La FFR « en très grandes difficultés financières », selon le président Grill

Par Jérémy Fahner
Florian Grill (à gauche) juge que la Coupe du Monde a fait perdre de l'argent à la FFR (Photo by ANNE-CHRISTINE POUJOULAT/AFP via Getty Images).

Un an, et déjà le bilan. Le président de la Fédération française de rugby (FFR) Florian Grill avait convié la presse, ce mercredi, pour dresser un premier bilan de son action, un an tout juste après sa prise de fonction. RugbyPass fait le point.

La FFR dans le rouge : 35 millions de pertes

La situation financière de la fédération n’est pas bonne, Florian Grill le répète depuis qu’il a été élu président. La faute, selon lui, à la gouvernance précédente et à une gestion des revenus du Mondial 2023 pour le moins baroque, selon lui.

ADVERTISEMENT

« On nous disait que la Coupe du Monde allait rapporter cinq millions d’euros : progressivement, on a découvert que la Coupe du Monde allait perdre jusqu’à 36 millions d’euros. Comme la Fédération est actionnaire à 55% du GIE (groupement d’intérêt économique qui gérait notamment les loges), ça fait 19 millions d’euros de pertes additionnelles. Voilà la vérité des chiffres », a-t-il asséné, dans des propos rapportés par le Midi Libre.

Des pertes qui ne peuvent pas être compensées par les revenus du GIP (groupement d’intérêt public) sur le Mondial « qui a gagné 44 millions d’euros mais une convention prévoit – pour le moment – que la FFR ne puisse rien toucher sur le GIP ».

Conclusion, la FFR est « en très très grandes difficultés financières », avec un résultat d’exploitation 2023-2024 qui affiche à l’arrivée une perte globale de 35 millions d’euros.

Candidat à sa réélection

Florian Grill a rapidement levé un suspense qui n’en était pas vraiment un : il officialisera sa candidature à sa propre succession d’ici un mois, « mi-juillet ». Logique, pour un président en place depuis un an seulement.

Son mandat actuel s’étire jusqu’à la fin de l’année en cours ; Grill aimerait donc rester à la tête de la FFR jusqu’en 2028, le mandat étant d’une durée de quatre ans, et les statuts interdisant d’exercer plus de deux mandats consécutifs (trois mandats autorisés en tout).

À l’heure actuelle, seul Didier Codorniou s’est également porté candidat. L’ancien centre de Narbonne et Toulouse, actuellement maire de Gruissan et vice-président de la région Occitanie, compte notamment dans son équipe Guilhem Guirado, l’ancien talonneur et capitaine des Bleus.

Related

Il apparait également comme un proche de Bernard Laporte, mais le « Petit Prince » réfute toute instrumentalisation : « Je ne suis pas instrumentalisé. Ma force est de garder cette liberté qui me permet d’avoir beaucoup d’amis », a-t-il expliqué dans Sud Ouest. Je ne peux pas nier que je connais Bernard Laporte : c’est une personne que je connais bien, avec un lien d’affection ».

La montée en puissance du Sevens

Le président Grill s’est bien sûr réjoui du succès des équipes de France masculine et féminine de Sevens sur le circuit mondial. Avec une mention spéciale pour les garçons, vainqueurs de deux tournois cette année, une performance inédite, dont la Grande Finale de Madrid il y a peu.

ADVERTISEMENT

Related

L’effet Antoine Dupont ? Le dirigeant est bien obligé de le reconnaître. « À notre arrivée, il nous a fallu valider ou invalider la décision d’Antoine Dupont, lequel souhaitait participer aux Jeux olympiques », détaille-t-il dans Rugbyrama. « On ne regrette pas notre choix parce qu’on voit aujourd’hui tout le bénéfice que ça apporte au rugby à VII français, lequel connaît une médiatisation sans précédent ».

L’effet durera-t-il jusqu’aux JO ? On le saura dans quelques semaines…

Innovation technologique : une appli pour les arbitres

On le sait et on le constate chaque week-end : le métier d’arbitre est un métier difficile, et si l’on n’atteint pas les (très) mauvaises habitudes des footballeurs, le rugby est de plus en plus touché par le phénomène d’harcèlement en ligne des hommes en noir par de courageux anonymes sur les réseaux sociaux, et par les véhémences des joueurs.

