L'Afrique du Sud retrouve le sommet, la France tombe

Par RugbyPass
The Springboks expended a huge amount of emotional energy in overcoming France and England will look to exploit that (Photo by Mike Hewitt/Getty Images)

Avec l’ensemble des 48 matchs comptant pour le classement mondial World Rugby masculin généré par Capgemini avec des points doublés, la Coupe Monde de Rugby 2023 allait forcément bouleverser la donne, et c’est ce qu’elle a prouvé.

ADVERTISEMENT

Seules deux équipes du top 20 – la Nouvelle-Zélande et l’Angleterre – ont terminé l’année là où elles l’avaient commencée en termes de positionnement au classement, bien qu’elles aient toutes deux encore amélioré leur note après leurs deuxième et troisième places respectives.

L’Afrique du Sud détrône l’Irlande

L’Afrique du Sud, quadruple championne du monde, a commencé l’année 2023 à la quatrième place, mais a remplacé l’Irlande au sommet après avoir défendu avec succès le Trophée Webb Ellis en remportant la finale d’un point contre les All Blacks au Stade de France le 28 octobre.

Les Springboks ont gagné 5,57 points sur la période de 12 mois pour porter leur cote à 94,54 points, soit une fraction de plus que le total qu’ils avaient à la fin du dernier cycle de la Coupe du Monde Rugby masculine en 2019.

Après avoir mené le peloton pendant 15 mois, le règne de l’Irlande au sommet a pris fin car elle n’a pas réussi à transformer son Grand Chelem du Tournoi des Six Nations 2023 en succès à la Coupe du Monde de Rugby.

L’incapacité de l’Irlande à dépasser les quarts de finale a persisté en France et, par conséquent, elle a reculé d’une place pour terminer l’année à la deuxième place, bien qu’avec un classement presque identique à celui qu’elle avait au début de sa saison en février.

Dans le même mouvement descendant et pour les mêmes raisons, la France est passée de la 2e place mondiale en début d’année à la 4e, perdant 2,2 points au terme d’une année qui s’est finie abruptement.

Les Fidji et le Portugal brillent

Les plus grands gagnants de la Coupe du Monde de Rugby 2023 – du point de vue du classement – ont été les Fidji et le Portugal, qui ont été associés dans une poule C incroyablement riche en surprises.

Les Fidji ont remporté une victoire éclatante contre l’Australie, mais ont ensuite subi un choc plus tard dans le tournoi, lorsque le Portugal a remporté son premier match lors d’une Coupe du Monde de Rugby à la huitième tentative.

ADVERTISEMENT

Le Portugal avait également fait match nul avec la Géorgie lors de son deuxième match et ces résultats ont contribué à porter Os Lobos à une 13e place historique, alors qu’ils avaient commencé l’année à la 18e.

La victoire contre l’Australie, associée à une victoire contre la Géorgie et à quelques résultats positifs plus tôt dans l’année, notamment un premier succès contre l’Angleterre à Twickenham, a suffi aux Fidji pour terminer l’année dans le positif, malgré le revers face au Portugal.

L’équipe de Simon Raiwalui, qui s’est qualifiée pour les quarts de finale pour la première fois depuis 2007, a gagné un peu plus d’un point et demi et quatre places au cours de l’année, la terminant à la 10e position au lieu de la 14e.

La chute de l’Australie

Alors que le Portugal a atteint un nouveau sommet, l’Australie a perdu du terrain en ne se qualifiant pas pour les quarts de finale pour la première fois dans l’histoire du tournoi.

Les Wallabies sont passés de la sixième à la neuvième place, après être temporairement tombés à un niveau historiquement bas de 10e après leur défaite contre le Pays de Galles, avec 4,32 points retranchés de leur classement en 2023.

ADVERTISEMENT

Les Samoa ont perdu une place supplémentaire, passant du 11e au 15e rang, après avoir également manqué la phase à élimination directe en France.

Le rugby d’Europe de l’Est avance bien

En dehors de la Coupe du Monde de Rugby 2023, l’Espagne a perdu plus de matchs qu’elle n’en a gagnés en 2023 et a perdu quatre places pour se retrouver au 20e rang.

La Suède, l’équipe la mieux classée en Scandinavie, a gagné cinq places pour atteindre la 36e position et a en ligne de mire le meilleur poste qu’elle ait jamais occupé, à savoir la 32e place.

L’année a également été bonne pour un certain nombre de pays d’Europe de l’Est, en particulier pour la Croatie, adversaire de la Suède lors du Rugby Europe Trophy.

Les victoires sur l’Ukraine et la Lituanie lors de l’édition 2023-24 ont permis à l’équipe d’Anthony Posa de gagner sept places pour atteindre le 40e rang.

« Je suis heureux qu’avec un si petit groupe de joueurs et des ressources bien faibles par rapport à nos concurrents, nous continuions à progresser », a déclaré Le coach.

« En vue de 2024, le défi pour nous est d’aller encore plus loin. »

Comme la Croatie, la Lettonie, la Slovénie et la Serbie ont bénéficié de fortes progressions, la progression de la Serbie de huit places n’étant égalée que par l’Ouganda.

Les Rugby Cranes ont remporté la Victoria Cup et ont terminé l’année par deux victoires sur la Tunisie en l’espace de cinq jours, ce qui leur a permis de se hisser à la 37e place.

La Tunisie et l’Ukraine sont les seules équipes à avoir subi une chute à deux chiffres en 2023.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

J
Jon 1 days ago
Why Sam Cane's path to retirement is perfect for him and the All Blacks

> It would be best described as an elegant solution to what was potentially going to be a significant problem for new All Blacks coach Scott Robertson. It is a problem the mad population of New Zealand will have to cope with more and more as All Blacks are able to continue their careers in NZ post RWCs. It will not be a problem for coaches, who are always going to start a campaign with the captain for the next WC in mind. > Cane, despite his warrior spirit, his undoubted commitment to every team he played for and unforgettable heroics against Ireland in last year’s World Cup quarter-final, was never unanimously admired or respected within New Zealand while he was in the role. Neither was McCaw, he was considered far too passive a captain and then out of form until his last world cup where everyone opinions changed, just like they would have if Cane had won the WC. > It was never easy to see where Cane, or even if, he would fit into Robertson’s squad given the new coach will want to be building a new-look team with 2027 in mind. > Cane will win his selections on merit and come the end of the year, he’ll sign off, he hopes, with 100 caps and maybe even, at last, universal public appreciation for what was a special career. No, he won’t. Those returning from Japan have already earned the right to retain their jersey, it’s in their contract. Cane would have been playing against England if he was ready, and found it very hard to keep his place. Perform, and they keep it however. Very easy to see where Cane could have fit, very hard to see how he could have accomplished it choosing this year as his sabbatical instead of 2025, and that’s how it played out (though I assume we now know what when NZR said they were allowing him to move his sabbatical forward and return to NZ next year, they had actually agreed to simply select him for the All Blacks from overseas, without any chance he was going to play in NZ again). With a mammoth season of 15 All Black games they might as well get some value out of his years contract, though even with him being of equal character to Richie, I don’t think they should guarantee him his 100 caps. That’s not what the All Blacks should be about. He absolutely has to play winning football.

5 Go to comments
TRENDING
TRENDING Brumbies v Crusaders: The Wright man for Wallabies, All Blacks trio dominate Brumbies v Crusaders: The Wright man for Wallabies, 3 ABs dominate
Search