Portugal : pourquoi la professionnalisation des Lusitanos est indispensable

Par RugbyPass
TOULOUSE, FRANCE - OCTOBER 08: Rodrigo Marta of Portugal scores his team's third try during the Rugby World Cup France 2023 match between Fiji and Portugal at Stadium de Toulouse on October 08, 2023 in Toulouse, France. (Photo by Laurence Griffiths/Getty Images)

Le Portugal a rivalisé avec les Fidji en tant qu’équipe préférée des supporters lors de la Coupe du Monde de Rugby 2023 masculine, avec leur formidable épopée qui a émerveillé les fans en France et ceux qui sont restés devant leur télévision.

ADVERTISEMENT

Deux grands moments resteront à jamais dans les mémoires : le match nul contre la Géorgie lorsqu’ils ont obtenu leur premier point dans le tournoi et la victoire 24-23 contre les Fidji, la première victoire du Portugal en Coupe du Monde de Rugby.

Os Lobos ont également été compétitifs pendant de longues séquences lors des défaites contre l’Australie et le Pays de Galles à l’occasion de leur retour sur la plus grande scène du jeu après 16 ans d’absence.

Les quarts de finale n’ont pas été à leur portée, mais cette performance en poule est à mettre au crédit de l’entraîneur Patrice Lagisquet, qui a mis un terme à son mandat de quatre ans à la tête de l’équipe dès la fin de la campagne d’Os Lobos.

Maintenant que l’euphorie est retombée, comment le président de la Federaç?o Portuguesa de Rugby, Carlos Amado da Silva, juge-t-il la performance du Portugal en France et quel impact cela a-t-il eu sur le pays ?

Nous lui avons posé quelques questions…

Os Lobos ont-ils dépassé les attentes de la fédération lors de la Coupe du Monde de Rugby 2023 ?

Contrairement à ce que beaucoup de gens pensaient, la performance d’Os Lobos correspondait parfaitement à nos attentes. L’équipe était très bien préparée et nous savions que nous pouvions surprendre nos adversaires. Aujourd’hui, on a tous réalisé qu’on aurait pu aller un peu plus loin, mais on s’est amélioré match après match, et on n’était pas loin d’une qualification qui, avec un peu plus d’expérience et de confiance, aurait été possible. Alors oui, nous aurions dépassé nos espérances. C’était très bien et nous sommes très fiers de ce que nous avons accompli !

ADVERTISEMENT

Quel aspect du tournoi vous a le plus plu ?

La Coupe du monde en France a été marquée par la victoire de l’Afrique du Sud, les déceptions de la France et de l’Irlande, et le spectacle du rugby portugais. Dans ce contexte, il faut noter les bonnes performances d’autres équipes, notamment le Chili et l’Uruguay qui, avec le Portugal, réclament plus d’opportunités.

Australie 2027 sera-t-elle une étape trop éloignée pour des joueurs plus âgés et influents comme Mike Tadjer et Sam Marques ?

Je ne suis pas sûr que Samuel Marques ne sera pas en Australie si nous nous qualifions. C’est un joueur extraordinaire qui est encore en pleine forme. Un joueur qui, sur le terrain, est encore un jeune homme. Mike a également recommencé à jouer et, comme Francisco Fernandes, son expérience pourrait être très utile sur ou en dehors du terrain. Nous verrons bien.

Mais il est clair que nous avons des jeunes joueurs de grande qualité et d’autres qui ne font pas partie de l’équipe mais qui pourraient l’être. L’équipe saura maintenir le niveau de performance atteint.

ADVERTISEMENT

Quel impact les exploits d’Os Lobos ont-ils eu sur le rugby au Portugal ?

L’impact médiatique a été énorme. Nous avons enfin réussi à faire la une des journaux et la une de la télévision nationale. Sur le plan international, le Portugal a été salué par toute la famille du rugby mondial. Des joueurs, d’anciens joueurs, des entraîneurs, des managers du monde entier. C’était fantastique.

Tous les records d’affluence dans les médias ont été battus et la demande de nouveaux joueurs a été forte. Mais le problème est de réussir à maintenir cette visibilité dans un pays où le football monopolise l’information sportive et où le soutien institutionnel est insuffisant, même s’il y a beaucoup plus d’attention de la part des entreprises privées qui reconnaissent nos valeurs rugbystiques.

