Rory Kockott : « J'ai reçu des centaines de messages - l'un d'eux disait ‘Je veux voir ta femme saigner’ »

Par Jamie Lyall
RORY KOCKOTT

Le message, débordant de haine, est arrivé dans la boîte de réception de Rory Kockott. Il se démarquait même parmi les injures et les blasphèmes qu’il reçoit habituellement au moins une fois par mois. Celui-ci disait : « Je veux voir ta femme saigner. »

« Quand je pense à ce message, je me demande ce qui peut bien se passer dans le cœur et la tête de cette personne. » Kockott, si présent à faire le ménage derrière le pack du Stade français, réfléchit. « Ça s’est passé il y a quelques semaines, après notre match contre Toulouse. Les messages sans intérêt qu’on reçoit sont ridicules. Je ne compte même plus. J’en ai reçu des centaines.

« En général, on vous insulte de toutes les manières possibles et on vous dit que vous êtes le plus grand connard qui ait jamais existé, parce que les fans sont emportés par leurs émotions et ne peuvent pas se retenir.

« Je me contente de bloquer et d’effacer.

« J’ai vu des spectateurs brandir toutes sortes de pancartes et lancer toutes sortes d’insultes, puis les retrouver à l’extérieur du stade, disant : ‘Salut Rory, comment ça va ? Je peux avoir un autographe ?’ Ils semblent presque intimidés de me poser une question. Une demi-heure plus tôt, ils me disaient d’aller me faire foutre. Pour moi, ça montre bien le côté inconsistant de tout sport professionnel. »

Rory Kockott n’est pas troublé par les horreurs de ses messages privés. À son âge, il est trop expérimenté pour se laisser affecter par les diatribes ou même les menaces de personnes dérangées. Sa carrière professionnelle remarquable s’étend sur près de vingt ans, lui conférant une résistance à toute épreuve.

Le demi de mêlée sud-africain du Stade français, Rory Kockott, botte le ballon lors du match du Top14 français entre l’Aviron bayonnais (Bayonne) et le Stade français Paris au Stade Jean Dauger à Bayonne, le 29 octobre 2023. (Photo by GAIZKA IROZ / AFP) (Photo by GAIZKA IROZ/AFP via Getty Images)

Il a quitté les Sharks d’Afrique du Sud en 2011 et a remporté à deux reprises le titre de champion de France avec Castres, le club le plus fervent du Top 14, au cours d’une douzaine d’années. Il a représenté sa nation d’adoption, participé à une Coupe du Monde de Rugby et obtenu la citoyenneté française. L’automne dernier, il est sorti de sa retraite pour aider son ancien mentor, Laurent Labit, à Paris, empêchant ainsi le All Black Brad Weber de porter le maillot numéro neuf pendant une grande partie de la saison. Samedi 8 juin, à quelques semaines de son 38e anniversaire, il a été titularisé à la place de Weber lors de la victoire du Stade contre Toulon, permettant à son équipe de s’emparer de la deuxième place de la saison régulière.

Kockott le rugbyman est à la fois impitoyable, belliqueux et dominateur. Ce demi de mêlée, dont l’esprit de compétition est inébranlable, est prêt à repousser toutes les limites, à intimider ses adversaires et à exploiter le moindre avantage pour triompher. D’une technicité exceptionnelle, il a su combiner les tactiques sournoises de l’ancienne école avec une approche professionnelle rigoureuse et un engagement physique rare pour un demi de mêlée.

Et d’un autre côté, Kockott l’homme est un véritable caléidoscope de centres d’intérêt, de passions et de fragilités. Il est fasciné par la psyché humaine. Ayant grandi au sein de la nature, sur une petite ferme du bush sud-africain, il organise aujourd’hui des safaris et des expéditions de chasse dans la région du Cap-Oriental. Rien ne le passionne autant que de plonger les visiteurs dans la diversité de son pays. Ses coéquipiers se rappellent l’avoir vu, assis dans le bus, feuilletant des brochures spécialisées dans les races de bétail rares. Il a également passé du temps dans l’une des plus grandes entreprises de transformation de viande en France, afin de se familiariser avec l’art de la boucherie et la préparation des aliments.

Le jour du match, Kockott se lance dans sa propre bataille. Il joue un rôle : celui du bad guy. Ce double visage alimente les fausses perceptions qu’on a de lui et nourrit une tension dangereuse.