Plusieurs arbitres de renommée internationale, comme Mathieu Raynal ou Wayne Barnes, ont exprimé leur ras-le-bol. L’arbitre catalan a même raccroché le sifflet alors qu’il était en âge de continuer, usé par les remarques désagréables. RugbyPass TV s’était également penché sur le sujet, avec l’excellent documentaire ‘Whistleblowers’ (sous-titré en français), qui a suivi les arbitres durant la dernière Coupe du Monde.

Related

Les arbitres français ont donc à disposition une app mobile qui leur permettra de juger leur expérience terrain. « Aujourd’hui, on a donc 2 900 arbitres dotés tous les week-ends d’une application : en clair, on leur demande d’évaluer après leur match le banc de touche et la tribune. Derrière ça, sur les endroits où les tribunes et les bancs de touche dérapent, on enverra des délégués arbitraux plus chevronnés. Il pourrait aussi y avoir des sanctions », explique Grill, qui aimerait intégrer au projet d’anciens arbitres français comme Romain Poite ou Mathieu Raynal, justement.

Un « plan Marshall » pour le rugby amateur

Florian Grill est parti d’un constat : il y a un véritable décalage entre l’engouement pour les équipes de France, qu’elles soient à XV, à VII, féminine, masculine, et la pratique de ce sport par le grand public. On le constate notamment dans nos villages depuis une quinzaine d’années : les clubs sont contraints de fusionner, à deux, parfois à trois ou quatre, pour compter suffisamment de joueurs par équipe.

ADVERTISEMENT

« Le rugby monte dans les médias, où on talonne le foot en termes d’audiences. Pourtant, on est seulement le neuvième sport en nombre de licenciés », déplore Grill. Ce dernier a des idées pour y remédier. « On a lancé un plan Marshall du rugby amateur, décentralisé le pouvoir et donné plus de moyens aux ligues (régionales) afin qu’elles travaillent sur le terrain ».

Plus concrètement, l’ancien joueur du PUC estime qu’il faut « plus de rugby dans le territoire et en ce sens, développer la proximité. […] Il faut aussi améliorer les installations. Personne n’a envie d’inscrire son enfant dans des structures délabrées, des clubs aux murs lépreux ». Pour encourager la pratique du rugby, les financements redescendront plus facilement vers les niveaux amateurs.

La Coupe du Monde de Rugby Féminin 2025 arrive en Angleterre. Inscrivez-vous ici pour être le premier à recevoir des informations sur la billetterie.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

f
finn 5 hours ago
Ireland and South Africa share the same player development dilemma

What a difference 9 months makes! Last autumn everyone was talking about how important versatile bench players were to SA’s WC win, now we’re back to only wanting specialists? The timing of this turn is pretty odd when you consider that some of the best players on the pitch in the SA/Ireland match were Osbourne (a centre playing out of position at 15), Feinberg-Mngomezulu (a fly-half/centre playing out of position at 15), and Frawley (a utility back). Having specialists across the backline is great, but its not always necessary. Personally I think Frawley is unlikely to displace Crowley as first choice 10, but his ability to play 12 and 15 means he’s pretty much guaranteed to hold down a spot on the bench, and should get a decent amount of minutes either at the end of games or starting when there are injuries. I think Willemse is in a similar boat. Feinberg-Mngomezulu possibly could become a regular starter at 10 for the Springboks, but he might not, given he’d have to displace Libbok and Pollard. I think its best not to put all your eggs in one basket - Osbourne played so well at the weekend that he will hopefully be trusted with the 15 shirt for the autumn at least, but if things hadn’t gone well for him he could have bided his time until an opportunity opened up at centre. Similarly Feinberg-Mngomezulu is likely to get a few opportunities at 15 in the coming months due to le Roux’s age and Willemse’s injury, but given SA don’t have a single centre aged under 30 its likely that opportunities could also open up at 12 if he keeps playing there for Stormers. None of this will discount him from being given gametime at 10 - in the last RWC cycle Rassie gave a start at 10 to Frans Steyn, and even gave de Klerk minutes there off the bench - but it will give him far more opportunities for first team rugby.

4 Go to comments
TRENDING
TRENDING All Black Richie Mo'unga's verdict on Wallabies star recruit Joseph Sua'ali'i Mo'unga's verdict on Wallabies star recruit
Search