SVNS 2024 : les nouvelles tactiques qui feront la différence

Par Willy Billiard
France training session prior to the HSBC London Sevens at Wasps FC on 18 May, 2023 in London, United Kingdom. Photo credit: Mike Lee - KLC fotos for World Rugby

Lancée au cours d’une saison olympique, la première saison du tout nouveau HSBC SVNS promet de porter le rugby à sept à un niveau supérieur lorsqu’il débutera à Dubaï le 2 décembre.

ADVERTISEMENT

L’un des aspects fascinants sera de voir si d’autres stars mondiales du rugby à XV imiteront Antoine Dupont et l’Australien Michael Hooper pour tenter leur chance dans la version courte du sport, qui présente tous les meilleurs aspects du XV.

Dupont ne fait pas partie de l’équipe de France pour le tournoi d’ouverture de cette semaine à Dubaï. Il se lancera en janvier et devrait participer au volet américain du HSBC SVNS 2024, avec des étapes à Vancouver et Los Angeles, avant la grande finale à Madrid.

La façon dont les équipes intègrent les joueurs ayant une expérience limitée du Sevens dans les effectifs existants et gèrent les rotations donne au SVNS un avantage supplémentaire, d’autant plus qu’il existe un système de promotion et de relégation entre la série principale et le World Rugby HSBC Sevens Challenger.

A trop expérimenter on risque de se brûler les doigts sur un circuit mondial qui se jouera dans huit lieux emblématiques aux températures clémentes, de Dubaï le premier week-end de décembre à Madrid en mai/juin.

Les fans qui auront la chance d’y assister seront témoins d’un large éventail de styles de jeu, car les 12 équipes masculines et les 12 équipes féminines ont toutes leur propre ADN. Les stars du XV qui changeront d’environnement devront s’adapter rapidement.

Matthew Johnston a passé dix ans en tant qu’analyste sur le circuit mondial de rugby à sept, d’abord avec Rugby Australia et maintenant en tant que responsable de l’analyse de la haute performance à World Rugby. Au cours de cette période, il a vu comment le rugby a progressé avec l’ajout de différentes couches de nuances tactiques.

Règles du renvoi

Prenons le renvoi. Il est communément considéré comme la troisième forme de phase statique – avec la mêlée et la touche – car, contrairement au XV, la possession du ballon est toujours reine.

ADVERTISEMENT

« L’une des raisons pour lesquelles l’Argentine a connu un tel succès dans les Series l’année dernière et s’est qualifiée automatiquement [pour les Jeux olympiques] pour la première fois, c’est sa capacité à récupérer le ballon au moment du renvoi, mais aussi à varier son jeu au pied, à passer de coups de pied que les adversaires peuvent contester à des coups de pied longs en coin et à mettre la pression sur l’adversaire de cette manière », observe Matthew Johnston.

Comme au XV, les coups de pied offensifs sont devenus plus fréquents au rugby à sept, les équipes cherchant à contourner les défenses bien en place.

Jeu au pied

« Certaines équipes laissent le champ arrière ouvert et ont sept joueurs en première ligne de défense, au lieu de six et un “balayeur”, surtout dans le rugby féminin, alors vous devez trouver un autre moyen de casser cette ligne ou de les traverser lorsque vous êtes l’équipe attaquante.

« Les Australiennes, par exemple, sont très douées pour varier avec Charlotte Caslick en tant que “balayeuse”, où elle représente également une énorme menace pour la récupération, et la faire monter sur la ligne. Vous risquez donc de voir ce petit coup de pied dans le dos contre elles lorsqu’elles choisissent de se passer d’une balayeuse. »

Les Argentins sont passés maîtres dans l’art d’exploiter les espaces derrière la ligne défensive. Marcos Moneta, le Joueur World Rugby de l’Année 2021, est l’homme qui en tire le plus avantage, sa vitesse hallucinante lui permettant de remporter la majorité des courses sur les coups de pied à suivre.

ADVERTISEMENT

Pas moins de 26 des 228 essais de Los Pumas Sevens sur les Series 2023 proviennent directement de coups de pied, soit 44 % de plus que les équipes classées deuxièmes dans cette catégorie, les Samoa et l’Afrique du Sud.

De même, l’équipe féminine d’Irlande n’est pas étrangère à l’utilisation de ce petit coup de pouce dans le dos, pour tirer parti de la vitesse d’Amee Leigh Murphy Crowe et de Beibhinn Parsons.

Possession

Comme dans tout sport, certaines équipes vont à l’encontre des tendances générales. Ainsi, que ce soit les Fidjiens ou les Français, ces deux équipes sont arrivées dans le top 4 du HSBC World Rugby Sevens Series 2023 bien qu’elles aient eu moins de 50 % de possession du ballon.

« La possession est essentielle, il n’y a aucun doute là-dessus, vous avez besoin du ballon. Mais vous devez être efficace avec votre possession », ajoute Johnston.

« Les Australiens ont été les plus efficaces pour transformer en points la possession du ballon dans les 22 adverses, marquant un essai dans un peu plus des trois-quarts du temps (76 %) où ils sont entrés dans la “zone rouge”.