« Vous passez à la télévision, on vous voit, on vous juge. La première leçon à retenir, c’est que personne ne devrait être jugé à moins que vous ne l’approuviez vous-même. Personnellement, je ne me préoccupe pas du tout de ce que le public peut penser de moi.

« Le rugby a évolué. Ce que nous cherchons à voir désormais, c’est un joueur exemplaire qui reste discret, qui fait le job sans faire trop de vagues. Nous avons tendance à oublier que le rugby est avant tout un sport. Nous sommes payés pour performer, pour tout faire pour dominer sur le terrain. Et vous allez avoir les arbitres de canapé et les spectateurs qui n’aiment pas ce que vous faites. On peut être très réactifs pour essayer de faire taire les gens et pour les éliminer.

« Avant que je ne rejoigne le Stade français, les kinés pensaient que j’étais le joueur le plus con du rugby français. Mais après seulement deux mois passés avec eux, ils voulaient discuter avec moi tous les jours. Ça démontre bien que ce que nous sommes sur le terrain de rugby ne reflète pas nécessairement qui nous sommes ou ce en quoi nous croyons. »

Les gens n’ont jamais vu Rory Kockott dans son rôle de mari et de père attentionné ; ils n’ont jamais vu Kockott dans ses moments de vulnérabilité, quand il pleurait sous la douche chaque soir parce que le déménagement en France était très difficile pour lui au début. Ils ne voient pas non plus Kockott comme guide de safari, se promenant dans la nature africaine avec un groupe de visiteurs émerveillés à ses côtés. Ou encore Kockott le penseur, affirmant que « la culture est la chose la plus puissante au monde – rien ne peut la briser », et préférant parler de spiritualité et de connexions humaines plutôt que de trophées et de sélections.

D’un point de vue sportif, Rory Kockott demeure un cas à part ; son style de jeu pourrait être perçu comme un retour à une époque révolue. Les amateurs de rugby qui critiquent son comportement pourraient se demander ce qu’ils attendent de leurs vedettes. Sont-ils satisfaits de politesse et de banalité, où le langage est aseptisé, l’individualité est étouffée et la personnalité est mise de côté ? Ou recherchent-ils du divertissement et de l’expression, des joueurs qui affichent ouvertement leur agressivité, qui prennent des risques, et oui, parfois, qui utilisent des moyens pas très catholiques pour arriver à leurs fins ?

« Les gens veulent que vous incarniez à la fois un véritable être humain et un artiste », explique Kockott. « Ils attendent de vous que vous soyez à la fois inhumain et humain.

« Les choses ont vraiment évolué – le jeu déloyal intentionnel a été complètement écarté. Le rugby restera toujours un sport dangereux. Nous avons la possibilité de nous préparer à jouer ce jeu dangereux tous les week-ends. C’est ce qui rend ce sport si beau, ce qui attire tant de spectateurs et en fait un spectacle si captivant. Le côté physique, combatif et gladiateur de ce sport repose sur une histoire très riche. Je m’investis pour jouer au rugby de la manière que je veux, plutôt que d’essayer de m’enfermer dans un moule préétabli. Je dois repousser les limites. Je veux repousser les limites. »

La résilience a été forgée – ou peut-être martelée – dans l’esprit de Kockott grâce à son éducation rugbystique. Les garçons élevés à la ferme ne sont jamais ménagés, surtout lorsqu’ils sont les plus jeunes de quatre enfants, et Kockott était un jeune demi de mêlée musclé lorsqu’il a percé à la grande époque du Super Rugby. Il a affronté les mastodontes que sont les All Blacks, les Wallabies et les Springboks au sein d’une redoutable équipe des Sharks. Il se souvient de cette époque comme d’un écosystème où il fallait tuer ou être tué.

« Être un bon gars, c’est important, surtout en dehors du terrain. Mais sur le terrain, il n’y avait pas de règles. Le nombre de fois où j’ai eu la tête enfoncée dans le sol, où j’ai été éjecté loin du ballon, tiré en arrière, où on m’a fait trébucher, ou j’ai été pris sous les rucks… Je ne le prends pas personnellement, je fais simplement mon travail.

