Les joueuses de l’équipe de France peuvent-elles jouer à l’étranger ?

Par Willy Billiard
CORK, IRLANDE : 1er AVRIL : Elisa Riffonneau (France) franchit la ligne pendant Irlande vs. France, match de rugby des Six Nations féminin à Musgrave Park le 1er avril 2023, à Cork, en Irlande. (Photo par Tim Clayton/Corbis via Getty Images)

Elisa Riffonneau est la seule – du moins pour l’instant. La talonneuse internationale (20 ans, 10 sélections), est la seule membre du XV de France féminin à évoluer dans un club étranger, en l’occurrence aux Ealing Trailfinders, dans le Premiership Women’s Rugby, la première division anglaise (le club est d’ailleurs classé 6e (sur neuf équipes).

ADVERTISEMENT

« Je suis à Sciences-Po et en troisième année on est obligé de partir à l’étranger », raconte-t-elle. « Au début je ne savais pas trop si j’allais partir ou faire une année de césure et finalement, en discutant avec le staff et Sciences-Po, j’ai décidé de partir en Angleterre. C’est une occasion pour moi de voir le rugby Outre-Manche et voir comment ça se passait. »

Selon elle, la différence entre la préparation en France et en Angleterre n’est pas si différente. « On s’entraine le soir trois fois par semaine et on joue le week-end. En termes d’entrainement, le volume n’est pas vraiment différent », affirme-t-elle.

Un match par week-end sur RugbyPass TV

La seule grosse différence en réalité est la diffusion d’un match du week-end à la télévision et singulièrement sur RugbyPassTV.

« C’est plutôt cool parce qu’il y a beaucoup de monde qui vient et c’est beaucoup regardé », dit-elle. « Ça met en valeur notre championnat, même si ce n’est qu’un match par week-end. Mais c’est déjà très bien et on est très contentes. Ça ne change pas grand-chose dans la façon dont on va jouer, mais ça a une grande influence sur la promotion du rugby féminin. »

Paradoxalement, passer à l’étranger n’est pas fréquent – même si Gaëlle Mignot, l’actuelle sélectionneure, l’a fait en son temps, à Richmond (2017-2018) – alors que l’inverse est plus fréquent.

« Avant le Covid on avait une Canadienne à Toulouse, une Hollandaise, une Anglaise, et là on a une joueuse espagnole », raconte à RugbyPass la trois-quarts centre Maëlle Filoppon (25 sélections) qui, elle-même, n’est pas intéressée par une carrière à l’étranger.

La réforme de Elite 1 très attendue

« Pas pour l’instant car j’évolue dans un club avec des entraîneurs fantastiques, la question ne se pose pas », assure-t-elle. « Normalement la saison prochaine le championnat (Elite 1, ndlr) évolue dans un sens positif. »

ADVERTISEMENT

Pourtant, la règle d’éligibilité au XV de France n’est pas contraignante. « Il n’y a pas de règle, juste une histoire de contrat », indique France Rugby à RugbyPass. « Les joueuses ne peuvent pas cumuler contrat avec la FFR et contrat avec un club pro. Légalement, ce n’est pas possible.

« Donc Elisa Riffonneau a résilié son contrat avec la FFR pour aller jouer en Angleterre. Mais elle est toujours sélectionnée avec le XV de France. »

Alors que le championnat national féminin anglais est présenté à juste titre comme le meilleur de l’hémisphère nord, la FFR doit-elle redouter une fuite des joueuses en quête d’une nouvelle expérience ?

La refonte complète de Elite 1 s’annonce plus que jamais très attendue pour la saison prochaine pour ne pas voir une telle situation se produire.

ADVERTISEMENT

Related

La Coupe du Monde de Rugby Féminin 2025 arrive en Angleterre. Inscrivez-vous ici pour être le premier à recevoir des informations sur la billetterie.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

f
finn 8 hours ago
Ireland and South Africa share the same player development dilemma

What a difference 9 months makes! Last autumn everyone was talking about how important versatile bench players were to SA’s WC win, now we’re back to only wanting specialists? The timing of this turn is pretty odd when you consider that some of the best players on the pitch in the SA/Ireland match were Osbourne (a centre playing out of position at 15), Feinberg-Mngomezulu (a fly-half/centre playing out of position at 15), and Frawley (a utility back). Having specialists across the backline is great, but its not always necessary. Personally I think Frawley is unlikely to displace Crowley as first choice 10, but his ability to play 12 and 15 means he’s pretty much guaranteed to hold down a spot on the bench, and should get a decent amount of minutes either at the end of games or starting when there are injuries. I think Willemse is in a similar boat. Feinberg-Mngomezulu possibly could become a regular starter at 10 for the Springboks, but he might not, given he’d have to displace Libbok and Pollard. I think its best not to put all your eggs in one basket - Osbourne played so well at the weekend that he will hopefully be trusted with the 15 shirt for the autumn at least, but if things hadn’t gone well for him he could have bided his time until an opportunity opened up at centre. Similarly Feinberg-Mngomezulu is likely to get a few opportunities at 15 in the coming months due to le Roux’s age and Willemse’s injury, but given SA don’t have a single centre aged under 30 its likely that opportunities could also open up at 12 if he keeps playing there for Stormers. None of this will discount him from being given gametime at 10 - in the last RWC cycle Rassie gave a start at 10 to Frans Steyn, and even gave de Klerk minutes there off the bench - but it will give him far more opportunities for first team rugby.

8 Go to comments
TRENDING
TRENDING Two broken legs and two more out long-term: Boks' worrying injury list Two broken legs and two more out long-term: Boks' worrying injury list
Search