France 7 féminin réussit son entrée à Dubaï

Par RugbyPass
France’s Chloe Pelle cuts through the Spain defense on day one of the Emirates Dubai 7s at the Sevens Stadium on 2 December, 2023 in Dubai, United Arab Emirates. Photo credit: Mike Lee - KLC fotos for World Rugby

L’Australie et la France ont affiché une forme éclatante lors d’une première journée qui a été mitigée pour la Nouvelle-Zélande, championne des Series, au Emirates Dubai 7s, premier tournoi de la saison HSBC SVNS 2024.

ADVERTISEMENT

Dans un format remanié, le Brésil a profité du nouveau système de points bonus défensifs pour se qualifier pour les quarts de finale en tant que l’un des deux meilleurs troisièmes.

Poule A : les Black Ferns en difficulté

Dans une poule délicate, la Nouvelle-Zélande, championne en titre des Sevens Series, s’est fait une petite frayeur lors de son match d’ouverture contre l’Afrique du Sud, qui revenait sur le circuit comme équipe titulaire pour la première fois depuis 2014-15.

Les Black Ferns Sevens, privées de la Joueuse World Rugby à Sept de l’Année, Tyla Nathan-Wong, ont dû recourir à un essai de dernière minute de Sarah Hirini avant de s’imposer 19-14. L’Afrique du Sud avait pris l’avantage grâce à une passe incroyable du bout des doigts et un offload dangereux de Zintle Mpupha.

Elles ont prouvé que cette performance n’était pas un coup de chance en poussant les Fidji à la faute lors du match suivant avant de s’incliner 21-17, mais la défaite contre la Grande-Bretagne empêchait les Springboks Women Sevens de se qualifier pour les quarts de finale.

Les deux équipes étant déjà qualifiées, les Black Ferns Sevens ont terminé en tête de leur poule grâce à une victoire importante sur les Fidji (29-21). Un peu plus tôt, une victoire confortable contre la Grande-Bretagne a été gâchée par une blessure sérieuse de la capitaine néo-zélandaise Hirini.

« On pense très fort à elle », a déclaré sa coéquipière Stacey Waaka. « On sera avec elle jusqu’au bout. »

Poule B : Levi, facteur X de l’Australie

Meilleure marqueuse d’essais des Sevens Series 2022-23 avec 57 réalisations, Maddison Levi (sur la photo à gauche) a poursuivi là où elle s’était arrêtée la saison dernière en marquant deux fois dans les trois premières minutes de la victoire 39-0 de l’Australie contre le Brésil, qui a ainsi entamé la défense de son titre à Dubaï avec brio.

Levi, dont la sœur Teagan (à droite) fait également partie de l’équipe, a ensuite marqué un triplé lors de la victoire de l’Australie sur le Japon (66-0). L’Irlande s’est également imposée facilement face au Japon, avant de se débarrasser du Brésil pour disputer la finale de la poule.

ADVERTISEMENT

Mais l’Australie – avec Maddison Levi qui a ajouté deux autres essais – était tout simplement trop forte, s’imposant 33 à 5. Charlotte Cassidy a déclaré à propos de sa coéquipière Maddison : « Avec elle, on doit défendre sans arrêt à l’entraînement et ce n’est pas une tâche facile, c’est certain. Elle est rapide mais aussi très forte et puissante. Elle ne vous évite pas, elle vous transperce. »

La victoire du Brésil sur le Japon et le point bonus défensif contre l’Irlande ont suffi à assurer une place en quart de finale aux Sud-Américaines.

Poule C : les Bleues en croisière

Pour la première fois dans le SVNS, un match est allé jusqu’en mort subite : le Canada (9e) a défié le classement final de la saison dernière pour battre les États-Unis (3e) et faire exploser la poule derrière la France. L’essai du golden-point de Carissa Norsten en prolongation a déclenché la liesse d’une équipe qui n’avait battu ses adversaires d’Amérique du Nord qu’une seule fois en six matchs des Series la saison dernière.

La France, quatrième au classement, ayant confortablement remporté ses deux premières rencontres, les Etats-Unis avaient besoin d’une victoire pour passer devant les Bleues en tête de la poule.

Mais les Eagles ont offert deux essais à Lily Dezou en première période et en ont encaissé quatre autres, dont une action individuelle extraordinaire de la star du XV Joanna Grisez qui a permis aux Françaises de s’imposer 38 à 5.

