Antoine Dupont aux JO de Paris 2024 : pourquoi c'est un pari audacieux

Par Willy Billiard
PARIS, FRANCE - SEPTEMBER 07: Antoine Dupont catches the ball during the France captain's run ahead of their Rugby World Cup France 2023 match against New Zealand at Stade de France on September 07, 2023 in Paris, France. (Photo by David Rogers/Getty Images)

D’après L’Equipe dans son édition du 15 novembre, l’officialisation de la participation d’Antoine Dupont aux Jeux olympiques de Paris 2024 serait une question de jours.

ADVERTISEMENT

La veille, Jean-Marc Lhermet, vice-président de la Fédération Française de Rugby en charge du haut niveau, avait d’ailleurs exhorté à clarifier les choses rapidement : « il faut que les choses s’accélèrent dans les dix prochains jours », avait-il déclaré au Parisien-Aujourd’hui en France.

Contrairement aux rumeurs présentées en début de semaine par Midi Olympique, Antoine Dupont serait finalement le seul quinziste à intégrer le groupe de France 7 en vue des JO. Les pistes concernant Damian Penaud, Arthur Vincent, Sekou Macalou et Louis Bielle-Biarrey semblent être définitivement balayées.

Related

Un vieux rêve pour Antoine Dupont

Le quinziste de 27 ans (ce mercredi 15 novembre) aux 52 sélections n’a jamais caché que cet objectif olympique était celui d’une vie.

« C’est vraiment quelque chose qui me motive. Rien que faire les JO c’est tellement incroyable », a-t-il ainsi confirmé au podcast Pause du philanthrope et entrepreneur français Alexandre Mars au lendemain du Tournoi des Six Nations 2022, là où ce projet a commencé à prendre forme dans son esprit et entre toutes les parties.

« Il n’y a pas que moi qui doit donner son accord, il faut que eux soient d’accord, que mon club aussi. Il faudra en parler avec toutes les personnes à table, mais en tout cas moi, ma volonté, elle y est, c’est sûr », avait-il alors confié.

Sonny Bill Williams et Quade Cooper avaient échoué

Avant lui, d’autres quinzistes avaient tenté de se convertir au Sevens en prévision des Jeux olympiques. C’était le cas par exemple du néo-zélandais Sonny Bill Williams pour les JO de Rio en 2016. Il avait fait ses débuts quelques mois avant, sur les tournois de Wellington (fin janvier) et Sydney (début février) où la Nouvelle-Zélande avait remporté l’or.

Mais aux JO, les All Blacks Sevens avaient échoué à la 5e place. L’ailier s’était blessé au tendon d’Achille dès la première rencontre, du reste perdue, face au Japon (12-14).

ADVERTISEMENT

L’Australien Quade Cooper avait également comme objectif de participer aux JO de Rio 2016, mais le coach Andy Friend ne l’avait pas retenu (Cooper évoluait alors à Toulon à cette époque-là) alors qu’il présentait toutes les qualités requises pour jouer à sept : la vitesse, les appuis, la précision dans les passes, la vision, l’endurance.

« Il ne fait aucun doute que Quade est un joueur de qualité, mais nous n’avons tout simplement pas eu l’occasion de travailler avec lui autant que nous l’aurions souhaité au cours des cinq derniers mois », avait alors justifié l’entraîneur.

Est-ce que ce sera différent cette fois pour Antoine Dupont ?

Une discipline bien différente

Selon L’Equipe, le staff de France 7 dirigé par Jérôme Daret envisagerait de l’intégrer dans le groupe en tout début d’année et de le faire performer sur les tournois de Vancouver (23-25 février) et Los Angeles (2-3 mars). Le tournoi olympique Hommes est prévu les 24, 25 et 27 juillet 2024.

« C’est une discipline qui reste différente du XV. Certes c’est le même ballon, mais c’est pas les mêmes déplacements, c’est pas les mêmes courses, c’est pas les mêmes stratégies, c’est pas les mêmes efforts physiques non plus. Il y aura un temps d’adaptation c’est sûr, mais en tout cas je suis chaud… », a concédé Antoine Dupont dans le même podcast Pause.

ADVERTISEMENT

La conversion du XV au 7 et inversement est une pratique récurrente dans le XV de France féminin. La dernière joueuse en date à en avoir bénéficié est la trois-quarts centre Nassira Kondé qui faisait son retour à XV à l’occasion du WXV 1 en Nouvelle-Zélande en octobre, sur demande express des coachs Gaëlle Mignot et David Ortiz.

« C’est complètement différent des deux côtés. Du sept au XV comme du XV au sept, l’adaptation est différente, mais on s’adapte très vite. Du sept à XV j’ai pu m’adapter assez vite. C’est quand même différent car le sept est un sport où on court beaucoup et physiquement c’est plus facile de passer de sept à XV que de XV à sept », avait-elle prévenu.

« Je pense que le sept m’a beaucoup apporté et mine de rien, ça reste du rugby, que ce soit une discipline ou l’autre. J’ai juste envie de progresser en tant que joueuse et je pense que mes qualités du sept apporteront sûrement à XV et qu’à XV aussi je progresserais tout autant», avait-elle concédé.

Après la déception de l’élimination de la France en quart de finale de la Coupe du Monde de Rugby 2023, ce nouveau challenge permettrait-il à Antoine Dupont de se rebooster ? Réponse dans les mois à venir…

ADVERTISEMENT

Join free

Chasing The Sun | Series 1 Episode 1

Fresh Starts | Episode 1 | Will Skelton

ABBIE WARD: A BUMP IN THE ROAD

Aotearoa Rugby Podcast | Episode 9

James Cook | The Big Jim Show | Full Episode

New Zealand victorious in TENSE final | Cathay/HSBC Sevens Day Three Men's Highlights

New Zealand crowned BACK-TO-BACK champions | Cathay/HSBC Sevens Day Three Women's Highlights

Japan Rugby League One | Bravelupus v Steelers | Full Match Replay

Trending on RugbyPass

Commentaires

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

TRENDING
TRENDING Ardie Savea's Japan sabbatical ends on a sour note Ardie Savea's Japan sabbatical ends on a sour note
Search