Mais au fait, c’est quoi la « loi Dupont » ?

Par Jérémy Fahner
C'est durant le match de préparation à la Coupe du Monde contre l'Australie qu'Antoine Dupont a commencé à exploiter la faille du règlement (Photo by Jean Catuffe/Getty Images)

Les nouvelles règles annoncées par World Rugby le mardi 19 mars ont rapidement fait réagir le microcosme du rugby. Avec, en exergue, l’abolition à venir d’une faille exploitée par de nombreux joueurs, Antoine Dupont en tête. A tel point que les Anglo-saxons l’ont surnommée « Dupont law ». Mais de quoi parle-t-on vraiment quand on évoque cette « loi Dupont » ?

ADVERTISEMENT

Related

On peut sans difficultés retracer l’origine de cette appellation. Elle est apparue pour la première fois dans la bouche de Bernard Jackman. L’ancien talonneur, qui a notamment entraîné Grenoble entre 2011 et 2017, est désormais consultant sur RTÉ Sport, la télé publique irlandaise. Il a évoqué cette manière d’exploiter la règle à la suite de la rencontre pays de Galles – Écosse du 3 février dernier (26-27).

« On appelle ça la ‘loi Dupont’ car il y a un an et demi, le capitaine français Antoine Dupont est allé voir l’arbitre avant le match pour lui expliquer que lors d’un échange de ping pong rugby, les joueurs n’avaient pas à se replier dans leur camp, tant qu’ils restent statiques », informait alors Jackman.

« Il faut que le réceptionneur du ballon parcoure cinq mètres ou effectue une passe pour remettre les adversaires en jeu. »

« C’était très malin de la part de Dupont, et maintenant tout le monde le copie. Il faut que ça change, parce que personne ne veut voir des échanges de coups de pied de 50 m », estime l’ancien Leinsterman.

Mais à y regarder de plus près, il semble que le demi de mêlée du Stade Toulousain et des Bleus n’a pas été le premier à constater ce vide juridique. « Incroyable qu’on appelle ça la ‘loi Dupont’ alors que d’autres équipes le faisaient déjà », s’offusque d’ailleurs un arbitre interrogé par L’Équipe.

ADVERTISEMENT

Souvent, les joueurs se contentent de ne pas bouger, de rester « statique » comme le souligne Jackman. L’intérêt est assez clair, notamment pour les joueurs les plus lourds : éviter des courses inutiles et rester au cœur du jeu à moindre coût énergétique.

D’où ces interminables échanges de coups de pied entre arrières ou ouvreurs le plus souvent, avec la majorité une bonne partie des deux équipes totalement immobiles, et un arbitre transformé en entraîneur expliquant pendant le jeu si un joueur a le droit de monter sur le botteur ou non.

Un déplacement vertical, puis latéral

Si Dupont a donné, malgré lui, son nom à ce fait de jeu, c’est qu’il est allé plus encore plus loin dans l’interprétation de la la règle. Là où « Toto » a innové, c’est qu’il ne restait pas statique sur ces phases de ping-pong rugby. Il a exploité la règle de manière plus subtile, et surtout plus rentable pour lui et son équipe.

Plus qu’elle dit qu’une fois qu’un partenaire a tapé au pied, on n’a pas le droit de « bouger vers l’avant ou en direction du ballon », Dupont se déplaçait verticalement avant que son coéquipier ne botte, puis latéralement une fois le ballon en l’air.

Ce déplacement en deux temps coupait bien souvent toute possibilité de relance ou presque après réception d’un coup de pied, Dupont se retrouvant face au relanceur, dans la limite des 10 m à maintenir entre lui et son adversaire. Ce déplacement latéral, World Rugby l’a interdit depuis l’été 2023.

ADVERTISEMENT

Il restait donc à régler l’autre faille. Pays de Galles – Écosse (26-27), on l’a vu, a servi d’avertissement. Une semaine plus tard, Écosse – France (16-20) donnait dans la caricature, avec plus de 40 coups de pied tapés par chaque équipe, soit plus d’un par minute de jeu.

Coups de pied

44
Total coups de pied
41
1:3.3
Ratio coups de pied/passes
1:2.9

C’est sans doute cette rencontre qui a enterré la « loi Dupont » pour de bon. Le Tournoi 2024 tout juste terminée, World Rugby a décidé de s’en occuper, et l’aménagement de la Règle 10 fait partie des propositions qui seront étudiées le 9 mai, lors du prochain Conseil de World Rugby.

Related

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

T
Turlough 1 hours ago
Jean de Villiers' three word response to 'best in the world' debate

This ‘raging’ debate is only happenning in media circles and has never been a topic in Ireland (although SA media are interested). It makes the media companies money I guess. SA are RWC champions and #1 ranked team although Ireland are back within a point there. The facts point to SA. For a lot of 2021 France beat ALL their rivals and Ireland similar in 2022-2023. It is not wrong to say that on such form either can be deemed to be the current best team if they have beaten all their rivals and ranked #1. The ‘have to have won a world cup’ stipulation is nonsense. The world cup draw and scheduling has been tailored to the traditional big teams since the start. The scheduling also which sees the big teams sheltered from playing a hard pool match the week before has also been a constant. It is extraordinary that for example France have made so many finals. Ireland who were realistically only contenders in 2023 were in a Pool with two other top 5 teams and had to play one of them 7 days before a quarter final against France or New Zealand. Always going to be a coin toss. Scotland’s situation was worse. New Zealand had great chances in 1995, 1999, 2007 but they could not win a tight RWC match. The first tight match they ever won was versus France in the 2011 final, literally they lost every other tight match before that. Some of those NZ teams around that era were #1 surely?

13 Go to comments
FEATURE
FEATURE Paris Olympics: Men's rugby sevens team-by-team guide Paris Olympics: Men's rugby sevens team-by-team guide
Search