Quels plans avez-vous mis en place pour créer un héritage qui s’inscrive dans la continuité de la Coupe du Monde de Rugby 2023 ?

Le grand changement a été la demande d’un entraîneur compétent, expérimenté et respecté, qui a fait en sorte que les joueurs s’entraînent à des heures normales et non en fin de journée, après une journée de travail. La récupération et la réintégration des joueurs professionnels jouant en France étaient absolument cruciales.

La symbiose entre les joueurs amateurs et professionnels a été la clé du succès. Les trois mois et demi de préparation pendant lesquels les amateurs se sont entraînés comme des professionnels leur ont permis d’évoluer de manière fantastique, ce qui n’a été possible que grâce aux conditions de travail que nous avons fournies et, bien sûr, à l’excellente qualité du staff dirigé par Patrice Lagisquet.

La préparation de la Coupe du Monde a été très bien planifiée et l’investissement important a porté ses fruits !

Auriez-vous envie d’organiser de grands événements de rugby au Portugal ?

Non seulement nous le souhaiterions, mais nous avons déjà exprimé cette volonté auprès des responsables européens, tant du Top 14 que de l’EPCR, et je ne cache pas le rêve d’organiser une Coupe du Monde, éventuellement en partenariat avec un autre pays européen…

L’équipe des Lusitanos est-elle considérée uniquement comme un outil de développement des joueurs ou espère-t-on qu’elle deviendra un jour la première équipe de rugby professionnelle du pays et qu’elle sera considérée comme telle ?

Il n’y a aucun doute à ce sujet. Les Lusitanos seront une base de soutien pour Os Lobos et cela ne sera possible qu’avec leur professionnalisation. Nous recrutons des joueurs en faisant très attention à ne pas « vider » les clubs nationaux.

Les joueurs, même s’ils ont un contrat avec la fédération, pourront continuer à représenter leurs clubs lors des matchs les plus importants, dans un processus de négociation que nous ouvrirons et qui protège les trois parties : joueurs, équipes nationales et clubs. Il s’agit d’un processus délicat que nous devrons gérer avec beaucoup de soin.

Malheureusement, vous devez trouver un nouveau sélectionneur pour l’équipe nationale. Quelles sont les qualités que vous recherchez dans cette nouvelle désignation ?

Il est bon de préciser que Patrice Lagisquet m’avait informé à l’avance qu’il ne pourrait pas continuer après la Coupe du monde. Pour des raisons familiales, rien d’autre.

J’ai beaucoup regretté son départ et je n’ai jamais manqué de lui donner tous les moyens qu’il demandait. J’ai beaucoup d’admiration pour Patrice et son travail. Le Portugal lui doit ce succès et Patrice nous doit sa « réhabilitation » en se révélant être un entraîneur extraordinaire qui pourrait, ou peut, être très utile à son pays.

S’il a réussi ce qu’il a fait dans les conditions qui étaient les siennes au Portugal, imaginez ce dont il serait capable dans un pays avec d’autres ambitions et un autre budget ?

Il restera dans l’histoire du rugby portugais comme un grand et il a un ami en chacun de nous. Nous aurons toujours besoin de ses conseils !

Existe-t-il une filière d’entraînement claire pour qu’un jour, un Portugais de souche entraîne l’équipe nationale ?

Oui, il y a au Portugal des entraîneurs capables de poursuivre le travail accompli. Je n’en doute pas. Il faut aussi qu’ils y croient…

Le prochain objectif est-il de remporter le Rugby Europe Championship 2024 ?

Absolument. C’est une grande responsabilité, mais il ne faut pas se leurrer, ce sera très difficile. La Géorgie, l’Espagne et la Roumanie, bien que momentanément derrière nous au classement mondial, sont des équipes très fortes, en particulier la Géorgie qui a fait un travail extraordinaire.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Be the first to comment...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

FEATURE
FEATURE Freddie Steward: 'I wouldn’t say I've had it easy' Freddie Steward: 'I wouldn’t say I've had it easy'
Search