Les All Blacks, l'Irlande et le haka

Par Ben Smith
Beauden Barrett salue Hugo Keenan à l'issue de la victoire de la Nouvelle-Zélande sur l'Irlande en quart de finale de la Coupe du Monde 2023 (Photo By Ramsey Cardy/Sportsfile via Getty Images).

L’arrière de la Nouvelle-Zélande Beauden Barrett a expliqué comment les All Blacks avaient utilisé le haka pour intimider les « cibles » irlandaises lors de la dernière Coupe du Monde (28-24).

ADVERTISEMENT
Rencontre
Coupe du Monde de Rugby
Ireland
24 - 28
Temps complet
New Zealand
Toutes les stats et les données

Opposée en quart de finale aux Néo-Zélandais, l’Irlande surfait avant cette rencontre sur une série de 17 victoires consécutives, avec notamment un succès sur l’Afrique du Sud en phase de poule du Mondial 2023 (13-8).

Les All Blacks avaient préparé le quart face à l’Irlande avec un fort sentiment de revanche, le XV du Trèfle ayant remporté en 2022 la série de tests sur le sol néo-zélandais pour la 1re fois de son histoire (2-1).

Barrett a expliqué que la vision des joueurs irlandais, alors qu’il exécutait la danse guerrière rituelle, lui avait fait remonter 2022 à la surface.

« Quand tu regardes ton rival pendant le haka, tu as des souvenirs, des flashbacks qui reviennent », explore Barrett dans le documentaire All Blacks : in their own words. On avait quelque chose en tête. »

Interrogé sur le ou les joueurs qu’il fixait personnellement, le meilleur joueur du monde World Rugby 2016 et 2017 a révélé les cibles N.1.

« Johnny (Sexton) », a-t-il répondu spontanément, avant de marquer une pause. « Peter O’Mahony… Typiquement ce genre de gars qui ont une cible sur la tête. »

ADVERTISEMENT

Les carrières internationales de Johnny Sexton et Beauden Barrett présentent de nombreux points de rencontre, les deux joueurs étant des éléments moteurs de la rivalité féroce entre Irlande et Nouvelle-Zélande depuis 2016.

En 2018, Sexton a privé Barrett d’un 3e sacre consécutif de meilleur joueur du monde, l’Irlandais étant notamment récompensé pour son influence lors des succès sur les All Blacks de Barrett.

O’Mahony avait fait parler de lui durant la série en Nouvelle-Zélande en traitant le capitaine néo-zélandais San Cane de « Richie McCaw du pauvre ».

Retour à la Coupe du Monde 2023. Devant 60 000 supporteurs irlandais qui ont envahi le Stade de France, les All Blacks sont les premiers à marquer. Ce qui a pour conséquence de faire baisser (légèrement) le volume sonore de l’enceinte francilienne.

ADVERTISEMENT

« Beaudy (Beauden Barrett, ndlr) tape un petit coup de pied par-dessus et récupère le ballon après le rebond », rappelle Jordie Barrett.

« Je vois que j’ai deux gars à l’extérieur, je savais qu’on avait un trois contre deux à jouer. »

Le dernier de la famille Barrett fixe le défenseur pour libérer l’espace à Leicester Fainga’anuku. Ce dernier combine un une-deux avec Rieko Ioane avant que l’ailier gauche ne marque le premier essai du match (13-0 pour les All Blacks à ce moment-là).

« La foule a fait un peu moins de bruit grâce à ce super début de match. »

Les Blacks s’attendaient à une réponse irlandaise, et elle a bien eu lieu : Bundee Aki puis Jamison Gibson-Park marquaient à tour de rôle. Deux joueurs qui jouent pour l’Irlande, mais Kiwis de naissance.

« Ils dominaient depuis 15-20 minutes, et on pouvait sentir qu’ils étaient bien là », se souvient Aaron Smith.

« Et puis Will Jordan a inscrit son essai. Boum. »

À 25-24, le talonneur All Black Codie Taylor reçoit un carton jaune derrière un essai de pénalité récompensant l’Irlande, et mettant en péril la revanche néo-zélandaise.

Dans les dernières minutes, Jordie Barrett effectuait un sauvetage miraculeux en défendant seul la ligne face au talonneur Ronan Kelleher, qui se voyait déjà faire basculer l’Irlande en tête.

« Ça s’est fait à l’instinct, sur le moment. Je me suis juste dit qu’il fallait que je mette mon corps sous le ballon », rapporte-t-il tout en modestie.

Alors son capitaine Sam Cane se charge de parler de cette action ô combien décisive : « La vérité, c’est que si Jordie ne réussit pas ce geste, on rentre à la maison ».

Cet article a été publié à l’origine en anglais sur RugbyPass.com et adapté en français par Jérémy Fahner.

 


ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Be the first to comment...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

S
Shaylen 6 hours ago
Brumbies the best team in Australia but still nothing to show for it

The Brumbies have been the strongest side in Australia for a long time and that was down to their forwards and set piece which has always been good and has always been able to dominate their Australian counterparts. This year the lack of maul tries and also the lack of a stable scrum has been a real problem which was also something Nick alluded to in his article this week about the creaking brumbies tight five. Home advantage is key as you say and the Brumbies must find a way to score more bonus points. If the Brumbies are really serious about winning a title they need to do what Kiwi sides at the top do. They need to smash every Aus side with a bonus point at home while claiming losing bonus points in every game they lose and denying their rivals bonus points. In their 3 losses in NZ this year they were smashed. They only scored 60 tries which is middle of the road, their scrum came in at 73% which was one of the worst in the comp, tackle success at just 83% which was right at the bottom and in terms of metres, clean breaks, carries, offloads and rucks built they were in the middle plus they had the most yellows. They basically were just not dominant enough wile they can improve their discipline. They excelled at kicking and won plenty of lineout ball plus their rucks were secure at 97%. Not sure about turnovers but they weren’t bad there. They just need to be more clinical and give away less and they will give themselves the best chance to win the title.

9 Go to comments
FEATURE
FEATURE Gatland braces himself for a summer of short term pain for long term gain Gatland braces himself for a summer of short term pain for long term gain
Search