Rencontre avec Pablo Bouza, le nouveau sélectionneur de l'Espagne

Par Frankie Deges
Pablo Bouza speaks to the media prior to the Rugby World Cup France 2023 match between France and Uruguay at Stade Pierre Mauroy on September 14, 2023 in Lille, France. (Photo by David Ramos - World Rugby/World Rugby via Getty Images)

Le sentiment d’appartenance que les clubs génèrent en Argentine est difficile à expliquer pour quiconque est extérieur au pays. Une famille qui vient dans un club de rugby a peu de chances de le quitter et même si elle ne peut pas être physiquement présente, le club l’accompagnera, dans son cœur, où qu’elle aille.

ADVERTISEMENT

Le cas de Pablo Bouza, le nouvel entraîneur de l’équipe nationale d’Espagne, n’est qu’un exemple parmi d’autres d’Argentins qui, après avoir tout donné pour leur club, ont eu des opportunités plus lointaines, mais qui n’ont jamais oublié leurs origines.

Dans le cas de Bouza, il s’agit de Duendes, dans la ville de Rosario où il est né. Son père Mario a été l’un des premiers Pumas de cette ville située à 300 kilomètres de Buenos Aires, et son frère aîné Leandro a rejoint l’équipe nationale quatre ans avant Pablo. Enfants et petits-enfants jouent pour le club qu’ils aiment.

« Il y a beaucoup de passion à Duendes, beaucoup de ferveur qui se transmet de famille en famille », explique Pablo Bouza.

Un cas similaire à celui des Bouza est celui des Imhoff – José Luis est devenu un Puma en 1965 et a ensuite entraîné l’équipe nationale, son fils Juan a joué sa troisième Coupe du Monde de Rugby en France le mois dernier, tandis qu’un autre de ses fils, Pedro, a également joué pour l’Argentine.

« Duendes est l’un des meilleurs clubs du pays ; je ne sais pas si c’est en termes de résultats ou de statistiques, mais en raison de la façon dont nous vivons le rugby, c’est certainement le cas », explique Pablo Bouza.

Cette passion a engendré 27 internationaux en près de 70 ans d’existence et à des entraîneurs du calibre d’Imhoff, de son frère Tato, de Juan Benzi et de Raúl “Aspirina” Pérez, ainsi que des entraîneurs adjoints actuels des Pumas, Andrés Bordoy et Bouza lui-même.

Acquérir de l’expérience

Avec 37 tests à son actif en tant que deuxième-ligne et troisième-ligne, et ayant également joué pour les Harlequins et Leeds, Bouza a toujours eu un don pour être entraîneur, et entre 2013 et 2018, il a été entraîneur adjoint des Pumas – d’abord avec Daniel Hourcade, puis avec son ancien coéquipier Mario Ledesma.

ADVERTISEMENT

En quittant l’équipe nationale, à partir de 2019, il a commencé à travailler en tant que conseiller à la haute performance avec Hourcade, à la fois pour Sudamérica Rugby et World Rugby.

Après avoir collaboré avec l’Uruguay dans la perspective de la Coupe du Monde de Rugby 2019, il a été entraîneur du Peñarol Rugby dans la Superliga Americana de Rugby, devenue Súper Rugby América. Sous sa direction, la franchise uruguayenne a été deux fois championne en 2022 et 2023.

« En Uruguay, j’ai passé mes trois meilleures années en tant qu’entraîneur ; j’ai vécu les meilleurs moments et j’ai entraîné au mieux », déclare-t-il, fier de ses réussites. Cette année, il a fait partie du staff de Los Teros pour France 2023.

« Je suis reconnaissant qu’après mon départ de la fédération argentine de rugby, j’ai pu commencer à travailler avec eux », ajoute-t-il.

ADVERTISEMENT

Les 630 km qui séparent Rosario de Montevideo l’ont amené à faire de nombreux allers-retours, passant environ 220 jours par an en Uruguay.

« Le problème, c’était les douanes, qui pouvaient parfois vous ralentir pendant des heures », se souvient-il de ses incessants déplacements pour rentrer chez lui.

« On jouait le vendredi soir, on dormait un peu, on partait à deux heures du matin pour être chez moi le samedi et le dimanche. Je passais près d’une journée à voyager. »

Cet effort a toujours été apprécié par sa femme, son fils et ses jumelles.

Voir jouer sa nouvelle équipe

Dans un premier temps, la famille ne s’installera pas en Espagne, le nouveau port d’attache de Pablo, puisqu’il prend en charge Los Leones, qu’il a vu jouer lors de la première édition de La Vila International Rugby Cup à Villajoyosa.

La Real Federación Española de Rugby s’est entretenue avec Bouza avant le début de la Coupe du Monde de Rugby, « mais nous avons convenu de parler après puisque mon objectif était là-bas ».

L’Uruguay s’est ensuite montré compétitif dans presque tous les domaines et a remporté une victoire contre la Namibie.

« J’ai signé avec l’Espagne après la Coupe du monde », confirme-t-il. « Je suis allé voir les joueurs, le staff, pour les rencontrer. Je ne savais pas grand-chose, c’était donc important d’être là avec eux. »

Il a assisté au match de Rugby Europe Super Cup entre Ibères et Black Lion, ainsi qu’aux tests contre les États-Unis et le Canada.

« J’ai découvert une équipe qui est beaucoup portée sur l’attaque. »

Déjà inscrit sur son agenda, le déplacement aux Pays-Bas pour le premier tour du Rugby Europe Championship 2024, le 3 février, le match à domicile contre l’Allemagne et le toujours difficile déplacement à Tbilissi pour affronter la Géorgie les deux week-ends suivants.

Il s’agit d’une préparation en vue de l’objectif de l’Espagne de se qualifier pour sa première Coupe du Monde de Rugby depuis 1999.

« L’objectif principal est de se qualifier pour l’Australie en 2027. Nous allons commencer à nous préparer dès maintenant car les qualifications commencent en 2025 », indique Bouza.

« Nous devons continuer à faire ce qui marche bien ; ce qui ne marche pas, nous devons l’améliorer et le changer.

« Nous n’avons pas le temps de penser à ce qui s’est passé lors du dernier cycle et au classement, nous devons simplement apprendre et aller de l’avant car nous avons peu de temps pour nous préparer. »

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Be the first to comment...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

TRENDING
TRENDING Fissler Confidential: Sharks hunt Bok as Prem club launch desperate search Fissler Confidential: Prem club launch desperate search for centre
Search