Select Edition

Nord Nord
Sud Sud
Mondial Mondial
Nouvelle Zélande Nouvelle Zélande
France France

Lina Tuy « a tous les atouts pour devenir une grande joueuse »

Par Jérémy Fahner
Lina Tuy, ici sous le maillot de l'ASM Romagnat, a déjà connu les sélections de jeunes avec l'équipe de France (photo ASM rugby).

La Coupe du Monde 2025 se prépare dès maintenant. Cela peut paraître paradoxal, à la veille de la première journée du Tournoi des Six Nations 2024, mais Gaëlle Mignot s’est chargée de le rappeler jeudi, lors de la conférence de presse précédant France – Irlande (samedi 15h15).

ADVERTISEMENT
Rencontre
Womens Six Nations
France Women's
38 - 17
Temps complet
Ireland Women's
Toutes les stats et les données

« On a la volonté de créer un gros groupe, avec une vision sur le long terme, d’où la volonté d’intégrer des jeunes. L’objectif, c’est [la Coupe du Monde] 2025 », a rappelé la co sélectionneuse.

C’est pour cette raison – mais aussi et surtout grâce à leur talent – que beaucoup de jeunes joueuses ont été retenues pour cette compétition européenne. Elles sont en effet 12 joueuses âgées de 23 ans ou moins dans le groupe.

Et si le XV de départ fait la part belle aux cadres du groupe France, à l’exception notable de Kelly Arbey (18 ans) sur l’aile droite, le banc a pris un sacré coup de fraîcheur, avec une moyenne d’âge inférieur à 22 ans pour les huit finisseuses.

Kiara Zago et Chloé Vauclin, nées en 2005, sont les benjamines de la bande. Âgée d’à peine un an de plus, Lina Tuy fait partie des nouvelles du groupe (avec Kelly Arbey, Océane Bordes et Chloé Vauclin), qui espèrent décrocher leur première sélection à l’occasion du Tournoi.

Une « marraine » nommée Jessy Trémoulière

Remplaçante au coup d’envoi – à la différence de l’ailière ou arrière Arbey – Lina Tuy n’apparait pas comme un ovni dans le ciel bleu. Son arrivée au plus haut niveau semblait programmée tant la gamine est douée.

« C’est une fille qui a fait toutes les sélections de jeunes. Elle était sollicitée par tous les clubs de France l’an dernier », atteste Fabrice Ribeyrolles sur les ondes de France Bleu Auvergne. Entraîneur de l’ASM Romagnat depuis 2016, le technicien passé par La Rochelle notamment n’a pas hésité à recruter une Lina Tuy blessée (ligaments du genou) en 2022, persuadé qu’il est du talent de la demie d’ouverture, qui peut couvrir tous les postes de la ligne arrière ou presque.

Bien aidée en cela par une « marraine » de luxe nommée Jessy Trémoulière, sa coéquipière à Romagnat. « On travaille beaucoup les skills au pied. Je lui apprends aussi tout ce qui concerne les passes, dans le jeu aussi je l’aide beaucoup », révèle la meilleure joueuse du monde 2018.

ADVERTISEMENT

« Je suis toujours pour l’aider, si elle a des questions elle sait qu’elle peut venir me les poser. J’essaie de lui faire comprendre les choses aussi, ce n’est pas toujours en lui donnant les solutions qu’elle va apprendre. Elle est au cœur de son projet, de son aventure. Je me retrouve un peu en elle : une première sélection à 19 ans en arrivant un peu de nulle part ».

« Prendre confiance et me faire ma place »

Lina Tuy devra toutefois trouver une autre figure tutélaire en bleu. Retirée du rugby international depuis un an, Jessy Trémoulière ne sera pas là pour épauler sa jeune coéquipière. Pas de quoi faire paniquer la jeune ouvreuse.

« C’est un peu un rêve de gosse. Il y a quelques années, je les regardais (les Bleues, ndlr) à la télé, s’enthousiasme-t-elle.

