Contempomi : « Jouer contre les meilleurs nous fait grandir »

Par Jérémy Fahner
Felipe Contempomi faisait déjà partie du staff des Pumas lors de la dernière Coupe du Monde, mais Michael Cheika en était l'entraîneur en chef. L'ancien centre ou ouvreur a pris le relais de l'Australien depuis (Photo by ANNE-CHRISTINE POUJOULAT/AFP via Getty Images).

Les Pumas sont déjà à Mendoza, la grande ville adossée à la Cordillère des Andes et grande région productrice des vins argentins, où ils accueilleront l’équipe de France pour le premier test de la série entre les deux équipes, samedi 6 juillet.

ADVERTISEMENT

En attendant cette affiche, la première pour les Argentins avec Felipe Contempomi à leur tête, le staff des Pumas organise différentes réunions, collective ou individuelle, avec les joueurs, de manière à s’assurer que le projet de jeu proposée par l’ancien de Toulon, du Stade Français ou encore du Leinster soit “digéré” par l’ensemble des troupes.

« Cette semaine, ceux qui sont avec nous pour la première fois vont avoir de quoi faire et beaucoup de choses à étudier », démarre Contempomi en conférence de presse depuis l’hôtel Hilton de Mendoza, cité par le média argentin Diario Uno.

Rencontre
Internationals
Argentina
13 - 28
Temps complet
France
Toutes les stats et les données

Et le technicien d’établir les grandes lignes de ce qu’il espère voir sur la pelouse du stade Malvinas Argentinas, samedi. Les joueurs devront être capables d’amener sur le terrain les contenus des séances vidéo et de tableau noir.

« L’idée, c’est de faire des choses simples, mais avec beaucoup d’application. Tous les gars présents ici sont là parce qu’ils sont bien préparés et ont toute notre confiance pour faire ce qu’on leur demande de la meilleure façon possible. »

Le sélectionneur a composé un groupe mixte pour la tournée des Bleus en Amérique du Sud. Des éléments expérimentés comme Pablo Matera, Marcos Kremer, Julian Montoya, Santiago Carreras… Et des novices, à l’image des « Français » Francisco Coria Marchetti (Brive) et Bautista Pedemonte (Vannes), et de Franco Molina et Mateo Soler, tous deux issus de la franchise argentine des Dogos de Cordoba, qui joue en Super Rugby América.

Contempomi espère que ces joueurs seront capables de répondre au « défi énorme » posé par la France. « La réalité, c’est que nous jouons toujours contre des équipes qui sont devant nous au classement », constate l’ancien adjoint de Cheika. « Des douze matchs cette année, huit ont lieu contre une des quatre premières équipes mondiales. »

Les Bleus battus lors de la dernière tournée en Argentine

Préférerait-il jouer des matchs plus abordables, afin de donner plus de confiance à ses joueurs ? C’est tout le contraire : « C’est génial, c’est ce que nous voulons, jouer contre les meilleurs pour nous aider à grandir. L’objectif est précisément celui-là, s’améliorer, évoluer ».

ADVERTISEMENT

On se souvient que lors de la dernière Coupe du Monde, les équipes du Tier 2 (Chili, Uruguay, Portugal, Samoa…) avaient réclamé à corps et à cris plus de rencontres contre les meilleures nations, seule solution selon elles pour combler l’écart entre les nations “historiques” du rugby mondial et les nouvelles venues.

L’Argentine ne peut pas être considérée comme un membre du Tier 2 eu égard à ses résultats récents en Coupe du Monde (demi-finales en 2023 et 2015 notamment). Mais la France, en calant un match face à l’Uruguay entre les deux tests contre les Pumas, joue le jeu du développement du rugby mondial.

L’équipe de France, si elle domine très largement le bilan entre les deux pays (53 rencontres, 38 victoires, 14 défaites, un nul), a connu quelques sacrées désillusions face aux Pumas depuis que le rugby est devenu professionnel.

Il y a bien sûr eu les deux défaites lors de la Coupe du Monde 2007 (en poule et lors du match pour la 3e place), il y a aussi la dernière visite des Bleus au bord du Rio de la Plata. En 2016, les hommes de Daniel Hourcade avaient battu ceux de Guy Novès (30-19), avant que les Bleus ne prennent leur revanche la semaine suivante (27-0).

ADVERTISEMENT

« C’est bien de démarrer par la France, c’est l’une des meilleures équipes du monde. On sait à quel point elle est forte », poursuit Contempomi, avant d’entrer plus dans le détail : « Le défi sera d’imposer notre plan de jeu et de rester prudent face à ce que la France fait et ce qu’elle peut proposer, mais on s’attarde beaucoup sur ce qu’on peut faire, pour le faire de la meilleure façon possible. »

Les Bleus, eux, arriveront à Mendoza jeudi 4 juillet, deux jours avant la rencontre prévue à 21h (16 heure locale). D’ici là, ils continueront de s’entraîner dans le nord de Buenos Aires, sur les installations du San Isidro Club.

 

Regardez le Championnat U20 World Rugby en direct et gratuitement sur RugbyPass TV. S'inscrire ici dès à présent
*Non disponible en Afrique, Nouvelle-Zélande, Fidji, Samoa, Papouasie-Nouvelle-Guinée et Tonga.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

FEATURE
FEATURE Ireland and South Africa share the same player development dilemma Ireland and South Africa share the same player development dilemma
Search