Samuel Marques avec le Portugal pour la tournée des Springboks

Par Jon Newcombe
Samuel Marques (Portugal) lors du match de la Coupe du Monde de Rugby France 2023 entre le Pays de Galles et le Portugal au Stade de Nice, le 16 septembre 2023 à Nice, en France. (Photo par Craig Mercer/MB Media/Getty Images)

Simon Mannix a réussi un coup de maître en tant que nouveau sélectionneur du Portugal, avant même d’avoir pris ses fonctions, en incitant Samuel Marques à sortir de sa retraite internationale.

ADVERTISEMENT

Mannix a déjà travaillé avec l’un des playmakers de Os Lobos à la Coupe du Monde de Rugby 2023. Entre 2014 et 2016, il avait en effet entraîné le demi de mêlée alors qu’ils évoluaient tous deux à la Section Paloise.

Cette collaboration a été couronnée de succès puisque Pau avait remporté la Pro D2 lors de cette première saison et Mannix est depuis resté un admirateur du joueur qui a produit deux des moments les plus emblématiques de l’histoire du rugby portugais.

Sam Marques, qui a été un élément central de la saison de Béziers en Pro D2, a passé le coup de pied qui a permis d’arracher le match de qualification contre les États-Unis et d’envoyer le Portugal à sa première Coupe du Monde de Rugby en 16 ans. Quelques mois plus tard, il réalisait une autre transformation cruciale lors de la victoire de Os Lobos sur les Fidji dans le tournoi lui-même.

Personne ne peut regretter la décision du joueur de 35 ans de prendre sa retraite internationale sur une note aussi positive après la première victoire historique du Portugal en Coupe du Monde de Rugby à Toulouse, mais le changement de sélectionneur et la perspective de jouer les Springboks le 20 juillet l’ont poussé à changer d’avis.

Un duo inséparable

Le niveau de respect entre les deux hommes est tel que selon les informations de RugbyPass, Marques aurait fait du lobbying pour que Mannix intègre le processus d’entretien.

« J’ai entraîné Sam très tôt à Pau, à l’époque où il était un véritable électron libre sur et en dehors du terrain », confirme l’ancien All Black Simon Mannix dans un entretien exclusif à RugbyPass.

ADVERTISEMENT

« Comme beaucoup de joueurs de cette époque, il appréciait le rugby que je voulais pratiquer, d’où un respect réciproque. « Il avait tellement d’énergie et il en a toujours une quantité incroyable ; c’est un athlète en très bonne forme physique et il joue avec une telle confiance et une vraie précision dans ce qu’il fait.

« Chaque fois qu’il est sur le terrain, on sent que Béziers va gagner. Je pense qu’il a été si bon que la plupart des Français qui suivent le rugby diraient que c’est le type qui a eu la plus grande influence sur l’équipe.

« Depuis qu’il est revenu après la Coupe du monde, Béziers a gagné beaucoup et est sur une belle lancée, même s’ils ont peut-être un peu de mal physiquement maintenant que nous arrivons à la fin de la saison et que c’est le moment sous pression.

« Je pense qu’il sera intéressant de le voir jouer les play-offs et essayer de faire monter son équipe en Top 14.  Il a facilement montré qu’il avait sa place au niveau international et la façon dont il mène cette équipe est très, très impressionnante.

ADVERTISEMENT

« Je suis ravi que Sam joue à nouveau et qu’il se rende (en Afrique du Sud) durant l’été, ce qui me permettra d’apprendre à connaître tous les joueurs et le groupe et de commencer à reconstruire en vue du Rugby Europe Championship de la saison prochaine. »

La grande expérience humaine de Biarritz

Tandis que le club de Samuel Marques se battait en Pro D2, le Biarritz de Mannix était engagé dans une lutte contre la relégation ; lutte qui s’est poursuivie jusqu’aux derniers instants de la saison.

Au final, Biarritz a dû compter sur un faux pas de ses poursuivants pour conserver son statut dans la deuxième division française, mais l’impact positif de l’ancien demi d’ouverture des All Blacks au Parc des Sports d’Aguilera ne fait aucun doute.

Avec l’incertitude entourant le changement de propriétaire, Biarritz était plus un cas désespéré qu’un club basque lorsque Mannix a pris ses fonctions en décembre. Mais Simon a galvanisé le groupe et lui a permis de franchir la ligne… de justesse.

« Nous avons eu de nombreuses occasions de sécuriser la saison pendant un certain temps et c’est ce qui me déçoit le plus, c’est que nous n’ayons pas réussi à mettre les choses au clair plus tôt. Mais ce n’est pas grave, le club est sauvé et nous entamons, je l’espère, un nouveau chapitre positif », dit-il.

« Compte tenu de ce dont j’ai hérité et de ce dans quoi je me suis embarqué, de l’état du groupe et de sa situation mentale, je suis très heureux. J’ai vraiment apprécié cette expérience, mais elle a été très difficile.

« J’ai décrit Biarritz dans la presse française comme un chien battu qui se recroquevillait dans un coin et qui avait besoin de beaucoup d’amour et de caresses pour que les joueurs retrouvent le plaisir de faire ce qu’ils font.

« Je n’avais jamais vécu un tel environnement et y arriver seul n’a pas été facile. Mais ça a été l’une des expériences les plus gratifiantes en tant qu’entraîneur ; cela a été une grande expérience humaine. »

Related

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Be the first to comment...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

FEATURE
FEATURE Buoyant England travel to New Zealand full of hope but are they walking into an All Blacks ambush? Buoyant England travel to New Zealand full of hope but are they walking into an All Blacks ambush?
Search