« C’est la première fois que je vis un stage sous cette forme-là, avec une préparation de Tournoi. Cette charge, je ne l’ai jamais connue encore. Il faut savoir gérer son temps de repos, son corps. Il y a toujours des choses à travailler. Il faut prendre confiance sur ça et petit à petit, me faire ma place. »

Pour son premier match du Tournoi des Six Nations chez les « grandes » face à l’Irlande (elle a disputé et remporté celui des U18), sa place sera sur le banc en début de rencontre. Pas de quoi vexer une joueuse « demandeuse, bosseuse » dixit Trémoulière.

ADVERTISEMENT

« Je suis jeune et je joue à un poste clé qui demande beaucoup d’expérience sur le plan de jeu, la stratégie », explique la principale intéressée, la tête bien sur les épaules.

« Elle a tous les atouts pour devenir une grande joueuse », juge Ribeyrolles. « C’est une bonne élève, j’espère juste qu’elle ne va pas dépasser le maître », se marre Jessy Trémoulière. Pas sûr que Gaëlle Mignot et David Ortiz, le binôme de sélectionneur des Bleues, soient du même avis.

Related

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

USER NOTICE:

As part of a series of planned improvements, we will need you to reset your RugbyPass password from 22/06/24 to continue commenting on articles.

You don’t need to change anything until that time.

Thank you,

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

T
Tim 4 hours ago
'It’s a mental thing': Joe Schmidt on the Wallabies' flyhalf issues

Ben Donaldson had not played Super Rugby for the past eight weeks. Surely, he was playing Shute Shield for Randwick in that time to keep up the fitness…?? Eight weeks is a long break to be thrust in against a hungry skillful side like Georgia who deserve to be in the “7 Nations”. (Italy, Wales & Scotland v Georgia, can’t wait to see those ones). In the second test against Wales, Donaldson was put on for nine minutes. That was a mistake from the coaching team, who already knew he was starting the following week against Georgia. They should have put him on for 20-25 minutes, with Nick Whyte at halfback, and their combination from the Force would have flowed. Donaldsons first 20 minutes against Georgia was a shocker. However, well done to Joe Schmidt for keeping him out there because Donaldsons game improved as the rust came off, he was hammered a few times and handled it and he came into his groove. He made mistakes which they will all learn from. Ben Donaldson is a naturally talented rugby player who the Wallabies have to stick with at no.10. “Over the black Dot-aldson” is a good nick name for him with his awesome goal kicking style. It looks as though, off the boot, it’s going to hit the post. Then it just curves in beautifully every time, once he is in the groove. Donaldsons play this season for the Force, with Kurtley and co., was amazing to watch. Kurtley making one of the best comebacks in history. Donaldson has to be played consistently with Flash Gordon, Big LEN, McReight, Tupou, Kellaway. Oh, that’s right, there is Bell, Kerevi, Petaia (This list does go on a bit). Donaldson will be slotting these weapons into gaps, and into the clear, before we know it… One more thing which I will just assume is happening, just include JOC in the Wallabies squad. He is a rugby genius. His skills, wisdom and experience would be infectious around the Wallabies relatively inexperienced backline. JOC has mastered the art of all the positions long ago. JOC is so skilled and match fit atm taking THE REDS, at no.10, within a point of beating Wales. He can come off the bench and slot into the backline for the Wallabies at 10, 12, 13 or 15 at any stage of a test match. Ummm yeah, not bad… I am assuming that BIG JOE, Laurie “Gandalf” Fischer, Mike “The scrum Doctor” Cron and the team obviously already know all this. I am just a passionate rugby union supporter, and I am very happy that these guys are in charge of the coaching duties, what a coaching team the Wallabies have been blessed with. (Good luck with selecting the match day 23 when Will Skelton, who was playing amazing rugby for La Rochelle, and the boys return from Europe/Japan, Samu Kerevi…???) Now just imagine having Bernie Larkham, Toutai Kefu, Nathan Grey and John “Nobody” Eales as your coaching apprentices… GO AUSTRALIAN RUGBY… Doing a great job Phil Waugh, Joe Roff, Dan Herbert and the team. An amazing three years ahead. GO THE WALLABIES… GO THE WALLAROOS… GO THE 7’s in Paris…

2 Go to comments
FEATURE
FEATURE Eric Rush: France have ‘perfect’ Olympic sevens recipe Eric Rush: France have ‘perfect’ Olympic sevens recipe
Search