Pierre Brousset redoute une crise de vocation dans l’arbitrage

Par Willy Billiard
BORDEAUX, FRANCE - SEPTEMBER 17: Referee Mathieu Raynal, Assistent referee Angus Gardner, Assistent referee Pierre Brousset in discussion with TMO Brett Cronan thru the big screen during the Rugby World Cup France 2023 match between South Africa and Romania at Stade de Bordeaux on September 17, 2023 in Bordeaux, France. (Photo by Hans van der Valk/BSR Agency/Getty Images)

Pierre Brousset vivra en 2024 un évènement important dans sa carrière : sa première désignation en tant qu’arbitre central sur le Tournoi des Six Nations, en l’occurrence le match Irlande- Italie le 11 février.

ADVERTISEMENT

Habitué à la touche, c’est la première fois qu’il tiendra le sifflet sur un match international entre équipes dites du tier 1. Et alors que l’arbitrage a fait les gros titres vers la fin de cette année – notamment à la rubrique faits divers – cette échéance semble au contraire le motiver encore plus.

« Je sais que ce sera un événement où on sera attendus, suite à la Coupe du monde qui s’est passée, et je pense que le moindre événement un peu tendancieux sera mis sous les feux des projecteurs, comme d’habitude », confie l’arbitre français dans un entretien exclusif à RugbyPass.

Related

« Et c’est quelque chose auquel on est préparé également pour la Coupe du monde. On savait très bien qu’il y aurait bien une décision qui ferait parler d’arbitrage, surtout sur un match éliminatoire, et on était préparé à ça. »

Arbitre-assistant : un soutien pour partager la pression

Cette Coupe du Monde de Rugby 2023, Pierre Brousset s’en souvient bien pour y avoir été arbitre assistant sur plusieurs rencontres. Un souvenir « fantastique », assure-t-il au vu des enjeux, des moments uniques, des performances impressionnantes et de l’ambiance. « Je suis passé d’un Angleterre – Chili extraordinaire, à un Fidji – Portugal incroyable, tout en faisant Angleterre – Fidji en quarts de finale », égrène-t-il.

Est-ce que, moins exposé qu’un arbitre de champ, cela l’a aidé à mieux profiter de l’évènement ? « Je pense, oui », admet-il.

« On fait partie d’une équipe, donc on peut se sentir affecté de la même manière. Par contre, notre nom est moins cité, ça peut enlever une certaine pression parce qu’on retient souvent l’arbitre central, ou alors la décision prise par l’arbitre vidéo à un moment donné.

« Mais pour autant, je pense qu’on a un rôle à jouer en tant qu’arbitre assistant, justement de supporter le leader de l’équipe du mieux possible afin d’éviter d’arriver à cette situation-là où l’erreur est pointée du doigt. Je pense que les assistants ont un rôle important de soutien, de support pour être précis dans les moments clés en équipe. »

La passion intacte

Tombereaux d’insultes sur les réseaux sociaux, menaces de mort à l’encontre de certains tel Wayne Barnes ou pression trop forte incitant l’arbitre vidéo Tom Foley à cesser toute activité. Pierre Brousset sait vers quoi il s’engage en se lançant sur la grande scène internationale.

ADVERTISEMENT

« Tout ça nous touche, oui, parce qu’on connaît les individus », dit-il. « On a vécu ensemble tout au long de la préparation. On a vécu un mois et demi ensemble et quand on connaît les personnes qui sont attaquées personnellement, évidemment que c’est triste et que c’est incompréhensible. Quand on les connaît dans la vie, on sait très bien que ce sont des bons gars, tout simplement. Et on souhaite ça à personne.

« On peut se projeter et se dire si ‘ça arrivait à ma famille, comment je réagirais ?’ D’un autre côté, la passion reste intacte parce que je pense que, dès le départ, en tant qu’arbitre, on ne peut pas satisfaire tout le monde. Et ça, c’est quelque chose qui est clair dans ma tête depuis le début.

« En gros tout ce qui se passe autour, j’essaie de faire abstraction et je me concentre sur mon chemin à moi, sur comment je peux m’améliorer au quotidien tout en essayant d’être dur envers moi-même sur mes feedbacks. »

Formés à gérer la pression

Dans la préparation des arbitres internationaux – qui ne diffère pas de celle des championnats français et européens sur ce sujet – l’accent est mis sur la gestion des situations à risque. Une semaine avant le début du Tournoi, soit fin janvier, l’équipe des officiels de match du Tournoi se réunira pour faire le point et se préparer au mieux aux prochaines échéances.

