La finale Toulouse-Leinster, vue d’Irlande

Par Idriss Chaplain
Dublin , Irlande - 20 mai 2024 ; Le ballon du match de la finale de l'Investec Champions Cup 2024 avant une séance d'entraînement de l'équipe de rugby du Leinster à l'UCD à Dublin. (Photo par Harry Murphy/Sportsfile via Getty Images)

Ce samedi 25 mai 2024, le Stade Toulousain et le Leinster se retrouvent au Tottenham Stadium de Londres pour la septième finale franco-irlandaise de l’histoire de la Champions Cup, la première jouée en Angleterre après des passages par l’Irlande (deux fois à Dublin), par le Pays de Galles (deux fois à Cardiff), par l’Espagne (Bilbao) et par la France (Marseille).

ADVERTISEMENT

Ce sont tout simplement les deux équipes les plus titrées qui se retrouvent pour une affiche dont on ne saurait dire si elle est équilibrée ou non.

Jusqu’ici, seul le Stade Rochelais a réussi à dompter une équipe irlandaise en finale, le Leinster, franchise pourtant connue pour broyer ses adversaires. Et ça, le Stade Toulousain peut en témoigner…

Video Spacer

Walk the Talk – Ardie Savea Trailer | RPTV

All Blacks ace Ardie Savea chatted to Jim Hamilton in Japan, reflecting on the RWC 2023 experience, life in Japan, playing for the All Blacks and what the future holds. Watch now on RugbyPass TV

WATCH NOW

Video Spacer

Walk the Talk – Ardie Savea Trailer | RPTV

All Blacks ace Ardie Savea chatted to Jim Hamilton in Japan, reflecting on the RWC 2023 experience, life in Japan, playing for the All Blacks and what the future holds. Watch now on RugbyPass TV

WATCH NOW

Mais comment ce match est-il perçu du côté irlandais ?

Rencontre
Investec Champions Cup
Leinster
22 - 31
Temps complet
Toulouse
Toutes les stats et les données

« Ce sera du 50-50 »

En Irlande, cette affiche entre Toulouse et le Leinster – qui regorge d’histoire et de records potentiels – est perçue comme une opposition au sommet entre les deux meilleures équipes d’Europe.

Pour le journaliste de The Irish Independant Brendan Fanning, interrogé par RugbyPass, « c’est du 50-50 ».

« Il s’agit d’un véritable test psychologique pour le Leinster qui pourrait perdre une troisième finale de suite et c’est quelque chose que les Irlandais craignent. Une défaite serait difficile à encaisser pour Leo Cullen », dit-il.

L’an dernier, le Stade Toulousain était épuisé après un quart de finale contre le Munster qui s’était achevé aux tirs au but et n’avait pas existé contre le Leinster.

ADVERTISEMENT

« Le Leinster aime tirer profit de ces situations. Les Toulousains ne seront pas aussi fatigués cette fois. Le Leinster a la force de compter sur un effectif rempli de très bons joueurs, mais contrairement à Toulouse, ils n’ont pas autant de ce qu’on pourrait appeler des ‘facteurs X’. Toulouse, c’est une équipe qui veut imposer un tempo très élevé. Quand elle y arrive, elle est non seulement très efficace mais aussi merveilleuse à voir jouer », remarque Brendan Fanning.

Pour le journaliste, la clé du match se trouvera dans la défense des rucks. « Les Toulousains doivent attaquer les rucks comme jamais. À la place des Toulousains, je serais inquiet après le match contre les Harlequins. Ils ont rendu énormément de ballons qui ont permis aux Anglais de trouver beaucoup d’espaces dans la défense et d’enchaîner les temps de jeu. S’ils manquent d’agressivité contre le Leinster comme ça a été le cas contre les Harlequins, ils vont se faire punir. Ils ne doivent pas laisser le Leinster enchaîner les temps de jeu. »

« Couper les connexions entre Gibson-Park et Lowe »

Liam Heagney, éditorialiste pour RugbyPass, va dans le sens de Fanning et insiste sur l’importance du retour de l’ailier Hugo Keenan. Mais, pour lui, c’est surtout la connexion entre Jamison Gibson-Park et James Lowe que les Toulousains doivent cibler.

« L’attaque du Leinster repose sur ça. Leur connexion est efficace mais elle ne crée pas le doute chez les adversaires. Pour briller, ils ont besoin d’un gros pack devant eux. Sauf que le pack du Leinster est meilleur avec Connors en 7 qu’avec Josh van der Flier », analyse-t-il.

ADVERTISEMENT

Autre problème potentiel souligné par Heagney : une légère perte d’identité constatée ces derniers temps.

« En temps normal, l’enthousiasme serait de mise autour du Leinster parce que c’est une équipe qui pratique un beau rugby. Sauf qu’ils ont fait une mauvaise deuxième mi-temps contre Northampton et qu’ils restent sur une défaite contre l’Ulster en championnat », glisses-t-il.

« On a l’impression qu’ils cherchent plus à gagner en défendant à la Nienaber qu’en attaquant comme ils l’ont fait jusqu’ici. Quand ils ont battu Leicester et La Rochelle, on aurait cru l’Irlande qui a détruit la France dans le Six Nations. Mais contre Northampton, on a plus eu l’impression de revoir le match de l’Irlande contre l’Écosse, un match gagné à l’arrache. »

« Un choc entre les deux meilleurs 9 du monde »

Ancien entraîneur de l’équipe universitaire de UCC (University College of Cork), Mike McCarthy voit plutôt un match équilibré et ne voit pas la physionomie de la demi-finale 2023 se reproduire.

