la poule B féminine lors de la première journée du HSBC SVNS 2024 de Singapour au National Stadium le 03 mai 2024 à Singapour. (Photo par Yong Teck Lim/Getty Images)

En début de saison, David Courteix, l’entraîneur de l’équipe de France de rugby à sept, évoquait auprès de RugbyPass « l’anomalie statistique qu’on n’ait pas encore gagné ».

ADVERTISEMENT

Alors que la saison touche à sa fin avec le tournoi de Madrid du 31 mai au 2 juin, France 7 Féminine affiche une saison record avec quatre podiums et donc quatre médailles : deux de bronze (Dubaï et Singapour) et deux d’argent (Cape Town et Vancouver). Mais encore une fois, pas d’or. Avec cette troisième place au général, « l’anomalie » perdure.

Related

« Cette 3e place récompense une certaine forme de constance tout au long de la saison sur l’ensemble des tournois », confie David Courteix à RugbyPass. « C’est la première fois qu’on fait une compétition si dense en termes de places, même s’il y a des quarts de finale qui nous ont échappés.

« On a toujours été là dans les grands rendez-vous, dans les moments où on attendait de nous de faire une performance. Mais pour être honnête, sur le World Series, on a souvent été victimes de nos capacités à être bons sur une étape, puis moins sur une autre.

« Cette année, on a tenu la distance. A Perth on est battu par les Etats-Unis à la régulière. Même chose à Los Angeles par le Canada. Il faut accepter ça, même si on n’était pas contents de nos performances. »

Briser le plafond de verre… « bientôt »

Le dernier tournoi à Madrid présente un facteur important et France 7 féminine compte bien, dans la capitale espagnole, briser enfin le plafond de verre qui pèse sur l’équipe depuis son entrée sur le circuit mondial.

« On est la seule équipe, depuis que l’Irlande a rejoint le nombre des équipes féminines qui ont gagné un tournoi cette année. On est une des équipes qui reste performante sur le haut niveau et qui n’a toujours pas gagné », remarque Courteix.

« Pour gagner, il faut saisir sa chance. Et aujourd’hui, dans la capacité de prendre la balle au rebond, on manque encore un petit peu de la conviction dans le fait que ça va se chercher. On sait qu’on est capable, mais on ne passe pas le dernier cap avec tout ce qui va avec en termes de comportement, d’attitude, de conviction cérébrale du fait qu’on peut le faire. Il nous manque quelques petites choses. »

ADVERTISEMENT

Fan de Claude Fauquet, considéré comme « le coach des coachs », ancien prof d’EPS reconverti dans le très haut niveau dans plusieurs disciplines sportives, David Courteix aime à ressortir cette citation du théoricien de la haute performance : « Celui qui gagne, finalement, est celui qui est parvenu à échapper à ce chemin tracé par d’autres que lui. C’est aussi celui qui a manifesté un désir de réussite plus fort que les autres et qui le traduit dans ses performances ».

C’est le fameux « ils avaient plus faim que nous », repris systématiquement par l’équipe qui vient de s’incliner.

Mais pour David Courteix, c’est là tout le paradoxe de l’équipe de France féminine de rugby à sept : elle a toutes les armes pour être championne mais juste un déclic lui manque.

ADVERTISEMENT

« On ne saisit pas toujours les occasions », insiste-t-il. « On a toutes les armes. Il faut qu’on arrive à les mettre bout à bout. Est-ce que ça m’inquiète ? Pas du tout. Est-ce je pense qu’on en est très proche depuis longtemps ? Oui. On fait de petits pas qui nous en approchent à chaque fois. On est plus proches que jamais. Je souhaite que ça se fasse le plus tôt possible. »

La France pas encore convaincue qu’elle peut gagner

Ce déclic que la France doit activer réside dans le mental ; ce mental de tueuses qui doit les habiter. Si elles ont manqué d’être championnes du World Series, au moins feront-elles tout pour devenir championnes d’Europe d’ici au Jeux olympiques où elles comptent bien repartir avec une médaille.

Pour cela, même si les Bleues savent qu’elles en sont capables, il faut désormais, selon leur entraîneur, qu’elles en soient « convaincues ».

« Je fais une immense différence entre la chance et le hasard. La chance, pour moi, c’est quelque chose sur lequel tu as en partie la main et qui est une force de conviction, d’engagement total et d’envie de vaincre, d’emprise sur les événements », précise-t-il.

« Dans ce domaine-là, on est moins certain qu’on peut mettre la main sur notre chance que des équipes comme l’Australie ou la Nouvelle-Zélande, par exemple. C’est sans doute plus dur pour nous, en France, pour des questions de culture. On dit de nous qu’on peut sembler arrogants, prétentieux. Je pense au contraire que cette équipe ne dégage pas du tout ça. Et c’est parfois contre-productif.

