Stuart Hogg révèle pourquoi il a arrêté plus tôt que prévu

Par Liam Heagney
(Photo by David Rogers/Getty Images)

Stuart Hogg a révélé comment la souffrance lors de l’entraînement de pré-saison avec l’Écosse l’a convaincu d’avancer la date de sa retraite sportive. Le joueur de 31 ans avait annoncé plus tôt en 2023 qu’il arrêterait à la fin de la prochaine Coupe du Monde de Rugby en France, mais il a finalement pris sa retraite avec effet immédiat le 9 juillet dernier après avoir échoué à satisfaire aux normes élevées qu’il attendait de lui-même lors de l’entraînement de l’équipe national de rugby.

ADVERTISEMENT

L’ancien arrière a depuis été annoncé comme nouveau chroniqueur de rugby sur TNT Sports pour la prochaine saison 2023/24 et son interview de présentation avec la chaîne a levé le voile sur les raisons exactes qui l’ont poussé à mettre un terme à sa carrière avant le mondial, où l’Écosse commence par un match de poule le 10 septembre face à l’Afrique du Sud à Marseille.

« C’était horrible, ces quelques semaines ont été horribles », reconnaît-il, expliquant les circonstances qui ont conduit à l’annonce surprise du mois dernier. « Je me souviens qu’à ce moment-là, je me disais : ‘Je suis absolument foutu, je me sens émotionnellement et physiquement vidé par le rugby’.

« Ce qui était intéressant, c’est que je m’étais fait opérer du genou et que ça m’a éloigné du rugby, ça m’a permis de travailler d’autres domaines… Je suis revenu mais je n’arrivais pas à repartir. Je suis revenu et je n’ai pas réussi à me remettre en route. Mon corps dicte mon humeur et si mon corps ne se sent pas bien, ça n’ira pas. »

Ces sentiments ont finalement abouti à des discussions avec sa famille et son agent au cours de la saison dernière, au cours desquelles Hogg a pris la décision de terminer sa carrière après la Coupe du Monde de Rugby 2023. « J’ai dit que ça suffisait. J’en ai assez de me sentir comme ça. Je n’avais pas l’impression d’atteindre les standards que je me fixais et je me suis dit qu’il fallait en finir parce que je ne voulais pas gâcher tout ce que j’avais fait au cours des 13, 14 dernières années.

« Lorsque j’ai annoncé ma retraite, je pensais la prendre après la Coupe du monde, pour prendre un peu de recul, tout remettre en ordre, puis de reprendre la pré-saison avec l’Écosse et de donner un dernier coup de pied dans le ballon. Mais c’était exactement le même sentiment que j’avais en pré-saison et j’avais l’impression d’être à des kilomètres du rythme.

« J’étais à côté de tout, j’étais le plus lent et je me disais que je n’avais jamais vécu ça auparavant. J’étais à l’agonie, le terrain était dur, les séances impossibles, et j’en étais arrivé à un point où j’étais épuisé physiquement et émotionnellement. Nous avons eu quelques vacances, du temps libre, et je suis revenu ici et j’ai dit à Gill que je ne pouvais plus le faire, que je ne pouvais vraiment plus le faire.

ADVERTISEMENT

« C’est horrible, absolument horrible parce que j’ai 30 ans et je me dis que c’est bon, que c’est fini, que c’est bien trop jeune pour prendre sa retraite, mais l’âge ne veut rien dire et je me sens comme tous ces types de 35, 36 ans ; je ne peux plus physiquement.

« Lorsque vous n’atteignez pas les objectifs que vous vous êtes fixés, vous essayez de les abaisser légèrement pour tenter de les atteindre. J’allais à l’entraînement, je m’entraînais aussi dur que possible et j’avais du mal à bouger le lendemain. J’avais l’impression que ce n’était pas sain et j’ai décidé d’arrêter là. »

Ce qui a aidé Stuart Hogg à prendre sa décision, c’est la réaction de Gregor Townsend, le sélectionneur de l’Écosse, lorsqu’il lui a annoncé le mois dernier qu’il n’irait pas plus loin. L’ancien capitaine de l’équipe d’Écosse, qui avait renoncé au rôle de capitaine pour la saison 2022/23, a expliqué qu’il se sentait de plus en plus isolé au sein de la formation écossaise et qu’il était temps pour lui de mettre un terme à sa carrière.

« Ça s’est passé comme ça », dit-il en claquant des doigts. « Ce que j’ai ressenti, c’est que c’était vraiment, vraiment dur. Vous passez du statut de capitaine à celui de joueur normal, et je dis joueur normal, pour quelqu’un qui a eu un rôle de leader pendant si longtemps et qui n’a plus rien, j’ai eu l’impression que c’était un peu étrange.

ADVERTISEMENT

« Je l’ai expliqué à Gregor. J’ai eu l’impression de ne plus avoir ma place dans ce groupe, ce qui m’a perturbé mentalement. J’étais assis là, en larmes. Je me demandais si j’étais nul, si je réagissais de manière excessive ou si c’était la réalité. Lorsque j’étais là-bas (avec l’Écosse) et que nous restions deux nuits par semaine, la première chose que je faisais à mon retour à l’entraînement était de faire ma récupération, de m’asseoir dans ma chambre et, le lendemain, lorsque c’était terminé, j’étais le premier à passer la porte.

« À ce moment-là, je voulais juste rentrer à la maison pour retrouver Gill et les enfants et être là où je me sentais le mieux. Avoir cette discussion avec Gregor pour lui dire que j’étais complètement fini a été incroyablement difficile. Je l’ai fait littéralement à cinq mètres d’ici, je lui ai parlé et je lui ai expliqué toutes les raisons qui me poussaient à prendre cette décision. Et le plus beau dans cette discussion avec Gregor, c’est qu’il n’a pas essayé une seule fois de me faire changer d’avis.

« Il était vraiment heureux pour moi parce que tout ce qui l’intéressait, c’était moi en tant que personne. J’ai ressenti un sentiment d’amour venant de là et je me suis dit que c’était adorable. Je m’attendais à ce qu’il me dise ‘Non, il faut que tu reviennes, il faut que tu fasses ceci et cela’, alors qu’il se concentrait sur moi, ce que j’ai adoré, et il n’aurait pas pu être plus sympa.

« Il m’a dit que la porte était toujours ouverte, à chaque fois que j’ai envie de revenir, de regarder et de m’impliquer d’une manière ou d’une autre, il m’a dit que la porte était toujours ouverte.

« J’ai vraiment hâte de voir à quel point les garçons peuvent être bons à la Coupe du monde, car même si j’aimerais y être, j’ai hâte de regarder et de voir comment ils vont se débrouiller. Ce sera bizarre, ce sera différent, mais j’ai décidé de prendre ma retraite parce que je veux ce qu’il y a de mieux pour moi, ce qu’il y a de mieux pour ma famille et je crois que j’ai pris la bonne décision. »

L’Ecosse affrontera par deux fois l’équipe de France en match de préparation à la Coupe du Monde de Rugby 2023, le 5 août à Murrayfield et le 12 août à Saint-Etienne.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Be the first to comment...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

FEATURE
FEATURE How Jack Nowell came good at La Rochelle How Jack Nowell came good at La Rochelle
Search