« Les règles sont devenues beaucoup plus strictes, mais elles étaient absolument impitoyables dans ce type de bataille. C’est cela la lutte sur un terrain de rugby : dominer ou être dominé. On ne jouait pas seulement au rugby, c’était un autre combat physique et mental. Beaucoup de gens ne veulent plus voir ça de nos jours, ils veulent que les 80 minutes soient propres et nettes, sans aucun artifice.

« Ce qui est fantastique aujourd’hui, c’est que tous les angles sont couverts et que rien ne peut nous échapper. J’ai certainement reçu plus que je n’ai donné, et je l’accepte – c’est une partie intégrante du rugby. Je ne vais pas me plaindre. Mais je vais faire de mon mieux pour rendre la pareille. »

Le demi de mêlée français Rory Kockott (R) agrippe le demi de mêlée irlandais Conor Murray (G) lors du match international des Six Nations entre l’Irlande et la France à l’Aviva Stadium de Dublin, Irlande, le 14 février 2015. AFP PHOTO / FRANCK FIFE (Le crédit photo doit se lire FRANCK FIFE/AFP via Getty Images)

Au fil des ans, Rory Kockott a affronté certains des spécimens les plus coriaces que le rugby ait produits. Il a été secoué par Bakkies Botha et bousculé par Jamie Cudmore. Il a même giflé Adam Thompson, mécontent que le troisième-ligne l’ait projeté au sol après une passe. Il a suspendu Maxime Machenaud tête en bas et a reçu un coup de tête de Juan Imhoff, coéquipier de Kockott au Racing, en retour. Lors d’un match amical de pré-saison, il s’est même battu avec Chris Ashton, ce qui a entraîné une suspension pour les deux joueurs. Une ligne a-t-elle été franchie ?

« Bien sûr. Il y a très peu de joueurs qui ne l’ont pas fait au moins une fois. Je l’ai fait moi aussi, et on le regrette toujours. On se sent mal d’avoir déçu son équipe et soi-même. Mais les gens ne comprennent pas s’ils n’ont pas pratiqué ce sport. Parfois, on va un peu trop loin, on met la main au mauvais endroit au mauvais moment.

« Quand ça arrive, on se sent vraiment mal à l’aise. Ce n’est pas quelque chose dont on est fier. Mais dans le rugby, dans le feu de l’action, ça arrive. Vous ne pouvez pas éviter les critiques qui suivent, car tout le monde veut votre peau. »

Il semble que Kockott fasse allusion à la fameuse fourchette sur le flanker du Munster, Chris Cloete. Cet incident s’est produit lors de la victoire de Castres en Champions Cup en 2018 et constitue l’accusation la plus grave sur son casier judiciaire. La sanction maximale pour une telle infraction est significative, mais après avoir plaidé coupable d’avoir établi un contact avec la zone de l’œil, la commission de discipline n’a suspendu Kockott que pour trois semaines. Ça n’a pas calmé les esprits en Irlande.

« J’ai parlé à Chris et j’ai rapidement compris que la plainte venait d’un niveau plus élevé. C’était il y a si longtemps que je ne me rappelle même pas des détails exacts.

« J’ai beaucoup réfléchi à cet incident. Nous n’étions pas censés gagner ce match. Je crois que les entraîneurs du Munster à l’époque voulaient prouver quelque chose et dire : ‘Nous voulons que vous soyez sages et que vous ne repoussiez pas les limites pour que nous puissions gagner’. C’est la même chose pour n’importe quelle autre équipe. Cela arrive souvent lorsque vous jouez contre des équipes européennes dans la Champions Cup.

« C’est à ce moment-là que j’ai réalisé que ce que vous faites sur le terrain de rugby n’a rien à voir avec qui vous êtes. Dans l’équipe, on parle à peine des incidents, mais le public continue d’avoir cette perception. »

Le feu de la compétition le consume toujours. Kockott n’a pas été pleinement comblé de son rôle d’entraîneur à Castres l’année dernière, et il a joué quelques matchs pour soulager les manques au poste de demi de mêlée du club. Son corps est toujours dans un état remarquable. Sa relation avec le rugby, et les forces qui le maintiennent dans ce sport, est complexe.

« Quand j’étais jeune, je détestais le rugby. Je l’appréciais parce que j’y jouais, mais je ne regardais jamais un match à la télévision. Au fil des années, on commence à s’investir davantage dans ce sport et à le découvrir un peu plus à travers les médias.