« L’équipe qui l’emportera sera celle qui arrivera à éteindre le demi de mêlée adverse », prophétise-t-il. « Dupont, c’est un génie, mais la troisième ligne du Leinster a les armes pour l’empêcher de jouer. Gibson-Park est en feu du côté du Leinster. Il est capable de sortir les ballons tellement vite des rucks, c’est ce qui fait de lui l’un des meilleurs 9 du monde. »

En tant que vrai supporter du Munster, McCarthy « n’en a pas grand-chose à faire de voir le Leinster perdre, surtout après avoir vu Ronan O’Gara les battre deux années de suite avec La Rochelle ».

Pour lui, le bilan récent du Leinster en finale de Champions Cup – trois défaites sur les trois dernières finales dont deux de rang – peut peser dans les têtes. « Le Leinster, c’est un peu le roi du ‘choke’, surtout vu la qualité de cette équipe et, en face, il y a Ramos. Il peut faire craquer n’importe qui. »

Sauf que l’histoire ne plaide pas en faveur du Stade Toulousain.

Un bilan négatif pour les Français

1999 – La première finale entre un club français et une franchise irlandaise se tient le 30 janvier 1999 en Irlande, à Landsdowne Road. À l’époque, les clubs anglais ne prennent pas part à la compétition, ce qui donne un format bien plus réduit que celui que l’on connait aujourd’hui. C’est pour cela que la finale se joue dès janvier.

L’US Colomiers de Fabien Galthié, alors place forte du rugby français et finaliste du championnat de France l’année suivante, affronte l’Ulster et se retrouve totalement dominée (21-6). Un signe annonciateur de ce qui allait suivre…

2006 – Il faut attendre sept ans pour revoir une finale franco-irlandaise. Cette fois, au Millennium Stadium de Cardiff, le Munster, que l’on surnomme alors « le meilleur club à n’avoir jamais remporté la Coupe d’Europe », se retrouve face au Biarritz Olympique, champion de France en titre et qui conservera son Brennus quelques jours plus tard.

Les Biarrots tiennent le coup et n’ont qu’un point de retard à dix minutes de la fin, mais le pack des Munstermen est trop solide. Ronan O’Gara, dont on reparlera plus bas, crucifie finalement Biarritz sur une dernière pénalité. Score final : 19-23.

2008 – Deux ans plus tard, même stade, même adversaire : le Stade Toulousain s’avance face à un redoutable Munster qui sait désormais comment gagner. Véritable rouleau compresseur, le Munster s’appuie sur sa recette simple et efficace, faite de combat devant. Les Toulousains, malgré le carton jaune de Fabien Pelous, réussissent à revenir à 13-13 mais, encore une fois, la botte d’O’Gara score 3 points décisifs après une dernière faute de… Pelous.

2018 – Un trou de dix ans sépare cette finale de celle qui oppose le Leinster et le Racing 92 au Stade San Mamés de Bilbao, en 2018. Entre temps, le Leinster a décroché trois étoiles de champion d’Europe. En Espagne, l’expérience fait encore la différence au terme d’une finale serrée et le Leinster l’emporte de 3 points (15-12) sur le Racing.

2022 – Ce n’est qu’en 2022, à Marseille, que la roue tourne enfin pour le rugby français. Les Rochelais, cette fois sous les ordres du Munsterman Ronan O’Gara, parviennent à faire craquer le Leinster en toute fin de match, sur un essai de filou d’Arthur Retière – aujourd’hui Toulousain – après plusieurs séquences à zéro passe sur la ligne (24-21).

2023 – En 2023, peu donnent cher de la peau des Rochelais qui retrouvent le Leinster chez lui, à l’Aviva Stadium de Dublin. À domicile, les Leinstermen prennent vite le large au début d’une finale qui laisse présager d’une rencontre à sens unique. Le Leinster marque trois essais en 13 minutes et mène 17-0.

Mais c’est mal connaître les ressources des Maritimes qui, progressivement, reviennent au contact. Leur puissance physique finit, une nouvelle fois, par faire sombrer les hôtes et c’est d’un petit point que le Stade Rochelais s’impose pour faire un doublé qui semblait inconcevable après 17 minutes de jeu. (27-26)

Un défi XXL pour les Toulousains

Du côté des Rouge et Noir, aucun adversaire n’est plus craint que le Leinster. Les Toulousains ont mordu la poussière lors des deux demi-finales précédentes contre des Irlandais dont le style semble être la kryptonite du jeu dans le désordre si cher à l’équipe d’Ugo Mola.

Rendez-vous ce samedi 25 mai pour voir si le très joueur Stade Toulousain réussira, enfin, à briser sa malédiction contre l’ultra puissant Leinster.

Face à face

5 dernières rencontres

Victoires
4
Nuls
0
Victoires
1
Moyenne de points marqués
33
19
Le premier essai gagne
40%
L'équipe recevante gagne
80%

LES 7 FINALES FRANCO-IRLANDAISES EN CHAMPIONS CUP

  • Ulster 21-6 Colomiers | 30 janvier 1999 | Lansdowne Road (Dublin, Irlande)
  • Munster 23-19 Biarritz Olympique | 20 mai 2006 | Millennium Stadium (Cardiff, pays de Galles)
  • Munster 16-13 Stade Toulousain | 24 mai 2008 | Millennium Stadium (Cardiff, pays de Galles)
  • Leinster 15-12 Racing 92 | 12 mai 2018 | San Mamés (Bilbao, Espagne)
  • Stade Rochelais 24-21 Leinster | 28 mai 2022 | Stade Vélodrome (Marseille, France)
  • Stade Rochelais 27-26 Leinster | 20 mai 2023 | Aviva Stadium (Dublin, Irlande)

Related

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Be the first to comment...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

FEATURE
FEATURE Gareth Thomas: 'I’ve always thought I was a bit like Dan Carter.' Gareth Thomas: 'I’ve always thought I was a bit like Dan Carter.'
Search