Yannick Nyanga : « un ballon pointu, ça me faisait peur »

Par Willy Billiard
Yannick Nyanga

Comment à partir de la peur d’un ballon Yannick Nyanga est devenu un troisième-ligne international de renom ? Comment le lien s’est fait entre sa pratique, la data et sa carrière ?

ADVERTISEMENT

Il faut remonter à son enfance pour comprendre. « La première data que j’ai eu, c’est ma tante qui était venue du Congo pour me voir », raconte l’ancien joueur du Racing 92 dans le BastaShow – saison 2, à voir en exclusivité et gratuitement sur RugbyPass TV.

« Je devais avoir 5 ou 6 ans et j’avais peur du ballon. Quand on me faisait une passe, je ne voulais pas attraper le ballon parce qu’un ballon pointu, ça me faisait peur. Par contre, si je prenais le ballon et que c’était moi qui jouais la pénalité vite, j’étais capable d’aller marquer.

« J’avais l’impression que personne ne voyait que j’avais peur du ballon. Sauf que… ma tante vient me voir, elle pose son pagne, elle regarde – elle ne connaît rien au rugby – et elle me demande pourquoi je n’attrape jamais le ballon et si j’ai peur. C’est là que je me suis rendu compte que ça se voyait. Ma tante m’a donné une information qui a changé mon comportement. »

Il faut former à la data

46 sélections avec le XV de France et deux Coupes du Monde de Rugby (2007 et 2015) plus tard, Yannick Nyanga (40 ans aujourd’hui) publie « Data et sport. La révolution », avec Aurélie Jean, docteure en sciences, à la veille de la Coupe du Monde de Rugby 2023. Le livre rencontre un tel succès qu’il vient d’être édité en poche.

« Ce livre est né d’une rencontre avec Aurélie », raconte le désormais entraîneur des espoirs du Racing 92. « Fred (Michalak) organisait le salon des innovations dans le sport. Il m’avait invité à une table-ronde sur la data et on s’était retrouvé sur plein de points, notamment sur les avantages et les inconvénients de la data, sur le fait que c’était ni bon, ni mauvais. En fait, c’est ce qu’on en fait qui compte. Je l’avais invitée au Racing 92 et elle avait été surprise par toute la data qu’il y avait dans le sport. »

De discussions en discussions, l’idée a germé d’en faire un bouquin. « On a besoin d’être formé à la data », insiste Yannick Nyanga.

Related

Une information à un instant T

« Aujourd’hui, on mesure tout : l’intensité des entraînements, la vitesse, le nombre de kilomètres… », décrypte-t-il. « On se rend compte que les blessures viennent souvent des variations de charge d’entrainement. A partir du moment où tu as une variation entre 20 et 30%, tu commences à t’exposer. C’est pour ça qu’on ne demande jamais à un joueur de s’arrêter ou, s’il s’arrête complètement, il doit passer par des sas pour revenir à son meilleur niveau. Ainsi, on réduit considérablement les blessures.

ADVERTISEMENT

« La data, beaucoup de gens pensent que c’est quelque chose de compliqué. Mais c’est une information, tout simplement. »

Nyanga prend l’exemple du chrono pour expliquer la pertinence de la data. « Tu vas commencer à courir sans ta montre connectée et tu vas courir tranquille. Et à partir du moment où je vais te dire que je te chronomètre, ton comportement ne sera plus le même.

« La data n’est pas une vérité, mais une information à un moment donné. La data ne veut pas dire que tu cours à cette allure-là, mais qu’à un moment donné tu as couru à cette allure-là. Répété par rapport au nombre de fois, ça peut donner des tendances.

« La data doit toujours être au service d’une idée. On part d’une idée de base, techniquement et tactiquement, et ensuite quels chiffres tendent à servir cette idée-là. »

ADVERTISEMENT
ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

f
finn 6 hours ago
Ireland and South Africa share the same player development dilemma

What a difference 9 months makes! Last autumn everyone was talking about how important versatile bench players were to SA’s WC win, now we’re back to only wanting specialists? The timing of this turn is pretty odd when you consider that some of the best players on the pitch in the SA/Ireland match were Osbourne (a centre playing out of position at 15), Feinberg-Mngomezulu (a fly-half/centre playing out of position at 15), and Frawley (a utility back). Having specialists across the backline is great, but its not always necessary. Personally I think Frawley is unlikely to displace Crowley as first choice 10, but his ability to play 12 and 15 means he’s pretty much guaranteed to hold down a spot on the bench, and should get a decent amount of minutes either at the end of games or starting when there are injuries. I think Willemse is in a similar boat. Feinberg-Mngomezulu possibly could become a regular starter at 10 for the Springboks, but he might not, given he’d have to displace Libbok and Pollard. I think its best not to put all your eggs in one basket - Osbourne played so well at the weekend that he will hopefully be trusted with the 15 shirt for the autumn at least, but if things hadn’t gone well for him he could have bided his time until an opportunity opened up at centre. Similarly Feinberg-Mngomezulu is likely to get a few opportunities at 15 in the coming months due to le Roux’s age and Willemse’s injury, but given SA don’t have a single centre aged under 30 its likely that opportunities could also open up at 12 if he keeps playing there for Stormers. None of this will discount him from being given gametime at 10 - in the last RWC cycle Rassie gave a start at 10 to Frans Steyn, and even gave de Klerk minutes there off the bench - but it will give him far more opportunities for first team rugby.

5 Go to comments
TRENDING
TRENDING 'One of the poorest All Blacks performances I've seen in a long time' 'One of the poorest All Blacks performances I've seen in a long time
Search