ADVERTISEMENT

« Nous sommes très heureuses », a déclaré Caroline Drouin. « C’était une belle journée, trois victoires. Ce n’était pas un groupe facile, mais nous devons faire mieux demain. Nous sommes très motivées à l’idée de participer aux Jeux olympiques de Paris. Nous allons nous préparer au mieux pour réussir à domicile. »

L’effort de consolation de Kris Thomas n’a pas été suffisant pour permettre aux États-Unis d’obtenir un point de bonus, mais les Américaines ont réussi à se qualifier pour les quarts de finale en tant que l’une des deux meilleures équipes classées troisièmes.

A suivre

France-Fidji semble être la meilleure affiche des quarts de finale de dimanche, tandis que le Brésil joue le rôle de David face au Goliath néo-zélandais. Irlande-Canada et Etats-Unis sont les autres rencontres en quart de finale.

Résultats de la France :

  • France 29 – 0 Canada
  • France 28 – 7 Espagne
  • USA 5 – 38 France
ADVERTISEMENT

Join free

Boks Office | Jesse Kriel reveals the hardest team he had to play at the Rugby World Cup

Big Jim Walks and Talks with Handré Pollard

My Best Half | Episode Two | Katelyn Vahaakolo & Patricia Maliepo

Bernard Jackman & Stuart Hogg | The Big Jim Show | Full Episode

Wildknights v Sungoliath

Beyond 80 | Episode 2

Rugby Europe Men's Championship | Georgia v Spain | Full Match Replay

WHISTLEBLOWERS

Trending on RugbyPass

Commentaires

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

R
Red and White Dynamight 3 hours ago
Duhan van der Merwe hat-trick sinks sloppy England to win Calcutta Cup

Up the Jocks ! a great team effort and 4 victories v on the bounce v their greatest rivals for those north of Hadrians. But, of course, before the celebrations survive the first pint of McEwans, it seems for some this Calcutta Cup match was merely 1 man v 15. What exactly is it about Sth Africans that make them such insufferable bores ? you rarely see Kiwis claiming Ireland victories (incl 3 x NZers) or Aussies for that matter (X1). You never see Samoans claiming France/England victories (Tuilagis). Or Fijians claim All Black victories. Scotland have had some great Kiwi-born players (S.Lineen/B.Laney/J.Leslie) - no surprise given their heritage - but they supported them as their ‘2nd team’. If anything they applaud their countrymen for taking opportunities and bettering themselves as professionals and, hopefully, competing on the World stage too. It takes some stratospheric level of stupid to ignore the opaque boundaries and qualifications that now allow Japan to be competitive, Portugal to win a RWC game, Argentinians to play for Italy, New Zealanders to dominate Tongan and Samoan teams - and not celebrate that World Rugby is more competitive and better for it. Everywhere on social media, even when the post has zero to do with Sth Africans (schoolboy rugby being the most obvious barrel-scraping eg - these are KIDS), they pile in and try to claim the “we are better/stronger/faster” with such voluminous levels of obnoxious bile, that it poisons the mere celebration of the sport itself. These are not ‘rugby fans’ that can marvel at the Game they Play in Heaven, but rather some misplaced insecure-fuelled poison that they need to extract from deep inside their psyche. Its hard to understand the exact reason for the massive chip on their shoulders and their desperation for the victimhood/noone-loves-us-we-dont-care, but it seems accelerated with their LOTTO Cup 1-pt wins, like gasoline on the fire. Obsessed with ‘cheating’ refs and ‘cheating’ opposition (Rassies video bloopers during Lions tour; McCaw’s whole career) and celebrating their own thuggery (#JUSTICE4 the dirtiest player in pro-rugby history), when luck suddenly goes their way (1995 Final vs an acutely comprimised ABs; Kilosi<->Cane cards in 2023 Final) or their players escape adequate penalty (Etzebeth 1-handed non-intercepts; Kolbe illegal chargedown; Etzebeth cynically retreating in the AB backline) so obviously that its clearly been coached, then suddenly its AOK as long its SA that benefit directly from it. The schizophrenic nature of Sth Africans presents them as good company in person - and lets face it, theyre EVERYWHERE now and cant get out of their own country fast enough - but as anonymous keyboard ninjas their true nature shines out as one beset with a dark undercurrent of toxic self-absorption. It appears that the bravado appears only under the protection of anonymity, a cowardice of insufferable reverse-flagellation to make themselves feel proud when the mirror stares back at them. Give yourselves a long slow clap. Well done to the entire Scotland team including all those born south of Hadrians Wall. Playing a fantastic fast pace of fluid ball-in-hands rugby that seems almost foreign to other teams. Och aye the noo.

4 Go to comments
TRENDING
TRENDING Force pay heavy price in Hurricanes blow-out in Perth Force pay heavy price in Hurricanes blow out in Perth
Search