Laura Di Muzio : « les Françaises doivent être beaucoup plus réalistes »

Par RugbyPass
L’équipe de France au Mans

Par Laura Di Muzio

Ce samedi, les Bleues affrontaient leurs homologues Irlandaises pour le compte de la première journée du Tournoi des Six Nations 2024.

ADVERTISEMENT

Largement favorites face à une équipe classée dernière du Tournoi en 2023, les joueuses de Gaëlle Mignot et David Ortiz se devaient de réussir leur entrée dans la compétition et d’assumer ce statut.

Rencontre
Womens Six Nations
France Women's
38 - 17
Temps complet
Ireland Women's
Toutes les stats et les données

Scott Bemand, nouveau sélectionneur du XV du Trèfle féminin, avait pour l’occasion rappelé les septistes irlandaises Reilly et Parsons. Les Bleues affichaient, quant à elles, une équipe assez expérimentée avec notamment la première ligne 100% bordelaise (Deshaye – Sochat – Khalfaoui) et la présence des cadres Romane et Marine Ménager, Pauline Bourdon-Sansus ou encore Gabrielle Vernier. A noter la première titularisation de Lina Queyroi à l’ouverture, qui avait fort à faire en l’absence de Carline Drouin, blessée au genou.

Des Françaises qui dominent mais manquent de réalisme

Il ne faut pas longtemps aux françaises pour débloquer le compteur et faire se lever les 15 000 spectateurs du stade Marie-Marvingt du Mans, puisque dès la troisième minute du match, Pauline Bourdon-Sansus, trouve la faille dans la défense irlandaise (7-0).

Le match semble lancé et les Françaises repartent à l’attaque… mais se heurtent à une défense Irlandaise intraitable dans son camp ! Les Bleues dominent, tiennent le ballon, multiplient les attaques, mais ne parviennent pas à scorer, la faute à un dernier geste imprécis.

Entrées dans les 22 m

Moyenne des points marqués
2.3
15
Entrées
Moyenne des points marqués
7
2
Entrées

Ce manque de réalisme devant la ligne d’en but adverse avait déjà porté préjudice aux françaises dans le WXV 1 et constitue l’un des axes de progression de ce collectif.

Les Irlandaises en profitent et inscrivent trois points par Fowley sur l’une de leur première incursion dans le camp tricolore (7-3).

Il faut attendre la 31e minute et une magnifique passe dans le dos de Boudon-Sansus pour Marine Ménager pour le deuxième essai de la rencontre, qui libère les Françaises (14-3).

ADVERTISEMENT

La performance de la demie de mêlée toulousaine est à souligner : elle est clairement à l’origine du dynamisme offensif des Bleues sur cette première période.

La performance de la demie de mêlée toulousaine est à souligner : elle est clairement à l’origine du dynamisme offensif des Bleues sur cette première période.

L’avance à la mi-temps est confortable (17-3) mais le score aurait pu être beaucoup plus lourd au vu de la domination française.

Un groupe homogène à fort potentiel

Au retour des vestiaires, la deuxième mi-temps s’emballe et les Françaises se lancent à l’assaut de l’en-but adverse. Elles trouvent la solution par deux fois, avec un premier essai de Madoussou Fall à la 47e, qui sera d’ailleurs élue joueuse du match, et confirme avoir bien récupéré de sa blessure !

Par la suite, Agate Sochat offre le bonus à l’équipe de France à l’heure de jeu (31-3).

Les Irlandaises tentent le tout pour le tout et marquent deux essais, tandis que Riffoneau assure le score (38-17).

Phases statiques

6
Mêlées
9
100%
% de mêlées gagnées
67%
17
Touche
9
88%
% de touches gagnées
56%
7
Renvois réussis
4
100%
% de renvois réussis
100%

Offensivement, les Françaises ont su rectifier le tir, notamment en touche : après quelques imprécisions en première mi-temps, elles ont pu s’appuyer sur des mauls puissants pour mettre à mal les Irlandaises. Ce secteur de jeu a toujours été une force pour les Bleues et il est important de le conserver.

ADVERTISEMENT

Cette seconde période est surtout l’occasion de libérer le banc et de faire gagner en expérience de jeunes joueuses à fort potentiel : ainsi Kiara Zago et Lina Tuy décrochent leur première sélection.

On peut regretter de ne pas avoir vu plus longtemps l’ouvreuse clermontoise Tuy, 19 ans, entrée à la 71e, qui fait des étincelles en championnat.

On peut regretter de ne pas avoir vu plus longtemps l’ouvreuse clermontoise Lina Tuy, 19 ans, entrée à la 71e, qui fait des étincelles en championnat.

Satisfaction côté charnière : la belle prestation de Lina Queroy, auteure d’un 100% au pied, qui a tenu sa ligne arrière.

Une entame réussie

A l’issue du match, le sourire est sur tous les visages !

Les Françaises ont réussi leur entame, sans tomber dans le piège Irlandais, avec de nombreux éléments de satisfaction : une charnière Bourdon-Sansus / Queyroi très dynamique, la grande forme de Ménager et Fall et une volonté continue d’envoyer du jeu.

La copie n’est bien sûr pas parfaite mais l’essentiel est là : le bonus offensif est en poche !

Pour espérer faire tomber les Anglaises lors de la dernière journée, il faut désormais s’atteler à gommer ces imprécisions, notamment sur les transmissions, et être beaucoup plus réalistes devant l’en-but.

Néanmoins, les Bleues ont assuré leur entrer dans le Tournoi et ont encore trois matchs pour se rôder et peaufiner leurs automatismes.

Rendez-vous samedi prochain en Ecosse !

Photo : France Rugby

Womens Six Nations

P
W
L
D
PF
PA
PD
BP T
BP-7
BP
Total
1
England Women's
1
1
0
0
5
2
France Women's
1
1
0
0
5
3
Scotland Women's
1
1
0
0
4
4
Wales Women's
1
0
1
0
1
5
Ireland Women's
1
0
1
0
0
6
Italy Women's
1
0
1
0
0
ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

TRENDING
TRENDING Bafana Nhleko: 'South Africa fans have every right to be upset' Bafana Nhleko: 'South Africa fans have every right to be upset'
Search