Les All Blacks désespérément en quête de leur propre Uini Atonio

Par Ben Smith
ROME, ITALY - FEBRUARY 05: Uini Atonio of France looks on during the Six Nations Rugby match between Italy and France at Stadio Olimpico on February 05, 2023 in Rome, Italy. (Photo by David Rogers/Getty Images)

Les équipes de Nouvelle-Zélande ont parfois été battues par des équipes plus puissantes qu’elles alors que le rugby continue de se développer et que la taille devient un élément important de l’équation.

ADVERTISEMENT

Lors du Championnat du monde U20 en 2023, la Nouvelle-Zélande a été écrasée par les Bleuets et la puissance colossale du deuxième-ligne Posolo Tuilagi, pesant 149 kg, ainsi que d’autres avants français massifs.

Tuilagi avait inscrit un doublé lors de la victoire 35-14, ce qui avait conduit le sélectionneur Clark Laidlaw à déclarer que « ces hommes n’ont jamais été confrontés à des avants de 150 kg et à deux ou trois d’entre eux dans le même paquet d’avants, nous devons donc apprendre à gérer cela ».

Uini Atonio, le mètre étalon de 145 kg

Les All Blacks ont été battus par les Français lors du premier match de la Coupe du Monde de Rugby 2023, où la mêlée française a été sollicitée pour obtenir des pénalités et des points. L’ancien pilier originaire de la Nouvelle-Zélande, Uini Atonio, qui pèse 145 kg, a semblé prendre le dessus sur Ethan de Groot.

On pense à tort que la Nouvelle-Zélande dispose d’options de puissance limitées pour lutter contre cette tendance d’avants de taille monstrueuse, mais dans les effectifs du Super Rugby 2024, il y a trois piliers qui possèdent le gabarit de Uini Atonio.

Le problème pour ces joueurs est que les All Blacks ne sélectionneront jamais uniquement sur la taille et la puissance. Ils vont regarder en plus la technique, les skills, la mobilité, la vitesse d’exécution et une foule d’autres éléments intangibles nécessaires pour mériter la sélection.

Mais ces joueurs offrent un niveau de volume qui reste assez rare. Les Highlanders, les Crusaders et les Hurricanes comptent dans leurs effectifs les trois joueurs les plus lourds de Nouvelle-Zélande.

La découverte Tamaiti Williams

Le premier est un joueur que tous les amateurs de rugby en Nouvelle-Zélande connaissent, le débutant All Black 2023 Tamaiti Williams, évalué à 144 kg par les Crusaders.

Le pilier d’1,80 m a fait ses débuts contre les Springboks à Mt Smart et a participé à huit tests en 2023 lors du Rugby Championship et de la Coupe du Monde de Rugby.

ADVERTISEMENT

Williams a joué de nombreuses minutes avec les Crusaders, qui ont dû faire face à une série de blessures. Ainsi, le joueur de 23 ans a cumulé plus de 70 minutes en plusieurs rencontres en tant que pilier droit, ce qui lui a valu d’être appelé en équipe nationale.

Williams possède également un gabarit qui sera d’une valeur inestimable au fur et à mesure que son jeu se développera et qu’il s’établira au niveau international.

L’espoir Saula Ma’u

Le deuxième espoir est Saula Ma’u, un pilier d’origine tongienne des Highlanders qui pèse 140 kg.

Après avoir terminé sa scolarité à Auckland, Ma’u a passé trois saisons avec Otago en NPC avant de faire ses débuts avec les Highlanders en 2022.

Des blessures l’ont tenu à l’écart avant ses débuts en Super Rugby, et il a depuis disputé 22 matchs pour les Highlanders.

ADVERTISEMENT

Il entamera sa troisième année en Super Rugby Pacific à seulement 23 ans et sera en concurrence pour le temps de jeu au poste de pilier droit avec le vétéran Jermaine Ainsley et le jeune Luca Inch, pur produit de Nelson.

La sensation Pasilio Tosi

Le troisième est Pasilio Tosi, formé à Bay of Plenty, qui pèse 140 kg et a signé avec les Hurricanes.

Tosi est un ancien numéro 8 devenu pilier, doté d’une forte capacité à porter le ballon, que les Hurricanes ont recruté pour la première fois en 2021. Il a fait ses débuts en 2022, où il a fait quatre apparitions, puis six cette année.

Le joueur de 25 ans remplacera probablement le titulaire All Black Tyrel Lomax en 2024 et tentera d’avoir un impact en fin de match sur le banc des Hurricanes.

La taille ne fait pas tout certes, mais ces trois joueurs sont les seuls en Nouvelle-Zélande à dépasser les 140 kg. Même les joueurs qui atteignent 130 kg sont rares, et aucun ne figure actuellement sur les listes du Super Rugby néo-zélandais.

Cela signifie que Williams, Tosi et Ma’u ont au moins 10 kg d’avance sur tous les autres joueurs qu’ils affronteront en 2024.

ADVERTISEMENT

Join free

Boks Office | Jesse Kriel reveals the hardest team he had to play at the Rugby World Cup

Big Jim Walks and Talks with Handré Pollard

My Best Half | Episode Two | Katelyn Vahaakolo & Patricia Maliepo

Bernard Jackman & Stuart Hogg | The Big Jim Show | Full Episode

Wildknights v Sungoliath

Beyond 80 | Episode 2

Rugby Europe Men's Championship | Georgia v Spain | Full Match Replay

WHISTLEBLOWERS

Trending on RugbyPass

Commentaires

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

M
Morne 35 minutes ago
Thanks but no thanks, the All Blacks do not need to copy the Boks

Some further observations: Most Rugby lovers I know agree that the AB’s have been the gold standard for as long as anyone can remember - very few people disagree. The odd time that any other team has some sort of ascendency - there are always those (albeit the minority) NZ supporters that need to remind us of the AB’s glorious gold standard that anyone winning them is only down to a mixture of pure luck or some or other sinister reason or bias from match officials (or indeed the Universe). For reasons mentioned above, any other team with some ascendency over the AB’s (even if it is the 1st time in 100 years) may not receive a pat on the back and a well-done - as they only did so out of pure luck. In my opinion, if the Boks were in the same realm as the AB’s SF opponents - they would have been smashed also - whether with 14 or 13 or 12 players. But remember they were just “lucky”. As a Bok supporter, I will say this team has done our proud - despite losing some games along the way. Like the AB’s, the games the boks lose are 9/10 times one score games - this is a long way from hidings like 57 - 0…And in that we must be proud. Most of these type of articles - especially those focusing on the RWC final rather conveniently leave out any mention of Pieter Steph du Toit, or even Eben Etzebeth who won all their collusions all day long. So to those very very few bad loser AB supporters out there (definitely the minority) - I’ll say what you want to hear - the AB’s are without any doubt the best Rugby brand ever. They have consistently achieved what all other teams can only dream of. And no doubt they will scale those heights again. Now what about allowing others the odd ray of sunlight that comes our way?

216 Go to comments
FEATURE
FEATURE The Bluffer's Guide to the Six Nations The Bluffer's Guide to the Six Nations
Search