« Beaucoup de statistiques de possession sont liées au style de jeu d’une équipe. Par exemple, les Néo-Zélandaises passent avec beaucoup de largeur et gardent le ballon en jeu, et elles sont proches d’un taux de possession de 55 % à chaque match. »

Il est intéressant de noter que les Sud-Africains dominent habituellement la possession du ballon, mais que l’année dernière, ils n’ont eu que 47 % de possession et n’ont pas réussi à se hisser parmi les quatre premiers pour la première fois depuis longtemps.

Tactiques de mêlée

Les mêlées, autrefois considérées comme un moyen de relancer le jeu, sont devenues plus fréquentes au rugby à sept, l’option du coup de pied de pénalité rapidement joué devenant moins attrayante.

« Comme les arbitres peuvent être très stricts sur l’endroit où une pénalité rapide doit être exécutée, si vous ne pouvez pas prendre l’avantage en l’exécutant immédiatement, autant rassembler le plus de joueurs possible au même endroit et en avoir six enfermés dans la mêlée », estime Johnston, expliquant l’évolution vers la mêlée.

Dans le rugby féminin, l’option de la mêlée a fait un grand bond après la pandémie, passant d’une moyenne de 3,3 par match en 2020 à 4,9 par match aujourd’hui.

« En enfermant huit joueuses dans une mêlée, en particulier au centre du terrain, l’équipe qui défend peut se retrouver vulnérable en un contre un, et les joueuses rapides comme l’Irlandaise Murphy Crowe sont redoutables pour exploiter ce genre de situation. »

Les mêlées sont préférées aux coups de pied en coin si les équipes choisissent de ne pas taper, la touche étant considérée comme l’approche la plus risquée.

Récupérer le ballon

« La touche n’est pas une source de possession garantie, car elle est plus facile à lire pour les défenses en raison d’un manque de variété.

« On ne voit plus que très rarement des touches à deux ou quatre joueurs, c’est maintenant plutôt du trois contre trois.

« Beaucoup d’équipes se contentent d’utiliser le ballon en saut avant, en essayant de sauter en l’air le plus rapidement possible, de sorte que si un lancer est trop bas, l’adversaire peut le saisir et battre le joueur en l’air. »

Avec Sam Dickson, notamment, et Scott Curry qui dominent le jeu aérien depuis des années, la Nouvelle-Zélande est la meilleure élève pour voler les touches adverses. Un peu moins de 30 % des lancers adverses (28/92) ont été remportés par les All Blacks Sevens lors des dernières Series.

Le temps compte

Heureusement, le respect strict du chronométrage des phases statiques n’a pas eu d’impact négatif sur le temps de jeu effectif.

Lors de la Coupe du Monde de Rugby 2023, seuls deux des 48 matchs ont eu un temps de jeu effectif moyen supérieur à 40 minutes, et la moyenne lorsque deux équipes très performantes se sont affrontées était légèrement inférieure à 35 minutes.

Sur les Series 2023, il y avait une moyenne de 50 % de temps de jeu effectif dans les tournois masculins et féminins.

Le nombre de pénalités

En plus d’obtenir plus de mêlées sur pénalités, les équipes masculines sont désormais plus enclines à envisager de tenter un tir au but. Alors qu’il n’y avait pas une seule pénalité bottée dans les Series en 2020, il y en a eu quatre en 2022 et neuf l’an dernier.

Cela peut s’expliquer en partie par la compétitivité des Series, où environ 40 % des matchs chez les hommes l’an dernier se sont soldés par un écart de sept points ou moins. Compte tenu des faibles écarts et du fait que les défenses sont si bien organisées, les équipes sont plus enclines à prendre les points qui leur sont offerts.

Imprévisible

Si les experts comme Johnston savent lire le jeu et repérer les tendances qui se dessinent, aucune analyse ne peut prédire certains événements.

Personne n’aurait pu prévoir en effet que l’Uruguayen Guillermo Lijtenstein ferait avancer le ballon sur un coup de tête pour marquer un essai au Sydney Sevens – bien avant que Joe Marler ne fasse une passe de la tête pour offrir un essai pour l’Angleterre à la Coupe du Monde de Rugby 2023.

« J’adore le rugby à sept, c’est un sport fabuleux. Le fait qu’il s’agisse de notre format olympique revêt évidemment un caractère exceptionnel, mais il l’est aussi parce qu’il peut être joué de tant de manières différentes », affirme Johnston, enthousiasmé par la perspective du HSBC SVNS 2024 qui se profile à l’horizon.

« Il conserve tous les éléments traditionnels du rugby – attraper, passer, plaquer, etc. mais avec d’autres éléments qui s’y ajoutent.

« Il y a beaucoup de public, des déplacements sur de longues distances, des circonstances inhabituelles, et les joueurs doivent être capables de se concentrer puis de décrocher, et de repartir après une déception.

« Physiquement, c’est très exigeant, mais on sous-estime probablement l’importance du défi mental que cela représente aussi. »

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Be the first to comment...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

TRENDING
TRENDING Ex-England flyhalf says Crusaders downfall means series win over the All Blacks a 'realistic chance' Ex-England flyhalf on series win over ABs
Search