Top 14 / Pro D2 : l'autre replay (6-9 juin)

Par Idriss Chaplain
Vannes, champion de France de ProD2

Fidélité, déception et marée humaine : RugbyPass dresse son bilan du week-end du 6 au 9 juin 2024 en Top 14 et en Pro D2.

Ce qu’il restera du week-end : Le raz-de-marée breton

L’hermine a remplacé la croix occitane le temps d’un match historique le samedi 8 juin 2024 dans les tribunes d’Ernest-Wallon à Toulouse.

ADVERTISEMENT

Au terme d’une rencontre serrée jusqu’au bout face à de valeureux Grenoblois – qui s’inclinent pour la troisième fois en trois finales de Pro D2 disputées à Ernest-Wallon – les Vannetais ont réalisé l’exploit de remporter le titre de champion de deuxième division.

La fraîcheur du Vannes d’un Ruru étincelant, sous les yeux de Nolann Le Garrec présent en tribunes, a eu raison de l’expérience de Grenoble. Le RCV devient ainsi le premier club de Bretagne à s’installer en Top 14, huit ans après être passé professionnel à la suite de son arrivée en Pro D2 en 2016.

L’image de ces milliers de fans bretons, partis en bus à 4h du matin et qui affichaient déjà leurs couleurs du côté des Halles de la Cartoucherie quelques heures avant la rencontre, sur la pelouse aux côtés de leurs héros restera à jamais gravée.

La décla du week-end : « Je suis dégoûté »

Le Grenoblois Geoffrey Cros avait la défaite en travers de la gorge après cette rencontre. Grenoble a tenté de percer la muraille vannetaise pendant 80 minutes mais n’a jamais réussi.

L’ancien Bordelais déclarait après la rencontre au micro de Canal + : « Elle était à portée de main et on la perd nous-mêmes. » S’il n’a pas manqué de saluer l’adversaire, qui « mérite amplement sa montée », Cros restait amer. « C’est du gâchis, je suis dégoûté. Il y avait la place. »

Le natif de Nice avait même du mal à se projeter sur l’access-match contre Montpellier. « Ça n’aura pas la même saveur. »

Les hommes du week-end : Goulven Le Garrec / Jean-Noël Spitzer, le bal des fidèles

Ce sont ces belles histoires qui font que l’on aime tant le rugby.

ADVERTISEMENT

D’un côté, nous avons Jean-Noël Spitzer, 50 ans, natif du Morbihan, ancien troisième ligne du RC Vannes et entraîneur principal de l’équipe première depuis 2005.

De l’autre, on retrouve Goulven Le Garrec, père de Nolann, champion du monde des moins de 20 ans avec l’équipe de France en 1995, professeur d’EPS et premier joueur breton à être passé professionnel avec Bordeaux en 1996.

Ensemble, ils ont pris l’équipe alors qu’elle était en Fédérale 2. À force de travail et de persévérance, ils ont fait progresser et évoluer le Rugby club vannetais pour l’emmener au plus haut échelon national, après l’avoir fait monter en Fédérale 1, puis en Pro D2, où ils ont d’abord perdu trois demi-finales avant d’aller chercher le titre.

« On a mis dix ans pour accéder de Fédérale 1 à la Pro D2. Ici, on doit travailler plus qu’ailleurs. Il y a un travail de l’ombre en interne qui est énorme et qui n’est connu de personne », déclarait Goulven Le Garrec à Ouest-France en 2018. « Aujourd’hui, le rugby français nous respecte. L’objectif est de stabiliser le club, d’être constant dans les résultats, et d’assurer le maintien au plus vite, afin de devenir une équipe forte de Pro D2. Il faut respecter les étapes. Il n’est pas raisonnable d’évoquer autre chose. » Ces mots n’ont jamais résonné aussi fort qu’aujourd’hui…

ADVERTISEMENT

Saluons également le All Black Sam Whitelock, double champion du monde et légende de l’histoire du rugby international, qui a mis un terme à sa carrière ce samedi du côté de Pau en s’offrant un dernier essai au terme de l’ultime action du dernier match de la saison paloise au Hameau.

