Un haka anti-gouvernement crée la polémique en Nouvelle-Zélande

Par Willy Billiard
Les joueurs des Hurricanes Poua performent le haka avant le match de la première journée du Super Rugby Aupiki contre les Chiefs Manawa au Levin Domain, le 25 février 2023, à Levin, en Nouvelle-Zélande. (Photo par Kerry Marshall/Getty Images)

Les Hurricanes annoncent avoir ouvert une enquête sur la version modifiée du haka que les Poua, leur équipe féminine de Super Rugby Aupiki, ont performé avant le match d’ouverture contre les Chiefs de Manawa et qui visait le gouvernement de coalition de la Nouvelle-Zélande.

ADVERTISEMENT

La leader du haka, la pilier Leilani Perese, a prononcé en maori la phrase « karetao o te Kawana kakiwhero » avant le début du haka, qui se traduit en anglais par « puppets of this redneck government » (les marionnettes de ce gouvernement de ploucs).

Cette version modifiée du haka a été amendée par l’ancienne joueuse et compositrice Hinewai Pomare après que les joueuses l’ont eu sollicitée, puis envoyée à la direction des Hurricanes « à la dernière minute » avant le match pour obtenir son soutien.

Des joueuses frustrées par le climat politique actuel

La compositrice a expliqué que les joueuses se sentaient « frustrées » par le climat politique ambiant et qu’elles cherchaient « des mots pour le refléter » et « ajouter un peu de piment » au haka.

« Je l’ai envoyé à la direction à la dernière minute. Ils m’ont dit : “Allez-y. Nous vous soutenons à 100 % », a affirmé Leilani Perese.

La pilier a expliqué que ce message était motivé par des considérations politiques et visait à prendre position contre la politique du gouvernement de coalition à l’égard des Maoris, en voulant notamment remettre en cause le traité de Waitangi qui cimente la société néo-zélandaise depuis bientôt 200 ans.

« Nous avons actuellement des élus financés par des intérêts de droite qui prônent la suprématie de la race blanche », a justifié Hinewai Pomare.

« On le voit, même dans la semaine qui vient de s’écouler et les dernières semaines. L’abrogation de la règle anti-tabac, le démantèlement de Te Aka Whai Ora, de nombreux textes de loi qui reflètent que ce groupe de personnes ne représente pas le peuple. »

ADVERTISEMENT

Pour les joueuses, ce haka revisité était un moyen de porter la parole du peuple maori dans tout le pays et tant pis si une polémique a éclaté.

Le rugby comme plateforme politique

« Je m’en fiche. Je crois en ce que nous disons, je m’y tiens », a soutenu Leilani Perese.

« Je crois que dans le rugby, nous avons une plate-forme où les gens regardent et écoutent. Et pourquoi ne pas utiliser notre plateforme pour montrer à notre peuple que nous ne plierons jamais ?

« Pour dire au gouvernement que nous sommes plus forts que jamais et que nous ne nous laisserons jamais abattre.

« Nous voulions qu’il représente non seulement les Maoris, mais aussi les personnes de toutes les races et de toutes les cultures. Lorsque nous disons ‘taku iwi tuohu kore e!’, cela signifie ‘notre peuple restera toujours le même, nous ne plierons jamais’.

ADVERTISEMENT

« Que nous soyons maoris, samoans, tongiens, indiens, etc. J’ai pensé qu’il était important que nous le disions parce que notre équipe compte beaucoup d’autres ethnies.

« Je voulais m’assurer qu’il ne s’agissait pas seulement d’une culture, mais de nous tous », a-t-elle ajouté.

La presse néo-zélandaise rapporte que la direction des Hurricanes devrait faire une déclaration publique ultérieurement, une fois que la franchise aura terminé son enquête.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

J
Jon 4 hours ago
British & Irish Lions free agent open to Super Rugby switch

There are a couple of teams who could use a stop gap experienced head. Blues - I’m not sure the Blues have signed a replacement for Caleb Tangitau (if he hasn’t been let go to make room for Barrett) yet, or whether Reiko is going on sabbatical and/or will remain in the squad. With exciting young French player Xavi Taele looking destined for higher honors in black, talented breakthrough rookie Cory Evan’s, and a couple of utilities, in AJ Lam and Bryce Heem(even Clarke?), all trying to learn the midfield trade, Williams could be a great aid. The Blues signed key English center Joe Marchant before he was raised to that level, and were possibly in the hunt to bring back the dependable Tele’a from the Highlanders. Possible the main squeeze which would put to bed any signing here would be the battle at 10 with Beauden’s return, and the forcing of Plummer back into the midfield. Hurricanes - Jordie Barrett is off to Leinster for a sabbatical next year but the more likely signing would be Billy’s brother back in the team. The Hurricanes are light on the outside with the loss of Salesi Rayasi to the Top 14 and if no quality is found to back up Kini Naholo, the midfield of Sullivan or Proctors could find themselves on the wing and space for a leader to show the Hurricanes three All Black midfield hopefuls (Higgins, Proctor, Umaga-Jensen) how its done. Highlanders - Rotation is high as usual at the Highlanders and versatility remains a strength with a lot of the squad. With compatriot Rhys Patchell signing a move to the JRLO, the passing of outside back Connor Garden-Bachop, and confirmed departure of Argentine wing Martin Bogado, the versatility of many of the young backups in the squad could see a veteran 12 like Williams being a strong partner for the robust Tele’a. With hope that the other Umaga-Jensen brother can force him out of the starting lineup, and shifting the sides general Sam Gilbert back into 10, the off-contract midfielder might seen as the perfect option for a squad still looking to fill one back spot.

4 Go to comments
TRENDING
TRENDING Five Scotland players flown home from Americas tour Five Scotland players return home from Americas tour
Search