Laurent Sempéré : « On s'entraîne à 42, tous les joueurs sont prêts »

Par Jérémy Fahner
Laurent Sempéré a passé 15 ans au Stade Français en tant que joueur puis entraîneur avant de rejoindre l'équipe de France après la Coupe du Monde 2023 (Photo by PASCAL GUYOT/AFP via Getty Images).

À la veille de quitter Buenos Aires pour rejoindre Mendoza, théâtre de son premier test-match estival face à l’Argentine (samedi 21h), l’équipe de France avait donné rendez-vous aux journalistes pour l’avant-dernière conférence de presse avant que le coup d’envoi ne soit donné au stade Malvinas Argentinas, au pied de la cordillère des Andes.

ADVERTISEMENT

Alors qu’une vague de froid polaire tout droit remontée d’Antarctique a plongé l’Argentine dans l’hiver, le bizuth Mickaël Guillard et Antoine Hastoy, déjà en tournée d’été en 2021 en Australie et en 2022 au Japon sont venus ensemble face aux micros, suivis de Laurent Sempéré.

L’ancien talonneur, 38 ans, a rejoint le pool d’adjoints de Fabien Galthié après la Coupe du Monde 2023, après 11 saisons de joueur puis quatre ans dans le staff du Stade Français. En même temps qu’un autre Catalan, Patrick Arlettaz. Co-entraîneur de la conquête et des tâches spécifiques avec William Servat, il vit sa première tournée avec l’équipe de France.

Rencontre
Internationals
Argentina
13 - 28
Temps complet
France
Toutes les stats et les données

Laurent, cette équipe de France semble manquer de densité physique, si on la compare avec celle du dernier Tournoi par exemple. Travaillez-vous différemment ?

« On est plus centrés sur la continuité dans ce qu’on fait dans le jeu, la façon de construire les choses. Ce n’est pas tant une question de poste. C’est vrai qu’au niveau de la densité physique, on est peut-être un peu moins forts que ce qu’on était pendant le Tournoi [des Six Nations]. Par contre, je pense que l’engagement et l’envie vont compenser ça parce qu’on a récupéré des joueurs ultra motivés, avec beaucoup de détermination. Comme l’étaient les joueurs durant le Tournoi, mais on sent qu’à cette période de l’année, à la fin du championnat, il faut aller chercher cette énergie. On a des joueurs peut-être un peu moins lourds, et encore je n’ai pas regardé sous ce prisme-là, mais l’énergie et l’envie qu’ils dégagent au quotidien peuvent compenser les kilos. »

L’Argentine risque de proposer un gros défi physique…

« Dans tous les cas, quand on joue en Argentine, l’énergie, l’intensité, sont des critères essentiels… Ce qu’ils peuvent appeler la ‘grinta’. Rivaliser sur ce plan-là sera capital. On y attache beaucoup d’importance, comme la volonté de continuité dans le rugby qu’on veut mettre en place. Même si on a récupéré des joueurs qui n’avaient pas l’habitude de fonctionner avec l’équipe de France, par cette envie de s’investir dans le projet ils ont gagné beaucoup de temps durant les deux premières semaines. »

Related

Vous n’avez pas fait de véritable entraînement depuis le départ de Marcoussis. Vous attendez le retour sur les terrains avec impatience ?

ADVERTISEMENT

« On attend tous les mois avec impatience. On attendait le 17 juin, après on a attendu la fin des demi-finales pour récupérer un 2e groupe de joueurs avec impatience. Ensuite il y a eu le départ en Argentine, on a pris le temps de découvrir un peu l’environnement. C’est vrai qu’on approche des matchs et c’est le révélateur. On approche d’un moment important pour ce groupe, sachant qu’on a trois matchs en une semaine et quasiment trois jours entre le 2e et le 3e match. On attaque une phase infernale avec pas mal de logistique. Mais on a 42 joueurs qui sont prêts. On s’entraîne à 42 constamment pour que tout le monde soit prêt à jouer. »

Ce groupe dispose de très peu d’expérience. Est-ce un motif d’inquiétude ?

« Je sens que les joueurs ont envie de s’exprimer, de porter ce projet collectivement, de montrer qu’ils sont là. Ce sera important de se comporter en équipe, de vraiment être tourné vers le collectif. C’est ce qui pourra leur permettre individuellement de se révéler mais je ne sens pas non plus des joueurs craintifs. On sait l’environnement qui nous attend, ça va être hostile avec un énorme engagement mais je n’ai pas senti d’inquiétude, mais plutôt l’envie d’être prêt collectivement. Je n’ai pas senti les joueurs inquiets individuellement, sur leurs capacités à s’exprimer. Collectivement, bien sûr qu’il y a une appréhension sur l’environnement, sur ce qu’on va avoir en face. Mais il faut dissocier l’individu qui aborde cette rencontre du groupe. »

On a l’impression que tout glisse sur cette génération, imperméable à la pression…

ADVERTISEMENT

« Ils sont très entreprenants, et c’est le coup d’après qui les intéresse, plutôt que de ruminer et se poser des questions. C’est une qualité au moment d’aborder deux tests contre l’Argentine et un contre l’Uruguay. »

Justement, comment est l’ambiance au sein de ce groupe, hors terrain ?

« Les joueurs seraient mieux placés pour en parler, car ce sont eux qui animent la vie de groupe. On essaie de leur laisser du temps pour vivre ensemble, on est sensibles à cette cohésion qui se fait en dehors du terrain. Ils sont assez moteurs là-dedans mais savent rester sérieux. Beaucoup de joueurs n’ont pas encore de cape, donc ça maintient un grand sérieux dans le groupe au quotidien. Je ne crois pas qu’ils soient trop sujets à des tentations extérieures. »

À titre personnel, vous êtes arrivé au sein des Bleus avant le Tournoi des Six Nations, il s’agit de votre première tournée. Avez-vous pris vos marques ?

« C’est vrai qu’on se connait mieux. Ça fait gagner du temps au quotidien sur le fonctionnement du staff, même si avant le Tournoi on s’était « entraîné à entraîner » mais quand on le fait à balles réelles, c’est différent. C’est un peu un exercice qui ressemble au Tournoi, en tout cas pour moi, car je découvrais un fonctionnement, un groupe de joueurs. Là je redécouvre un nouveau groupe de joueurs pour la tournée, ça permet de peaufiner ce qu’on a fait durant le Tournoi. »

On annonce une vague de froid glacial en Argentine. Qu’est-ce que cela change ?

« On va voyager demain [jeudi] à Mendoza, j’ai vu qu’il faisait plus froid là-bas. D’ailleurs, on constate qu’ils ont les mêmes problèmes que nous en France, ils s’inquiètent pour leurs vignes (la province de Mendoza est la plus grande région productrice de vins d’Argentine, ndlr). En prévision, je suis allé m’acheter un Labello (rires). Du froid est annoncé, mais du froid sec, donc ça ne devrait pas avoir beaucoup d’influence sur la qualité du jeu et ne pas demander d’adaptation climatique car la pluie n’est pas prévue pour le moment. »

 

 

Regardez le Championnat U20 World Rugby en direct et gratuitement sur RugbyPass TV. S'inscrire ici dès à présent
*Non disponible en Afrique, Nouvelle-Zélande, Fidji, Samoa, Papouasie-Nouvelle-Guinée et Tonga.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

TRENDING
TRENDING Baby Blacks clinch best U20 Championship finish since 2017 title win Baby Blacks clinch best U20 Championship finish since 2017 title win
Search