Related

L’action du week-end : Kaulashvili s’envole

C’est fou, le rugby moderne. Aujourd’hui, n’importe quel pilier peut faire une percée, un cadrage et une course en solitaire pour aller aplatir derrière la ligne, comme l’a prouvé le Bordelais Lekso Kaulashvili.

À la 21e minute, après une belle percussion à l’entrée des 40 mètres où l’on pensait le voir aller au sol pour libérer, le Géorgien s’est échappé pour ensuite aller fixer Ikpefan d’une feinte de passe extérieure, résister au retour de Bouraux et s’effondrer dans l’en-but.

Un superbe travail digne d’un trois-quarts centre.

Le pilier géorgien de Bordeaux-Bègles, Lekso Kaulashvili (G) avec le ballon pour marquer un essai lors du match de rugby entre l’Union Bordeaux-Bègles (UBB) et l’Union Sportive Oyonnax Rugby au stade Chaban-Delmas à Bordeaux, le 8 juin 2024. (Photo by Christophe ARCHAMBAULT / AFP) (Photo by CHRISTOPHE ARCHAMBAULT/AFP via Getty Images)

Dans les faits : La meilleure défense a cédé du terrain (un peu)

La Rochelle termine la saison régulière avec la meilleure défense du Top 14 (496 points encaissés, dont seulement 187 à domicile). Pour autant, les hommes de Ronan O’Gara ont fini par craquer en fin de rencontre sous les assauts des visiteurs qui repartent avec un point de bonus défensif les envoyant en barrages.

Avant la rencontre, L’Équipe mais aussi le journal Sud Ouest soulignaient le fait que ce Stade Rochelais en progression devait retrouver la recette de ce qui avait fait sa force jusqu’ici, à savoir le jeu au sol.

Or, si le Racing a pu rester au contact et à portée de bonus tout au long de la rencontre, c’est grâce à la botte de Tristan Tedder, qui a capitalisé sur les pénalités concédées par les Rochelais. En revanche, sur le plan offensif, ces derniers se sont montrés plus incisifs, comme le montrent les six franchissements (contre 0 côté Racing) réalisés au cours de la rencontre.

Désormais, si les deux équipes doivent se retrouver, ce sera forcément en finale…

L’ailier anglais de La Rochelle Jack Nowell marque un essai lors du match entre le Stade Rochelais (La Rochelle) et le Racing 92 au stade Marcel-Deflandre de La Rochelle, le 8 juin 2024. (Photo by XAVIER LEOTY / AFP) (Photo by XAVIER LEOTY/AFP via Getty Images)

Le chiffre du week-end : 13

À l’instar des Grenoblois plus tôt dans la journée, les joueurs castrais affichaient une mine abattue après le coup de sifflet final du match remporté contre Bayonne sur la pelouse de Jean-Dauger (17-28).

Une frustration compréhensible quand on sait que, pendant 13 minutes, Castres était virtuellement en barrages de Top 14. La donne était simple pour le CO : il fallait gagner à Bayonne en espérant que le Racing ne prenne aucun point à La Rochelle.

Après un début de match mal embarqué sous des trombes d’eau, Castres était mené 17-6 à la mi-temps et disait adieu à ses rêves de barrages.

Mais les Castrais se sont ensuite repris, inscrivant trois essais et ne concédant pas le moindre point. Dans le même temps, La Rochelle avait passé trois essais contre un Racing 92 impuissant. Les supporters du CO, venus en nombre dans le Pays basque, commençaient à exulter. Sur le banc, les joueurs castrais étaient réunis pour regarder la fin de la rencontre entre La Rochelle et le Racing. Ils ont pu voir en direct les Racingmen inscrire finalement l’essai du bonus en toute fin de match et leur chiper la sixième place.

