Après Dupont et Hooper, qui d'autre peut oser passer du XV au 7 ?

Par RugbyPass
DUBLIN, IRELAND - FEBRUARY 11: Antoine Dupont of France passes the ball during the Six Nations Rugby match between Ireland and France at Aviva Stadium on February 11, 2023 in Dublin, Ireland. (Photo by David Rogers/Getty Images)

« Ça va ? », me demande la femme qui se tient au-dessus de moi, alors que je transpire à grosses gouttes, à côté du tapis en caoutchouc effiloché et du banc de fortune où je viens de tout donner.

ADVERTISEMENT

Je venais de me faire mâcher et recracher par un cours de Body Pump. Je me trouvais en excès d’acide lactique, bien loin d’essayer de cacher ma fierté blessée.

La quinzaine d’autres participants au cours ont poussé très fort eux aussi, mais ont absorbé la douleur et les masses de micro-mouvements avec une dignité royale. Pour ma part, j’avais infligé à mon système nerveux central et à mes multiples articulations et muscles le plus grand des chocs. Les autres personnes présentes dans la salle étaient des habitués de longue date ; ils s’étaient tous adaptés à ce style d’entraînement – et c’est important.

Cette histoire, qui remonte à l’année dernière, s’inscrit dans un contexte où je n’avais ressenti qu’une seule fois les mêmes niveaux de douleur et d’indignité. La même sensation d’une secousse le premier jour de la pré-saison qui m’a obligé à marcher différemment pendant plusieurs jours, sans parler du fait que je devais éviter les escaliers. La même sensation d’être entouré de personnes qui étaient manifestement habituées à la pratique ciblée, aux mouvements spécifiques et à l’intensité que mon corps n’avait pas : l’entraînement au rugby à sept.

Des skills spécifiques

Le rugby à sept a toujours été différent du XV, mais jamais autant qu’aujourd’hui, à l’ère du professionnalisme de certaines équipes et fédérations. Pour cette simple raison de spécificité, même les stars du XV dont le pedigree et le profil font des envieux ne passeront pas facilement à la version raccourcie.

Les joueurs ont besoin d’un ajustement physiologique progressif, afin de permettre les changements d’adaptation et d’être performants sous la pression de la fatigue. Les compétences rugbystiques d’un joueur peuvent le mettre de côté momentanément, mais c’est l’endurance athlétique qui le conduira à la sélection finale.

Cela dit, peu de spectateurs seront plus enthousiastes que moi à l’idée de voir Antoine Dupont, sans doute le meilleur joueur de rugby à XV du monde, fouler la pelouse d’un terrain de rugby à sept. L’aura de Dupont est fidèle à ses capacités et il y a eu, à juste titre, un murmure joyeux et positif sur sa volonté de tenter le 7 – ainsi que quelques meneurs de jeu français actuels du rugby à sept qui regardaient probablement autour d’eux avec un sentiment un peu plus circonspect.

Mais une main qui se lève est une chose. Le défi auquel Dupont est confronté, ou tout autre joueur de rugby à XV désireux de devenir athlète olympique et de percer le code du rugby à sept, est tout à fait différent. Le point fort de Dupont dans le format plus long est le même que dans le rugby à sept : précision, accélération, appuis et feintes.

ADVERTISEMENT

C’est la façon dont il exploitera ses capacités innées, sa vision supérieure, ses coups de pied habiles et sa force exceptionnelle au contact, qui lui permettra de s’épanouir. L’Australien Michael Hooper appartient à la même catégorie. En tant que leader dans le jeu au sol, ses compétences sont irréprochables, mais c’est sa capacité à avoir un impact similaire à une vitesse 1,5 fois supérieure à celle habituelle qui sera son épreuve de vérité.

Certains ont échoué

Des anciens du rugby à sept tels que Cheslin Kolbe et Kwagga Smith sont cités comme des exemples de réussite entre le rugby à sept et la Coupe du Monde de Rugby à XV – mais passer du rugby à XV au rugby à sept est un concept différent.

En d’autres termes, tout joueur de rugby à sept peut jouer à XV, mais tout joueur de rugby à XV ne peut pas jouer à sept. La question est donc de savoir qui peut le faire.

En 2016, deux grands noms du rugby, Bryan Habana et Sonny Bill Williams, ont mis de côté leur carrière à XV pour tenter leur chance à sept. Habana a humblement échoué dans cette tentative, tandis que Sonny Bill Williams a abondamment cité les régimes rigoureux, souvent brutaux, de l’entraîneur légendaire du rugby à sept néo-zélandais, Sir Gordan Tietjens, tout au long de son parcours.

Il s’est à juste titre qualifié pour Rio, après avoir apporté de solides contributions sur le circuit mondial au cours de son programme d’adaptation de cinq mois, mais il s’est malheureusement abîmé le tendon d’Achille lors du premier match des Jeux olympiques de Rio.

ADVERTISEMENT

Il y a un petit bémol à apporter au rugby à sept – si vous êtes Fidjien ! Josua Tuisova et Semi Radradra ont le pouvoir de bouleverser n’importe quelle variante du rugby, mais en partie parce qu’ils ont également grandi en jouant au rugby à sept sur les îles magiques, comme la plupart des habitants, c’est inscrit dans leur ADN.

Le besoin de vitesse

Le rythme du rugby à sept est effrayant. Un joueur de XV « rapide » sera testé d’une toute autre manière au rugby à sept. Stuart Hogg l’a appris aux Jeux du Commonwealth de 2014, tout comme Jarryd Hayne, brutalement, au London Sevens à Twickenham après son escapade en NFL.

La principale exigence pour réussir au rugby à sept à partir du XV est un point de différence, car presque tous les joueurs sont rapides, en forme phénoménale et super habiles. Pensez à des skills ou à un jeu de puissance et d’offload plutôt qu’à une simple vitesse, comme Samu Kerevi, une autre star du quinze qui a brillamment mené l’équipe australienne aux Jeux olympiques de Tokyo.

Cependant, de tous les noms que j’ai vus cités le mois dernier, Sekou Macalou aiguise l’appétit en décrivant une autre façon de jouer au rugby à sept. Le renvoi est fermement établi comme un élément fondamental du rugby à sept – si vous marquez, vous renvoyez – et dominer le jeu aérien contribue à dominer le match.

Macalou serait une grande menace dans ce domaine, de même que pour les touches. Si l’on s’en tient à l’équipe de France, Damian Penaud, pourrait lui aussi utiliser ses qualités d’ailier exceptionnel à XV pour devenir un excellent centre, aux côtés de quelques-uns des meilleurs joueurs de rugby à sept de l’équipe de France.

Dream Team

Si l’on prend en compte les critères ci-dessus et que le temps d’entraînement et les contrats de travail ne constituent pas un obstacle, qui pourrait, selon moi, percer le code du rugby à sept à partir du XV masculin ?

  • Sekou Macalou (France)
  • Jac Morgan (Pays de Galles)
  • Theo MacFarland (Samoa)
  • Antoine Dupont (France)
  • Beauden Barrett (Nouvelle-Zélande)
  • Damien Penaud (France)
  • Louis Rees-Zammit (Pays de Galles)
ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

TRENDING
TRENDING Ex-Scotland 10 makes previously unthinkable Duhan van der Merwe call Ex-Scotland 10 makes previously unthinkable Duhan van der Merwe call
Search