Toulouse - La Rochelle, le nouveau « classique »

Par Jérémy Fahner
L'an dernier en finale, Romain Ntamack avait signé un exploit personnel en fin de match pour offrir un 22e Bouclier de Brennus au Stade Toulousain (Photo by JULIEN DE ROSA/AFP via Getty Images).

Le Stade Toulousain et le Stade Rochelais s’affrontent ce vendredi soir au Matmut Stadium de Bordeaux en demi-finale du Top 14, et cette rencontre (avancée à 20h15 en raison du match France – Pays-Bas comptant pour l’Euro de football, à 21h) est en train de devenir le nouveau classique du rugby français.

ADVERTISEMENT

Finales 2023 et 2021, barrage 2022, demi-finale 2019, et donc demie 2024 : pour la cinquième année consécutive, les deux clubs se retrouvent en effet en phases finales du championnat (le Top 14 avait été interrompu en 2020 à cause du Covid-19).

Une habitude pour Toulouse qui du haut de ses 22 Boucliers de Brennus, toise tout le monde de haut dans l’Hexagone. Une nouveauté pour La Rochelle, qui n’a jamais soulevé le « planchot », et qui végétait il y a quinze ans en Pro D2.

Rencontre
Top 14
Toulouse
39 - 23
Temps complet
La Rochelle
Toutes les stats et les données

L’ascension est spectaculaire pour le club maritime, double vainqueur de la Champions Cup (2022, 2023), prétendant chaque année un peu plus crédible à la suprématie nationale.

Mais jusqu’à maintenant, les « rouge et noir » ont systématiquement remis à leur place leurs jeunes loups aux dents longues. Cinq confrontations entre les deux clubs dans les matchs à enjeu, donc, et… cinq victoires pour Ugo Mola et ses joueurs !

Alldritt : « Ce sera surtout une revanche envers nous »

De quoi donner des complexes aux coéquipiers de Grégory Alldritt ou d’activer le levier de la revanche ? « Ce sera surtout une revanche envers nous. L’an dernier c’est nous qui avions failli », reconnait le N.8 des Bleus sur Sud Radio.

« Pour être champion, il faut passer par l’étape Toulouse. Elle arrive un peu plus tôt que les saisons passées. On ne va pas se mentir, l’objectif est clair : c’est d’aller en finale ».

Pour donner du crédit aux propos du capitaine rochelais, on peut souligner que le coup se rapproche année après année pour son équipe. Les revers se succèdent, certes, mais sont de plus en plus courts : 6-20 en 2019, 8-18 en 2021, 28-33 en 2022, 26-29 en 2023.

ADVERTISEMENT

Et l’an dernier, tout le monde a en mémoire l’essai de la victoire inscrit en solo et en fin de match par Romain Ntamack, alors que le sacre semblait promis au club à la caravelle.

Toutefois, les Haut-Garonnais ne l’entendent évidemment pas de cette oreille. Déjà lauréat de la Champions Cup cette saison et vainqueur de trois des quatre derniers championnats de France, le Stade Toulousain demeure insatiable et tous les spécialistes s’accordent à dire qu’il est le grand favori à sa propre succession.

La Rochelle est-elle en mesure de créer l’exploit ? « Oui, bien sûr. Est-ce qu’elle le fera ? Ça, c’est autre chose », se projette David Darricarrère, ancien joueur de Toulouse et ex-entraîneur de La Rochelle, dans les colonnes de Sud Ouest.

« Aujourd’hui, elle en est capable même si ça sera très, très dur. Très, très dur… Ça sera d’un autre niveau encore que ce qu’ils ont affronté contre Toulon. »

ADVERTISEMENT

La référence au match de barrage gagné le week-end dernier par les Rochelais (34-29) n’est pas anodine. À Mayol, les Rochelais ont sans doute livré leur meilleur match d’une saison bancale d’un bout à l’autre ou presque.

Rencontre
Top 14
Toulon
29 - 34
Temps complet
La Rochelle
Toutes les stats et les données

« C’est bien, parce que la saison a été compliquée, et être dans les 4 équipes qui vont jouer pour le Bouclier de Brennus… Je suis fier des garçons et du staff, parce qu’on a eu des hauts, des bas mais on est là et ça, c’est encourageant », apprécie Romain Carmignani, responsables des skills, dans Sud Ouest.

« C’est un constat sur l’ensemble de notre saison : on a dû batailler pour en arriver là. On se présente avec envie, avec de la fraîcheur physique et mentale pour rivaliser avec une équipe qui est en super forme. Mais c’est une nouvelle saison, une nouvelle étape », prévient Brice Dulin en conférence de presse.

