Antoine Dupont place la barre très haut pour les quinzistes qui se rêvent septistes

Par Willy Billiard
Le Français Antoine Dupont effectue un plaquage contre l'Argentin Santiago Vera Feld lors de la troisième journée de la grande finale du HSBC SVNS 2024 au Stadium Civitas Metropolitano, le 2 juin 2024 à Madrid, en Espagne. Crédit photo : Mike Lee - KLC fotos pour World Rugby

Il n’est visiblement pas donné à tout le monde de passer aussi efficacement du XV au 7 en année olympique, comme l’a fait Antoine Dupont cette saison.

ADVERTISEMENT

Deux autres grosses pointures du XV ont voulu tenter l’aventure et réaliser un rêve olympique : l’Australien Michael Hooper et l’Irlandais Hugo Keenan. Pour l’instant, ils n’y sont pas encore avec certitude.

Des deux, seul Keenan se trouvait à Madrid. Il n’est pas un débutant sur le circuit mondial de rugby à sept puisqu’il faisait déjà partie de la légendaire équipe d’Irlande qui avait réussi à gagner sa place de titulaire sur le circuit en 2019 pour ne plus la lâcher.

En terminant 5e du tournoi de Madrid, l’arrière irlandais, vainqueur du Grand Chelem en 2023, n’a pas eu autant de réussite que le demi de mêlée de Toulouse reparti avec la médaille d’or autour du cou des joueurs de France 7.

Related

Ils se sont croisés à l’hôtel

Les deux joueurs étaient face à face la semaine précédente lors de la finale de la Champions Cup entre le Leinster et Toulouse au Tottenham Hotspur Stadium. Les Irlandais s’étaient inclinés 21-33.

Au sortir du tournoi madrilène, Keenan a confié, le sourire aux lèvres, qu’il aurait bien besoin d’une « paire de poumons supplémentaire » s’il veut confirmer son retour au sept et suivre le chemin d’Antoine Dupont.

« Je l’ai beaucoup regardé avec Toulouse et avec le rugby à sept. Vous avez vu même son essai hier soir et la différence qu’il peut faire », a-t-il confié à la presse.

ADVERTISEMENT

« Il a évidemment été brillant le week-end dernier contre Toulouse, et nous avons échangé quelques mots après le match, ainsi que dans le couloir de l’hôtel pendant la semaine, en nous souhaitant mutuellement bonne chance.

« Il a établi une norme très élevée pour les nouveaux joueurs de rugby à sept, et c’est une référence impressionnante. »

Une opportunité sur le tard

Néanmoins, Hugo Keenan n’a pas démérité non plus, après avoir été titulaire dans plus de rencontres que Dupont à Madrid. Le moment fort du tournoi pour lui est survenu lors du match décisif de la phase de poule contre la Nouvelle-Zélande, où Keenan a marqué un essai dans le dernier jeu pour envoyer le match au golden point.

ADVERTISEMENT

Avec Jordan Conroy et Terry Kennedy qui devraient revêtir le maillot vert aux Jeux olympiques de Paris le mois prochain, l’Irlande a toutes les chances de pouvoir prétendre à une médaille.

« L’année a été très intense pour moi, et c’est ce qui la rend si passionnante. Bien que cette opportunité ait été envisagée depuis un certain temps, la décision s’est finalement prise à la dernière minute », a-t-il poursuivi.

« J’étais blessé depuis le Tournoi des Six Nations, ce qui a rendu les choses plus compliquées. Avant cela, je me concentrais sur le Leinster et la Champions Cup, car c’est là que se trouve ma carrière et où je devais m’investir pleinement.

« L’opportunité s’est présentée assez tardivement et, comme l’équipe performait très bien cette année, j’ai discuté avec quelques entraîneurs et membres de l’équipe, et tout le monde semblait enthousiaste à l’idée de m’intégrer.

« Ce genre d’occasion est rare. J’ai dû prendre une décision difficile, mais j’espère ne pas la regretter et m’engager pleinement dans les prochaines semaines pour voir ce que cela donnera. »

Michael Hooper en difficulté

A l’inverse, rien n’est encore fait pour Michael Hooper. L’Australien de 32 ans, légende à XV avec 125 sélections, n’a participé qu’à deux tournois sur le circuit cette année (Hongkong et Singapour), disputant dix rencontres et marquant un essai en tout et pour tout.

« Le fait que je soit complètement nouveau dans ce domaine et donc découvrir quel impact je peux avoir sur un match est assez intimidant. Je vais procéder étape par étape », avait-il alors déclaré.

Trop juste pour le début de saison (il était espéré pour Perth), il avait renoncé à la tournée en Amérique du Nord (Vancouver et Los Angeles) avant de déclarer forfait pour Madrid suite à une inflammation au niveau de l’aine.

« Il a besoin de se reposer avant que la situation ne s’aggrave. [Il est toujours dans les plans et fait tout ce qu’il peut pour participer aux Jeux olympiques », avait confirmé son entraîneur John Manenti avant le déplacement en Espagne.

« Un long voyage, aller-retour, ne serait pas bon pour lui. Nous allons donc essayer de nous occuper un peu de lui et de le faire participer à des camps et à des tournois à venir, où il pourra s’entraîner dans quelques semaines. Ce n’est pas une déchirure musculaire. Mais la seule façon d’y remédier est d’arrêter de courir pendant un certain temps ».

En manque de temps de jeu et de compétitivité, rien ne dit que Hooper sera à Paris en juillet, à l’inverse des deux autres.

Related


ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Be the first to comment...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

T
Turlough 51 minutes ago
'Let them keep talking' - Mike Catt claps back over Bok remarks

“You want that – not hatred – but whatever it is that stirs it all up. It’s good.” Agree with this. If you can put a common motivating idea in all your players heads during a game it can produce a real Team perfromance. Erasmus is pretty expert at this. It is quite clear that the comments by Etzebeth, Allende and others were not coincidence and were actioned to create animoisty before the series in order to galvanise the South African mind set. While I understand it, I don’t like it. They result in unnessary vitriol between supporters and for what? I don’t think any of the SA players seriously believe any of these claims and with Ireland ignoring them Erasmus won’t get the escalation he seeks. The vitriol shown by some SA and indeed NZ supporters is extremely weird for NH supporters (OK, maybe England have felt it) but it just feels very odd over a sport. Ireland were more or less sh1t for the first 100 years of their rugby, they have improved significantly in the last 25 to be in a position around now (it may not last) to go into a match with the big guns with a real shot of winning. The reaction to this from some SH supporters has been bizarre with conspiracy theories of ‘Arrogance’ fueling abuse from supporters and even NZ players to Irish crowds during the world cup. I love International rugby and the comraderie between supporters. I genuinely dread and dislike the atmosphere around games with the southern giants. They take this very personally. NH teams: play them, try and beat them, enjoy the craic with their players and supporters and wish them well. SH teams wish them well and they call you arrogant in the press months later. Its just a matter of try and beat them and then good riddance til the next time.

2 Go to comments
TRENDING
TRENDING Frans Steyn makes waves with response to Israel Dagg comments Frans Steyn makes waves with response to Israel Dagg comments
Search