Non le fiasco des Wallabies n’a pas découragé la prochaine génération

Par RugbyPass
PARIS, FRANCE - 09 SEPTEMBRE : Matt Faessler (Australie) pendant le match de la Coupe du Monde de Rugby France 2023 entre l'Australie et la Géorgie au Stade de France le 09 septembre 2023 à Paris, France. (Photo par Chris Hyde/Getty Images)

Les doutes concernant l’impact dévastateur de la débâcle de l’Australie à la Coupe du Monde de Rugby 2023 en France sur les espoirs des jeunes joueurs ont été vigoureusement balayés par Matt Faessler, talonneur des Wallabies.

ADVERTISEMENT

Dans une rencontre avec la presse lors de la reprise des Reds, il revient sur une première expérience sous le maillot vert et or marquée par un début plein d’enthousiasme qui a rapidement tourné au fiasco.

Des figures emblématiques telles que Michael Hooper et Quade Cooper avaient été écartées au profit d’une équipe de jeunes joueurs, une décision qui avait suscité des inquiétudes quant à l’avenir des Wallabies, mais que le sélectionneur Eddie Jones avait toujours assumé.

Une première dans l’histoire

La campagne décevante des Wallabies, éliminés pour la première fois de l’histoire lors de la phase de poules de la Coupe du Monde de Rugby, a entraîné des remaniements significatifs au sein de Rugby Australia.

Le départ rapide d’Eddie Jones, entraîneur depuis moins de 12 mois sur un mandat de cinq ans, a ouvert une période de transition, avec des changements majeurs parmi les dirigeants et le staff.

Après un Rugby Championship sans victoire, le président de Rugby Australia Hamish McLennan avait été démis de ses fonctions, Daniel Herbert reprenait le flambeau et Peter Horne fut désigné comme nouveau directeur de la haute performance.

Tout est désormais en place, sous la baguette de Phil Waugh, directeur général de la fédération, pour trouver le meilleur successeur possible à Eddie Jones.

Prendre le contrôle et avancer

Cependant, Matt Faessler, malgré sa jeune carrière avec seulement 27 matchs de Super Rugby et cinq premières sélections internationales obtenues en 2023 (dont trois défaites et un nul), affirme que lui et ses coéquipiers demeurent résolus et déterminés à tirer des leçons des échecs passés pour bâtir une nouvelle ère pour l’équipe nationale.

« Je pense que ça a été l’étincelle et que ça a remotivé tout le monde pour qu’ils sachent quel est le niveau et ce qu’ils doivent faire », affirme le joueur de 25 ans.

ADVERTISEMENT

« Les résultats de l’année dernière ont définitivement allumé un feu en moi et chez certains des autres gars avec qui j’ai parlé sur la façon dont nous voulons avancer et en quelque sorte prendre le contrôle de la situation.

« Je ne pense pas que cela ait découragé qui que ce soit. Au contraire. Le simple fait de s’inspirer de l’expérience de gars qui ont joué plus de 50 tests, comme Will Skelton et Richie Arnold, qui ont joué en Europe, m’a été très bénéfique lors de la Coupe du monde.

« Si vous voulez être technique, le simple fait d’apprendre à quel point il est important pour le pilier et le talonneur de travailler ensemble contre les énormes têtes de pont du rugby international a été une véritable source d’apprentissage. »

Le joueur des Reds du Queensland exprime sa volonté de se concentrer sur l’avenir, tout en reconnaissant l’impact formateur de cette expérience difficile.

ADVERTISEMENT

« Je suis très heureux d’avoir été exposé et reconnaissant de l’opportunité qui m’a été offerte. J’ai appris beaucoup de leçons difficiles et je peux ramener beaucoup de choses au Queensland.

« Mais je me concentre surtout sur cette année, sur ce que nous pouvons construire dans le Queensland. »

D’abord, s’imposer chez les Reds

Matt Faessler reste optimiste quant à l’avenir des Wallabies et se concentre sur sa contribution potentielle dans la reconstruction de l’équipe.

Bien qu’il ait acquis une expérience précieuse au plus haut niveau, il évite de dicter les qualités nécessaires au renouveau de l’équipe, se décrivant modestement comme le « petit nouveau » prêt à saisir chaque opportunité.

Pour asseoir sa place chez les Wallabies, Faessler doit d’abord se réaffirmer dans l’équipe des Reds, travaillant sous la direction du nouvel entraîneur Les Kiss.

Ce dernier souligne le parcours unique de Faessler, qui est passé par les clubs plutôt que par le système académique traditionnel, ce qui apporte une perspective et une appréciation distinctes à sa contribution.

Malgré l’incertitude quant à sa place parmi les Reds, Faessler, avec sa persévérance et son dévouement, incarne une lueur d’espoir pour une équipe en pleine transition, prête à se reconstruire et à saisir les opportunités pour évoluer dans ce nouvel environnement.

Une nouvelle saison du Super Rugby Pacific se profile et le premier match de 2024 aura lieu dans un mois contre la Western Force à Ballymore le 3 février.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

TRENDING
TRENDING 'Unstoppable': Ex-All Black midfielder's verdict on new-look Springboks Ex-All Black midfielder's verdict on Boks
Search