Pas de quoi effrayer des Toulousains sereins, eux qui n’ont pas eu à puiser dans leurs réserves sur cette fin de saison. Certains de jouer les demi-finales depuis de longues semaines, ils ont pu reposer leurs cadres depuis leur sacre européen le 25 mai dernier.

Et pendant que les Rochelais tentaient tant bien que mal de récupérer de leur « quart de finale » contre Toulon, Antoine Dupont et ses potes étaient sous le soleil du Portugal pour quelques jours de stage sérieux mais détendu.

« Ça a piqué fort », se marre le trois-quarts centre Santiago Chocobares. « Mais c’était bien pour se préparer à l’intensité d’un tel match, à la chaleur et à tout ce qui nous attend à Bordeaux. »

« Cette année, on a mis l’accent sur le rythme, la capacité à mettre de la vitesse, à utiliser les espaces », détaille Ugo Mola. « On espère juste être en phase avec nos qualités au moment où ça va compter ». Pour arriver au bout du Top 14, il faut être en mesure de provoquer les choses, être audacieux mais aussi d’assurer le basique. »

Meilleure attaque contre meilleure défense

Vitesse, espace, audace. Le mantra toulousain n’a pas changé et cela promet encore une fois une opposition de style face à la toute-puissance des avants rochelais. Les statistiques fournies par la LNR le disent : Toulouse – La Rochelle, c’est la meilleure attaque du Top 14 (765 points marqués) contre la meilleure défense (496 points encaissés),

Les Toulousains sont les rois des offloads, des mètres parcourus, des franchissements et des plaquages cassés tandis que les Rochelais figurent dans le top 4 sur les ballons grattés, l’occupation du terrain et la possession du ballon.

Attention toutefois à la métamorphose des « jaune et noir », pas vraiment traduite à travers les chiffres. À Toulon samedi soir, on a revu cette équipe solidaire, implacable, qui marque son adversaire physiquement.

« Depuis un mois ou un mois et demi, on a retrouvé la vraie équipe de La Rochelle, avec des gros mauls portés, des duels gagnés partout, un excellent jeu au pied, une superbe défense. Pour moi, il est évident qu’elle est de retour à son niveau », analyse d’ailleurs Chocobares.

Sur la pelouse de Mayol, les hommes de Ronan O’Gara ont même tenté quelques passes après contact ou joué quelques pénalités rapidement.

« On a le droit de faire des choses surprenantes ! Pourquoi pas ? » a fait mine de s’offusquer le coach irlandais après le succès sur le RCT.

« Pourquoi les autres joueraient vite et nous, on regarderait ? On est réveillés maintenant. Cette performance va faire énormément de bien mais elle est assez normale au regard des standards qu’on a créés, ce club a changé de statut, de norme. »

L’ancien N.10 de l’équipe d’Irlande a raison, mais il sait aussi que pour intégrer pour de bon le cénacle, son équipe doit soulever le Brennus. Et cela passera par un succès sur Toulouse, dans ce classique trop à sens unique jusqu’à maintenant.

 

La Coupe du Monde de Rugby Féminin 2025 arrive en Angleterre. Inscrivez-vous ici pour être le premier à recevoir des informations sur la billetterie.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

M
Mzilikazi 4 hours ago
Daugunu salvo shows why Wallabies work-rate is everything to Schmidt

Nice article, Brett, and good to be writing about a second win. I think Georgia will be far more testing. Tbh, I have not looked at their touring squad, but at full strength they are a far better and more dangerous team than they were at RWC France. They would have been disappointed they did not perform to full potential there. I think that the WB’s under Joe Schmidt have started soundly. Recovery from a serious setback always takes time. And the Jones era was that and more. I think the arrival of Les Kiss back to his native Qld. is a very positive factor, and the fact that he and Schmidt know each other well is a help. Players I think are much improved this year: Daugunu, who has blossomed with the Rebels, so credit to the coaching unit down there. Am pleased he will come back to the Reds. McReight is said to have put on up to 7 kgs since last season. His work rate has always been good, but it is his carrying into contact that has gone up. Now makes those critical one or two metres post contact very often. Is conceding fewer penalties now as his game matures. Rob Valetini was good last year, but is now a greater force this one. A really punishing ball carrier. Hunter Paisami is now a more controlled player. His carrying into contact is very impressive for an 80 kg man. Interestingly, if you saw Nick Bishops latest article, he has a team for RC with Kerevi at 12. Also Skelton in the team. Not sure if there will be o’seas players as early as RC though….but need them in by the EYOT games.

5 Go to comments
FEATURE
FEATURE Paris Olympics: Women’s sevens team-by-team guide Paris Olympics: Women’s sevens team-by-team guide
Search