Comment "Big Ben" et ses 145 kg perçoit les nouvelles règles

Par Josh Raisey
Ben Tameifuna a toujours été un joueur mobile et dynamique en dépit de son gabarit massif (Photo by ROMAIN PERROCHEAU/AFP via Getty Images).

Ben Tameifuna est une référence mondiale au poste de pilier droit. A bientôt 33 ans (le 30 août prochain), il demeure l’un des meilleurs à son poste, ce dont profitent l’Union Bordeaux-Bègles et l’équipe nationale des Tonga.

ADVERTISEMENT

Invité du French Rugby Podcast, Big Ben a commenté les nouvelles règles mises en place par World Rugby, et ce qu’elles entraînent dans son jeu, en particulier sur le secteur crucial de la mêlée.

Trois changements sont à noter. La règle du hors-jeu dans le jeu courant (dite ‘Loi Dupont’), la limitation des choix consécutifs à un coup franc, et l’interdiction de la prise crocodile sur les déblayages entreront en vigueur au 1er juillet.

Related

Si le mécanisme de la mêlée en elle-même reste identique, le changement réside dans l’impossibilité de choisir la mêlée sur un coup franc, ce qui pourrait en réduire le nombre sur l’ensemble d’un match.

Au micro du French Rugby Podcast, le capitaine des Tonga juge que ces nouvelles règles vont conduire à un rugby plus « fluide, plus courant ». Si cela semble une bonne idée, il peut y avoir des conséquences quand on est un pilier de 145 kg.

Moins de mêlées dans un match signifie plus de travail foncier à l’entraînement, pense, et peut-être redoute Tameifuna, car les équipes cherchent à reproduire à l’entraînement ce qui se passe en match. Il pense que le travail des piliers pourrait aller dans deux directions : « Soit tu t’entraînes à courir plus et plus longtemps, soit tu cherches à devenir plus fort et plus efficace en mêlée vu qu’il y en a moins à disputer.

« C’est intéressant. Je pense que le rugby va devenir plus fluide, plus courant. Les équipes vont être plus nombreuses à développer un jeu de mouvement et à déplacer le ballon. Ça va se passer comme ça. »

ADVERTISEMENT

Si l’idée d’un rugby plus fluide est séduisante, Tameifuna prêche pour sa paroisse et réaffirme l’importance d’une mêlée forte. Il soutient qu’un pack dominant crée des lancements de jeu idéaux pour des trois-quarts aux jambes de feu, en prenant en exemple certains de ses coéquipiers de Bordeaux.

« La mêlée reste capitale. C’est une arme absolue. Il suffit de regarder des équipes comme l’Afrique du Sud, qui sont faites pour la mêlée. C’est une base de lancement parfaite pour lancer la cavalerie. Nous, si notre mêlée est bonne, cela met des joueurs comme Damian [Penaud] and Louis [Bielle-Biarrey] dans les meilleures conditions. »

Les règles ont beau évoluer, certaines choses sont immuables dans le rugby, qui reste un sport qui commence devant.

La Coupe du Monde de Rugby Féminin 2025 arrive en Angleterre. Inscrivez-vous ici pour être le premier à recevoir des informations sur la billetterie.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Be the first to comment...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

F
Flankly 15 hours ago
Resilient Irish will test Springboks despite provincial setbacks

The Bok kryptonite is complacency. How did they lose to Japan in 2015, or to Italy in 2016? There are plenty of less dramatic examples. They often boil down to the Boks dialing back their focus and intensity, presuming they can win with less than 100% commitment. This can be true of most teams, but there is a reason that the Boks are prone to it. It boils down to the Bok game plan being predicated on intensity. The game plan works because of the relentless and suffocating pressure that they apply. They don’t allow the opponent to control the game, and they pounce on any mistake. It works fantastically, but it is extremely demanding on the Bok players to pull it off. And the problem is that it stops working if you execute at anything less than full throttle. Complacency kills the Boks because it can lead to them playing at 97% and getting embarrassed. So the Bulls/Leinster result is dangerous. It’s exactly what is needed to introduce that hint of over-confidence. Rassie needs to remind the team of the RWC pool game, and of the fact that Ireland have won 8 of the 12 games between the teams in the last 20 years. And of course the Leinster result also means that Ireland have a point to prove. Comments like “a club team beating a test team” will be pasted on the changing room walls. They will be out to prove that the result of the RWC game truly reflects the pecking order between the teams. The Boks can win these games, but, as always, they need to avoid the kryptonite.

29 Go to comments
TRENDING
TRENDING Chiefs make handful of changes in team for Super Rugby Pacific final Chiefs make handful of changes in team for final
Search