Les enjeux du tournoi féminin de Hongkong

Par RugbyPass
La Néo-Zélandaise Portia Woodman-wickliffe perce la défense française pour un essai lors de la troisième journée du HSBC SVNS 2024 au BC Place le 25 février 2024 à Vancouver, Canada. Crédit photo : Mike Lee - KLC fotos pour World Rugby

Alors que le Hong Kong Stadium s’apprête à accueillir le Cathay/HSBC Hongkong Sevens pour la dernière fois, il y a beaucoup à jouer aux deux extrémités du classement du HSBC SVNS 2024 féminin.

ADVERTISEMENT

L’Australie, leader des Series, se rend à Hongkong avec quatre points d’avance sur ses adversaires d’outre-Tasmanie, la Nouvelle-Zélande, et l’opportunité de s’assurer une place dans les deux premiers pour la Grande Finale à Madrid le mois prochain.

REGARDER LE HONG KONG STADIUM EN DIRECT >>

Les Black Ferns Sevens, quant à elles, sont l’équipe en forme et entament le week-end avec l’ambition de remporter un troisième titre consécutif après deux victoires coup sur coup à Vancouver et Los Angeles.

En bas du classement, la course pour terminer la saison dans les huit premiers – et éviter de participer au tournoi de promotion-relégation à Madrid – s’est intensifiée à la suite de la tournée en Amérique du Nord.

La Grande-Bretagne occupe actuellement la huitième place mais n’a qu’un point d’avance sur le Brésil, neuvième, tandis que l’Afrique du Sud a ravivé ses espoirs de sortir des quatre dernières places en terminant sixième à Los Angeles lors de la dernière édition.

Terita de retour pour l’Australie

Les Springbok Women’s Sevens ont besoin d’une autre grosse performance pour leurs débuts au Hong Kong Stadium et commenceront leur campagne par un match crucial contre l’Irlande à 12h02 heure locale (GMT+8) vendredi.

Avec des matchs contre les Fidji – qu’elles ont battues à Los Angeles le mois dernier – et l’Australie à venir dans la poule B, l’Afrique du Sud sait qu’elle doit commencer par un résultat positif si elle veut atteindre un deuxième quart de finale de Cup consécutif.

ADVERTISEMENT

« Si vous gagnez, vous savez que vous êtes confiant pour le deuxième match », explique l’arrière sud-africaine Nadine Roos.

« Quand on perd, on sait qu’il faut absolument gagner le deuxième match. Ce match contre les Fidji serait à gagner impérativement, car l’Australie est tout simplement un niveau au-dessus. »

L’Afrique du Sud n’a jamais battu l’Irlande en trois tentatives sur le circuit, tandis que sa victoire contre les Fidji au Dignity Health Sports Park n’était que la deuxième en huit confrontations.

L’Australie attend les Springbok Women’s Sevens samedi et elle espère avoir fait un grand pas vers les quarts de finale d’ici là.

ADVERTISEMENT

L’équipe de Tim Walsh a remporté 33 de ses 34 confrontations contre les Fidji sur le circuit, l’autre rencontre s’étant soldée par un match nul. Elle jouera ensuite contre l’Irlande, qu’elle a battue 31 fois en 33 tentatives.

L’Australie est arrivée à Hongkong sans Dominique du Toit et Alysia Lefau-Fakaosilea, blessées, mais Tim Walsh a pu compter sur le retour de Bienne Terita, tandis qu’il pourrait faire débuter Bridget Clark et Ruby Nicholas dans les series.

« Le retour de Bienne Terita, une joueuse très puissante et dangereuse, est le bienvenu », appuie Walsh. « Bienne ajoute de l’expérience, de la vitesse et une présence physique à l’équipe. »

L’Irlande, privée d’Eve Higgins et de Béibhinn Parsons en raison de leur participation au Tournoi des Six Nations féminin, espérera un regain de forme après avoir enchaîné sa victoire au tournoi de Perth avec des neuvième et huitième places en Amérique du Nord.

Elles affronteront l’Australie à la fin de la première journée avant un match potentiellement crucial contre les Fidji samedi.

Woodman-Wickliffe pourrait marquer son 250e essai sur le circuit

Les Black Ferns Sevens ont considérablement réduit l’écart en tête du classement en Amérique du Nord et commenceront leur quête d’un troisième titre consécutif du tournoi contre la Grande-Bretagne lors de la première journée.

La Nouvelle-Zélande a remporté ses huit dernières confrontations avec la Grande-Bretagne sur un score moyen de 31-5 et, avec l’équipe la plus expérimentée à Hongkong, elle espère poursuivre sur sa lancée.

Trois heures plus tard, les Black Ferns Sevens joueront contre le Brésil – qu’elles ont battu 16 fois sur 16 – avant de rencontrer la France samedi.