« On se demande souvent ce qu’on fait là. C’est une excellente question, et on devrait se la poser très souvent. Qu’est-ce que je veux faire ici ? Quand Laurent m’a proposé de venir au Stade, ma femme m’a dit : ‘Tu devrais y aller’. Ça m’a fait réfléchir. Je dois avoir un but en étant ici, que ce soit pour l’équipe, pour mon entourage, pour moi-même ou pour les entraîneurs.

« J’ai le sentiment d’avoir un rôle à jouer. Je ne suis pas seulement un joueur de rugby, car ce serait sous-estimer l’impact humain. Si je peux avoir un impact positif sur une ou deux personnes dans mon entourage pendant le temps dont je dispose, c’est ça notre travail en tant qu’humain. Oui, le fait d’être payé et d’aimer faire ce travail est un objectif supplémentaire. Mais l’objectif le plus profond, j’aime essayer de le trouver et de donner un véritable sens à ce sport extrêmement médiatisé que nous pratiquons et aux émotions qu’il suscite.

PARIS, FRANCE – 19 FÉVRIER : Rory Kockott de Castres pendant le match du Top 14 entre le Racing 92 et le Castres Olympique (CO) à la Paris La Defense Arena le 19 février 2021 à Nanterre près de Paris, France. (Photo by John Berry/Getty Images)

« Ce serait triste pour moi d’arriver à la fin de ma carrière et de réaliser que je ne me suis impliqué que superficiellement, que je n’ai jamais pu vraiment m’investir, me connecter, aider les gens et développer des relations. C’est une opportunité que nous manquons souvent. C’est un privilège unique que nous avons dans un environnement d’équipe. Il n’y a rien de comparable. »

Les messages de haine continuent d’envahir la boîte de réception de Kockott, comme c’est souvent le cas pour les personnalités les plus clivantes du rugby. Pensez à Owen Farrell. Kockott n’a jamais dénoncé ses agresseurs, que ce soit auprès du club ou de la police.

“Absolument pas. Vous savez ce que je pense ? Je ne contrôle pas le monde dans lequel nous vivons. Les gens récolteront ce qu’ils méritent et auront la monnaie de leur pièce. Nous sommes le résultat de nos actions. Les personnes qui envoient des messages de haine récolteront ce qu’elles ont semé tôt ou tard. Je ne me laisse vraiment pas impressionner. C’est tellement typique du supporter bête et méchant qui n’a rien compris au sens de sa propre vie.

« Je n’ai jamais vraiment pensé à ce que les gens devraient penser de moi. C’est leur problème. Ils vont gaspiller plus d’énergie à décider qui je devrais être et ce que je devrais faire. Le public hostile aura toujours un truc à dire et passera tout aussi vite à autre chose. »

Il y a un moment de la finale du Top 14 2013 qui illustre parfaitement Kockott dans toute sa splendeur brillante et combative. Le match est à égalité dans la dernière minute de la première mi-temps et Freddie Michalak commet une faute en laissant échapper le ballon dans ses propres 22, offrant ainsi une mêlée à Castres. Bernard Laporte, le patron de Toulon à ce moment-là, est déjà dans le tunnel.

Mais voilà Kockott qui chambre Michalak d’une tape sur la tête, déclenchant une réaction immédiate de son adversaire et un avertissement de Jérôme Garcès. On le voit sur l’action suivante, souriant lors de la conquête, tandis que Michalak rumine, immobile. Quelques secondes plus tard, anticipant une tentative de drop-goal, Michalak mène un groupe de défenseurs. Kockott feinte et s’enfonce sous les poteaux toulonnais. Il embrasse le ballon et le brandit vers le ciel. Castres remporte le Bouclier de Brennus. Kockott a gagné son duel.

Un joueur de rugby. Un compétiteur prodigieux et stratégique. Une force à avoir de son côté. Mais bien plus que cela.

Cet article publié à l’origine en anglais sur RugbyPass.com a été adapté par Willy Billiard.


ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Be the first to comment...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

FEATURE
FEATURE Freddie Steward: 'I wouldn’t say I've had it easy' Freddie Steward: 'I wouldn’t say I've had it easy'
Search