L'Irlande met le coup de grâce à un Pays de Galles courageux

Par Willy Billiard
DUBLIN, IRLANDE - 24 FÉVRIER : Jack Crowley (Irlande) est plaqué par Aaron Wainwright (Pays de Galles) lors du match du Tournoi des Six Nations 2024 entre l'Irlande et le Pays de Galles à l'Aviva Stadium, le 24 février 2024 à Dublin, en Irlande. (Photo par Charles McQuillan/Getty Images)

Cette rencontre restera dans l’histoire comme étant la première arbitrée par un officiel de match italien, Andrea Piardi, mais aussi la 7e victoire d’affilée en huit tentatives des Irlandais contre le Pays de Galles (depuis août 2015), sur le score de 31 à 7. Un score large qui ne reflète pas l’âpreté du combat livré par les hommes de Warren Gatland.

ADVERTISEMENT

Ce 500e match de l’Irlande dans le Tournoi (Home, Cinq et Six Nations confondus) a viré à une démonstration de force et de résilience des joueurs de Andy Farrell qui ont offert à leur coach une 41e victoire en 46 rencontres.

Rencontre
Six Nations
Ireland
31 - 7
Temps complet
Wales
Toutes les stats et les données

En première mi-temps, les Irlandais ont pris l’ascendant sur les Gallois avec un essai du talonneur Dan Sheehan à la 21e minute, suite à un maul efficace, qui suivait une pénalité réussie par Jack Crowley à la 7e minute. Malgré les tentatives galloises de contre-attaque, la défense irlandaise restait solide, menant à une série de pénalités en faveur de l’Irlande.

L’essai en bout de ligne de James Lowe à la 31e laissait le Pays de Galles fanny à la pause (17-0). Malgré leurs efforts en défense, les Gallois concédaient trop de pénalités pour rivaliser (9 contre 4) en première période.

Le réveil du dragon

Mais au retour des vestiaires, ils tentaient d’inverser la tendance, poussant justement l’Irlande à la faute. Suite à un puissant ballon porté, le deuxième-ligne Tadhg Beirne était sanctionné d’un carton jaune et son équipe d’un essai de pénalité relançant l’espoir (17-7).

Graphique d'évolution des points

Ireland gagne +24
Temps passé en tête
77
Minutes passées en tête
0
93%
% du match passés en tête
0%
38%
Possession sur les 10 dernières minutes
62%
7
Points sur les 10 dernières minutes
0

Emmené par l’arrière Cam Winnett et le demi de mêlée Tomos Williams, le Pays de Galles multipliait les vagues offensives (jusqu’à 19 phases de jeu) mais se fatiguait vite sur le mur irlandais qui parvenait à résister, forcé à plaquer à tour de bras à son tour.

Après un quart d’heure compliqué, l’Irlande remettait enfin la main sur le ballon et progressait très vite, jusqu’à ce que deux franchissements par Lowe et Gibson-Park amènent à un essai de Bundee Aki sous les poteaux qui sera refusé suite à un en-avant de Robbie Henshaw repéré à la vidéo.

Cette longue et lourde séquence d’une vingtaine de minutes suffisait à redonner des jambes aux Gallois, mais les Irlandais n’abdiquaient pas, relançaient avec force. Une passe à hauteur de Gibson-Park trouvait Ciaran Frawley qui plongeait dans l’en-but et redonnait de l’air au XV du Trèfle (67e).

ADVERTISEMENT

Entrées dans les 22 m

Moyenne des points marqués
3.1
9
Entrées
Moyenne des points marqués
1.1
6
Entrées

Le dernier quart d’heure sera un résumé de la partie : des Irlandais bousculés et pénalisés (deuxième carton jaune pour James Ryan), des Gallois courageux, mais au final, à la 80e, c’est l’Irlande qui gagne grâce à l’essai du bonus de Tadhg Beirne (31-7).

Dominés en mêlée comme en touche et manquant parfois de précision, les courageux Gallois ont eu du mal à tenir le rythme du match face à une équipe d’Irlande qui a livré une prestation moyenne par rapport à ses précédents standards.

Synthèse du match

1
Coups de pied de pénalité
0
4
Essais
1
4
Transformations
0
0
Drops
0
159
Courses avec ballon
126
12
Franchissements
1
10
Turnovers perdus
8
4
Turnovers gagnés
3
ADVERTISEMENT

Join free

Chasing The Sun | Series 1 Episode 1

Fresh Starts | Episode 1 | Will Skelton

ABBIE WARD: A BUMP IN THE ROAD

Aotearoa Rugby Podcast | Episode 9

James Cook | The Big Jim Show | Full Episode

New Zealand victorious in TENSE final | Cathay/HSBC Sevens Day Three Men's Highlights

New Zealand crowned BACK-TO-BACK champions | Cathay/HSBC Sevens Day Three Women's Highlights

Japan Rugby League One | Bravelupus v Steelers | Full Match Replay

Trending on RugbyPass

Commentaires

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

P
Poorfour 5 hours ago
The AI advantage: How the next two Rugby World Cups will be won

AI models are really just larger and less transparent variants of the statistical models that have been in use since Moneyball was invented. And a big difference between the Icahn centre’s results and AI today is that ChatGPT-like Large Language Models can explain (to some degree) how they reached their conclusions. In terms of what impact they will have, I suspect it will have two primary impacts: 1) It will place a premium on coaching creativity 2) It will lead to more selections that baffle fans and pundits. Analysts will be able to run the models both ways: they will see their own team’s and players’ weaknesses and strengths as well as the opposition’s. So they will have a good idea at what the other team will be targeting and the decisive difference may well be which coaches are smart enough to think of a gameplan that the other side didn’t identify and prepare for. For players, it places a premium on three key things: 1) Having a relatively complete game with no major weaknesses (or the dedication to work on eliminating them) 2) Having the tactical flexibility to play a different game every week 3) Having a point of difference that is so compelling that there isn’t a defence for it. (3) is relatively rare even among pro players. There have been only a handful of players over the years where you knew what they were going to do and the problem was stopping it - Lomu would be the classic example. And even when someone does have that, it’s hard to sustain. Billy Vunipola in his prime was very hard to stop, but fell away quite badly when the toll on his body began to accumulate. So coaches will look for (1) - a lack of exploitable weaknesses - and (2) - the ability to exploit others’ weaknesses - ahead of hoping for (3), at least for the majority of the pack. Which is likely to mean that, as with the original Moneyball, competent, unshowy players who do the stuff that wins matches will win out over outrageous talents who can’t adapt to cover their own weaknesses. Which will leave a lot of people on the sidelines sputtering over the non-inclusion of players whose highlights reels are spectacular, but whose lowlight reels have been uncovered by AI… at least until the point where every fan has access to a sporting analysis AI.

13 Go to comments
TRENDING
TRENDING England seek out overthrown head coach to spark attack England seek out forgotten head coach to spark attack
Search