Related

« On sait que la fonction d’arbitre peut nous amener à ça. Maintenant, c’est une question d’équilibre. Est ce qu’on juge juste ? Est-ce que c’est seulement la décision qui est jugée ? Ou alors est ce qu’on remet en question l’individu et l’honnêteté de l’individu ? Si on parle simplement de décision, je pense qu’on est tous prêts à discuter, à échanger et à reconnaitre parfois qu’on s’est trompé. Quand on touche à l’individu lui-même, c’est plus compliqué à accepter », confie Pierre Brousset.

ADVERTISEMENT

Alors qu’il aura 35 ans au début du Tournoi, il sait qu’il porte sur ses épaules, avec ses comparses, la responsabilité de maintenir l’élan de la prochaine génération. Craint-il que ce genre d’affaires puisse empêcher certains jeunes à se lancer dans l’arbitrage ?

Une crise des vocations est-elle à craindre ?

« Je pense, oui, que ça peut… », acquiesce-t-il. « Ça peut freiner certaines vocations. Je peux imaginer un jeune en train de regarder les matchs, il dira : ‘moi je serai bien arbitre’ et le lendemain voir toutes les critiques ou les insultes sur les réseaux sociaux et se dire ‘finalement, le rôle n’est peut-être pas si attrayant que ça. Si c’est pour me faire insulter tous les week-ends…’

« D’un autre côté, je pense que tous les acteurs du rugby ont à préserver ce rôle-là en s’engageant à maintenir ce respect qu’on a dans le rugby. Nous, côté arbitres, on a on a un rôle à jouer dans le sens où notre communication est importante, le fait d’accepter ou non les critiques, les contestations sur le terrain. On a une règle des dix mètres au rugby qui nous permet parfois de calmer, d’apaiser les tensions. Et je pense qu’on a tout intérêt à l’utiliser à bon escient.

« Et les acteurs, les joueurs, entraineurs ont également un rôle de maintien du respect envers l’arbitre, de la non-critique des décisions, pour montrer le bon exemple, tout simplement. Si déjà tous les acteurs impliqués dans le rugby à haut niveau montrent le bon exemple et si on montre qu’on est là pour travailler ensemble, je pense qu’on donnerait un bon exemple sur les strates des niveaux inférieurs. Et c’est ça qui permettra aussi de maintenir le respect et l’atmosphère qui règne dans le rugby. Je pense qu’on a tous un rôle à jouer. »

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

J
Jon 5 hours ago
British & Irish Lions free agent open to Super Rugby switch

There are a couple of teams who could use a stop gap experienced head. Blues - I’m not sure the Blues have signed a replacement for Caleb Tangitau (if he hasn’t been let go to make room for Barrett) yet, or whether Reiko is going on sabbatical and/or will remain in the squad. With exciting young French player Xavi Taele looking destined for higher honors in black, talented breakthrough rookie Cory Evan’s, and a couple of utilities, in AJ Lam and Bryce Heem(even Clarke?), all trying to learn the midfield trade, Williams could be a great aid. The Blues signed key English center Joe Marchant before he was raised to that level, and were possibly in the hunt to bring back the dependable Tele’a from the Highlanders. Possible the main squeeze which would put to bed any signing here would be the battle at 10 with Beauden’s return, and the forcing of Plummer back into the midfield. Hurricanes - Jordie Barrett is off to Leinster for a sabbatical next year but the more likely signing would be Billy’s brother back in the team. The Hurricanes are light on the outside with the loss of Salesi Rayasi to the Top 14 and if no quality is found to back up Kini Naholo, the midfield of Sullivan or Proctors could find themselves on the wing and space for a leader to show the Hurricanes three All Black midfield hopefuls (Higgins, Proctor, Umaga-Jensen) how its done. Highlanders - Rotation is high as usual at the Highlanders and versatility remains a strength with a lot of the squad. With compatriot Rhys Patchell signing a move to the JRLO, the passing of outside back Connor Garden-Bachop, and confirmed departure of Argentine wing Martin Bogado, the versatility of many of the young backups in the squad could see a veteran 12 like Williams being a strong partner for the robust Tele’a. With hope that the other Umaga-Jensen brother can force him out of the starting lineup, and shifting the sides general Sam Gilbert back into 10, the off-contract midfielder might seen as the perfect option for a squad still looking to fill one back spot.

4 Go to comments
FEATURE
FEATURE 'Ireland could end up with 20 Lions after winning back the world's respect' 'Ireland could end up with 20 Lions after winning back the world's respect'
Search