Le deuxième-ligne fidjien de Castres, Leone Nakarawa, échappe à un plaquage de l’ailier gauche français de Bayonne, Rémy Baget, lors du match entre l’Aviron Bayonnais (Bayonne) et le Castres Olympique au stade Jean-Dauger de Bayonne, le 8 juin 2024. (Photo by ROMAIN PERROCHEAU / AFP) (Photo by ROMAIN PERROCHEAU/AFP via Getty Images)

À suivre…

Ce week-end, trois matchs cruciaux se joueront en l’espace de deux jours. Samedi 15 juin, à 21h05, le RC Toulon (4e) accueillera La Rochelle (5e) dans un Stade Mayol qui promet d’être bouillant. Le vainqueur affrontera le Stade Toulousain (1e) en demi-finale de Top 14.

Dimanche 16 juin, à 18h00, Grenoble aura une deuxième et dernière chance d’accéder au Top 14 2024/2025 à domicile, au Stade des Alpes, contre un Montpellier (13e) qui comptera sur son expérience pour remporter cet access-match. Enfin, à 21h05, l’Union Bordeaux-Bègles (3e) recevra le Racing 92 (6e) pour le second match de barrages. Le vainqueur retrouvera le Stade Français (2e).

Photo : @RugbyClubVannes


ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

M
Mzilikazi 2 hours ago
Is Ireland versus South Africa a battle for the title of ‘world champions’?

Very good article, Nic, and I find agreement with what you write virtually 100%. I think this two mach series has increasingly become one which will be very difficult for Ireland to win. After the first game of the last 6N, I would have been very full of confidence taking on the Boks in SA. France beaten by a big margin in France, it looked as if Ireland had emerged in fine form from the World Cup, despite the very narrow loss to the AB’s. But after that game, a slide began, ending with the defeat to England. Ireland were very fortunate to win this years 6N ! And as you so fully expose, this has not been a good season for Leinster, or indeed, in my view, for any Irish province. The Leinster loos to the Bulls, and then Munster letting a glorious chance slip to the Glasgow Warriors down at Thomond. Man, that one will really hurt. And both Connacht and Ulster have at times looked very poor this seaso, bith heavily beaten on occassion. The loss of both Gibson Park and Keenan are huge blows, especially Gibson Park. And there is really only one clear class 10 in the touring party, Jack Crowley, and he is still a very young player learning his trade. If he goes down, heaven help Ireland. And in my view, Ireland do not have a good scrummaging front row, SA do, and in great depth too. But despite all this doom and gloom, I always believe my team can win. Not that they will win, just can ! Ireland will still field what is the best and most talented team overall that I have seen in my lifetime. But the coaching group will really have to step up, no awful decisions like the one made against the AB’s in the QF….keeping the totally spent and poorly performing(on the day) Sexton on for the full 80mins, leaving Crowley on the sidelines. Ireland should never have lost that game !

62 Go to comments
S
Shaylen 5 hours ago
Is Ireland versus South Africa a battle for the title of ‘world champions’?

Ireland have all the tools required to hurt SA. They develop quick ball, hold onto the ball for long periods, stretch the game when its on, have powerful mobile forwards, a good kicking game and they can hold their own in the scrum. They also can force turnovers regularly and in general do well at the breakdown. When Munster, the Ospreys and Glasgow all won games in SA this year against the Bulls and Stormers they did just that and won. It is also the reason why Ireland won the game at the world cup last year. The problem for Ireland is that SA have all the tools required to hurt them as well and hurt them a great deal more than England did in the Six Nations. They are physical and powerful at the set piece, they rush up and counter the Irish attacking system and they can really attack the breakdown and slow your ball down. Their counterattacking threat is also a big weapon and they score many tries from turnover turning defence into offence in a second. Toulouse and the Bulls nailed Leinster in this way and Glasgow did the same thing to Munster. So the series will be really interesting because both sides are so good at countering each other. Interested to see what kind of surprises Tony Brown springs and how the SA game develops. Feel like SA have more potential to surprise Ireland but then a new coaching set up as well as the fact that Japanese and foreign based players tend to take about 5 to 6 weeks to get up to speed might work in Irelands favour. SA have shipped at least one game in 4 of the last 5 June/July test windows going back to 2018 for this exact reason.

62 Go to comments
FEATURE
FEATURE Eddie Jones turns to university talent in second coming as Japan coach Eddie Jones turns to university talent in second coming as Japan coach
Search