Côté ouvert #1 : Grégory Fichten

Par Jérémy Fahner
Gregory Fichten va quitter le MHR, où il évolue depuis 2016 (Photo by PASCAL GUYOT/AFP via Getty Images).

RugbyPassFR inaugure ‘Côté ouvert’, une interview expresse en quatre questions d’un acteur du rugby. Courte, rapide à lire, la rubrique a la volonté de s’éloigner un peu du terrain pour aborder une facette plus personnelle.

Pour la première, c’est le pilier gauche de Montpellier Grégory Fichten qui s’y colle et à l’image des piliers modernes, il est multitâches. La preuve, il a réussi à parler de jeu au pied, d’Anthony Jelonch et de ferronnerie d’art en quatre questions.

Grégory, tu t’imagines comment après ta carrière ?

« Entre le croisé que j’ai eu (rupture du ligament croisé du genou en décembre 2021) qui m’a laissé sur le carreau pendant un an et demi, et les huit matchs que j’ai joués cette saison je crois, je suis en pleine forme ! Donc je pense qu’il me reste quelques années dans le rugby, même si je n’ai pas envie de trop finir sur les rotules, il y a une vie après.

« Je n’ai pas envie de rester dans le rugby à plein temps. Je m’imagine plutôt en consultant, pour des interventions ponctuelles. Ce que je fais déjà auprès de l’équipe féminine de Narbonne.

« Mon métier pour l’après, il est déjà réfléchi. J’aimerais être ferronnier. Bon, il va falloir que je passe les diplômes mais ça me plait de partir de presque rien pour arriver à quelque chose de beau. Benji Beaux (Benjamin Beaux, son ancien coéquipier à Narbonne) est ferronnier, il a une petite entreprise. Il fait du sacré bon boulot, il est intervenu chez moi et ça m’a plu. J’ai visité son entreprise, et celle plus développée d’un autre pote. »

Ton joueur préféré actuellement ?

« Antoine Dupont. Il est bon partout, à XV comme à VII. J’ai regardé les highlights de (la Grande Finale de) Madrid, il en impose. Pourtant, il est demi de mêlée mais il est dense, sacrément explosif. C’est impressionnant. Je ne suis pas spécialiste du jeu au pied, mais ses coups de pied donnent toujours un bol d’air à son équipe, il relance, il est toujours au bon endroit au bon moment… C’est un extraterrestre. »

Ton joueur préféré à ton poste ?

Je vais en citer deux : Cyril Baille et Reda Wardi. Selon moi, Wardi est plus complet sur les phases de ruck, la mêlée. C’est le meilleur dans le combat pur. Baille est très fort ballon en main, dans les déplacements, il a beaucoup d’intelligence de jeu. »

Ton meilleur souvenir jusque-là ?

Mon meilleur souvenir… C’est plutôt un double sentiment : l’année du titre (2022, le MHR est sacré champion de France). J’avais super bien commencé la saison, j’étais N.1 au poste, en décembre, je me pète le croisé, phase très difficile. L’équipe tourne super bien, on gagne le championnat. J’aurais aimé faire comme Anthony Jelonch, faire cinq mois de rééducation et revenir mais ça ne s’est pas fait. »

Visionnez l'épisode exclusif de "Walk the Talk" où Ardie Savea discute avec Jim Hamilton de son expérience à la Coupe du Monde de Rugby 2023, de sa vie au Japon, de son parcours avec les All Blacks et de ses perspectives d'avenir. Regardez-le gratuitement dès maintenant sur RugbyPass TV.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

FEATURE
FEATURE Slow-burner George Furbank catches light as England attempt to storm All Blacks stronghold Slow-burner George Furbank catches light as England attempt to storm All Blacks stronghold
Search