Il s’agit d’une répétition de la finale de Cup, remportée par la Nouvelle-Zélande sur le score de 35 à 19, qui pourrait avoir une incidence considérable sur le classement de la poule A au Hongkong Stadium.

D’ici le coup d’envoi de ce match, Portia Woodman-Wickliffe pourrait être devenue la première joueuse à marquer 250 essais sur le circuit mondial. La Joueuse de Rugby à Sept de la Décennie a déjà déposé 247 ballons avant ce week-end.

La France, quant à elle, voudra marquer le coup avec seulement deux tournois à disputer avant la Grande Finale de Madrid.

Les Bleues entament le tournoi en ayant marqué 992 essais dans l’histoire des Series et devraient devenir la cinquième équipe à franchir la barre des 1 000 essais au cours du week-end.

Leur campagne dans la poule A débutera contre le Brésil, contre lesquelles elles n’ont perdu qu’une seule fois en 23 rencontres, avant d’affronter la Grande-Bretagne.

La seule victoire de la Grande-Bretagne dans ce duel a eu lieu au Hongkong Stadium il y a 12 mois, à l’issue d’un quart de finale de Cup tendu (5-0).

Un nouveau succès en demi-finale permettrait à la Grande-Bretagne d’apaiser ses craintes de relégation. L’équipe de Ciaran Beattie, huitième, est arrivée à Hongkong séparée des adversaires de la poule A, le Brésil, neuvième, par un seul point.

Les deux équipes se rencontreront lors de la deuxième journée, dans un match qu’il faudra absolument gagner, puisqu’il ne restera plus qu’un tournoi à disputer avant Madrid.

Le Brésil a atteint les quarts de finale de Cup à Vancouver et à Los Angeles, mais il n’a battu la Grande-Bretagne – qui a retrouvé Heather Cowell et Lauren Torley pour Hongkong – qu’une seule fois en cinq rencontres.

Une poule C très ouverte

Les Etats-Unis et le Canada se retrouveront à Hongkong, tandis que les autres adversaires de la poule C, le Japon et l’Espagne, doivent réaliser une grande performance si elles veulent être portées vers les huit premières places.

Les voisines d’Amérique du Nord ont toutes deux terminé troisièmes de leur tournoi national, les États-Unis ayant battu le Canada en finale de bronze à Los Angeles le mois dernier.

Avant Hongkong, les deux équipes ne sont séparées au classement que par deux points, les Women’s Eagles Sevens se situant une place au-dessus du Canada, en quatrième position.

En vue de la grande finale de Madrid, chaque point compte à Hongkong et à Singapour.

La victoire des Etats-Unis au Dignity Health Sports Park est la troisième lors de leurs cinq dernières confrontations avec le Canada, même si ce sont leurs adversaires qui l’emportent dans les face-à-face historiques, avec 23 victoires contre 16.

Jaz Gray devrait faire son retour de blessure pour les États-Unis à Hongkong, tandis que Kaylen Thomas, qui n’a pas encore été sélectionnée, pourrait faire ses débuts dans les Series.

Le Canada a accueilli Julia Greenshields, Pamphinette Buisa, Charity Williams et Shalaya Valenzuela, tandis que la capitaine Sophie de Goede est de nouveau incluse dans l’équipe qui tentera d’atteindre une troisième demi-finale de Cup consécutive.

« Il y a beaucoup à construire à partir de nos performances à Vancouver et à Los Angeles », estime Jack Hanratty, l’entraîneur du Canada.

« Nous sommes fiers de ce que nous avons accompli cette saison, mais nous savons qu’il y a encore une énorme marge de progression alors que nous cherchons à garantir notre place dans la grande finale de Madrid tout en construisant pour être à notre meilleur niveau aux Jeux olympiques de Paris. »

Après avoir terminé septième à Vancouver, l’Espagne était 12e à Los Angeles et Las Leonas Sevens sont arrivées à Hongkong en queue de classement avec 13 points, à 16 longueurs de la Grande-Bretagne.

Le Japon a une place et trois points de mieux que l’Espagne, mais il ne s’est pas encore qualifié pour les quarts de finale de la Cup cette saison.

Les Sakura Sevens ont besoin que cela change ce week-end si elles veulent avoir une chance de dépasser l’Afrique du Sud, le Brésil et la Great Britain qui sont devant elles avant Madrid.

Ainsi, la rencontre entre les deux équipes lors de la deuxième journée au Hongkong Stadium pourrait avoir une importance capitale pour les deux équipes. L’histoire est du côté du Japon, les Sakura Sevens ayant remporté 12 des 19 confrontations entre les deux équipes.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

TRENDING
TRENDING 'Another James Lowe or Gibson-Park': Irish glee as New Zealand lose 'next Dan Carter' Irish glee as New Zealand lose 'next Dan Carter'
Search