« On n’est pas prétentieux, mais peut-être est-ce le signe qu’à des moments on croit que la chance va venir d’elle-même. Et selon moi, la chance, ça va se chercher. Le hasard, c’est autre chose, c’est fortuit. En sport, rien n’arrive par hasard. Il faut qu’on arrive à intégrer pleinement ça et il faut que l’on joue notre chance à fond.

« Philippe Saint-André et Serge Blanco, par exemple, sont deux joueurs qui, dans l’histoire du rugby français, sont des gens dont on disait que les rebonds étaient tous pour eux ; chaque fois qu’il y avait un intervalle improbable à prendre, il était pour eux. Eh bien, pour avoir passé beaucoup de temps à les regarder, c’est surtout des gens qui couraient après tous les ballons, après tous les rebonds, après tous les intervalles. Et du coup, quand ça s’ouvrait, tu retenais que ça leur avait souri ; mais parce qu’ils avaient essayé des milliers de portes et de rebonds avant !

« Et ça, c’est la part de conviction. Si tu crois que ta chance est au bout du chemin, tu vas explorer tous les chemins. Si tu attends que la chance tombe, il te manque le poil de conviction qui fait que tu vas rater ta chance. »

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

s
sean 22 minutes ago
The bite don't match the bark

Yeah, he has a few good points… I disagree that our 7s haven't done anything, we won Bronze in 2016, and we were virtually unplayable to the backend of the “teens” winning the series. 7s is far more competitive globally than Union, so it's fair to say we haven't dominated, but we are almost always contenders. But I do agree that our national side doesn't perform nearly as well as it should between World Cups, and I do agree that our supporters can be too passionate and the opitimity of what Rugby stands against. I have said so many times. And I also believe some context needs to be taken into account with Saturday's win for Ireland. They're a really good team! Settled coaching staff, and bar a few legends retiring, they've had a full season and plenty of time together. We have some youngsters being groomed for the future, have played only 3 games now under a new coaching team with new philosophies and game plans. I'm excited by what the future of this team holds, as much as I am disappointed by the result. But unlike this article suggests, I am never going to take away from what Ireland has achieved, is achieving, and where they're heading. As a Rugby fan, I love the tight games, like the last two weekends. As a Bok Super Fan, I agree we don't perform as well as we should. And as an aside, you come play a game at 7am on our fields, bud. -2°c and frost on the field that is as hard as concrete…. Then we’ll see just how tough you are. Well done Ireland! They played well, and gave our boys a lot to think about. That's what you want from the top two teams in the world. Rugby won. The fans of this greatbsport won. A'n bullshit like this article is why Rugby is losing its identity. I don't like soccer. This article perpetuates the soccer influences the game of Rugby is starting to see. It's why Wayne Barnes retired, feared for his family, and he isn't the only ref to say so. I have called out many Bok fans for being an embarrassment to the game, and I will continue to do so. Rugbypass.com, this article is close to the same bullshit. You should be better.

33 Go to comments
M
Michael 1 hours ago
All Blacks vs England takeaways: Richie Who? Time for Cortez

Cant deny Christie is a good defender, box kicks well at times, BUT he’s a second too slow passing from the ground. Roigard, Ratima and Hotham will be our 2027 halfbacks I believe DMAC has played reasonably well in both games, so deserves to keep his place - his two breaks at Eden Park should have resulted in tries. Reece was really to blame for the Taylor failure - he stayed too wide, if he had come in a couple of meters the pass from Taylor would have worked. The Perofeta failure was extraordinary, he is normally such a good distributor, failure to draw in Steward was remarkable, failure to look inside was a shocker. Cory Flynn as lineout coach… umm something a miss here. Not sure who is calling the lineouts, but clearly we miss Whitelock’s leadership. Having a disfunctional line out really underminded the AB attack. But let’s remind ourselves Itoje is a master, and their tactics of going for the arms of the jumper on landing and pulling over was brilliant causing Paddy and Scooter to both fumble the balls. I am a Blues supporter so I like Talea, but if you play him on the wrong wing look out. While he’s not the fastest wing, he’s elusive and very industrious always looking for work. However, he’s not the tallest player, and everyone knows his weakness (a) being turned in defence - he’s slow to turn and react and (b) never jumps for high balls is normally out jumped. Personally, I find Recce and Talea too alike - Razor needs to couple them with another complementary partner Clark and Narawa respectively. However, for me the real troubling challenge is our mid-field. I am sorry Barrett & Ioane are a poor combo - either Barrett & Proctor or ALB & Ioane - but having two mid-fielders who are poor distributors is nuts. Jordie had a forgettable game in truth he missed so many tackles, which to be fair is unlike him. But sadly both Barrett and Ioane chose to bash first and rarely distribute cleanly.

22 Go to comments
FEATURE
FEATURE How Maro Itoje terrorised the All Blacks lineout How Maro Itoje terrorised the All Blacks lineout
Search